Basket 3x3

description 3x3

La Superleague 3X3 FFBB, comment ça marche ?

Corps: 
 Les Tournois Qualificatifs
Ils sont les points d’entrée de la Superleague 3X3 FFBB. La saison passée, on en comptait plus de 185 répartis sur tout le territoire. Chaque Tournoi Qualificatif gravite autour d’un Tournoi Central : remporter un de ces tournois permet de se qualifier pour le Tournoi Central de sa zone géographique.
Pour trouver le Tournoi Qualificatif le plus proche, il suffit de se rendre sur le site ffbb.com/3X3 qui répertorie tous les tournois organisés en France.
 
 
 Les Tournois Centraux
Pour y accéder, il faut au préalable avoir remporté un Tournoi Qualificatif. Il y a 15 Tournois Centraux en France. Chaque vainqueur est qualifié pour le tournoi final de la Superleague 3X3 FFBB : l’Open de France 3X3.
Un Tournoi de la dernière chance a lieu la veille de l’Open de France 3X3. Il délivre le dernier sésame pour l’Open de France 3X3. Les équipes peuvent s’inscrire directement à ce tournoi, sans passer par un Tournoi Qualificatif.
 
 
 L’Open de France 3X3
C’est le tournoi final de la Superleague 3X3 FFBB. Il regroupe les 128 meilleurs joueurs et joueuses de France. L’équipe masculine qui remporte la Superleague 3X3 FFBB accède au niveau international. Elle est qualifiée pour l’une des étapes européennes du FIBA 3X3 World Tour. 
 
 
 
 
 
Catégorie: 
Surtitre: 
Basket 3X3
Auteur: 
Guillaume Karli / FFBB
Date d’écriture: 
Mardi, 8. Novembre 2016
Vignette: 
Chapeau: 
Pour accompagner le développement du 3X3, la FFBB a décidé de donner une identité plus forte au circuit 3X3 français en créant la Superleague 3X3 FFBB. Cette refonte de la dénomination du circuit français de basket 3X3 et des différentes catégories de tournois qui le composent, donnera plus de visibilité et de lisibilité à la compétition.
Social_posts: 
<iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x4nf6oa" allowfullscreen></iframe><br /><a href="http://www.dailymotion.com/video/x4nf6oa_open-de-france-3x3-orleans-2016_sport" target="_blank">Open de France 3X3 - Orl&eacute;ans 2016</a> <i>par <a href="http://www.dailymotion.com/FFBB" target="_blank">FFBB</a></i>

Open de France 3X3 - Orléans 2016 par FFBB

Sylvain Maynier, organisateur de tournois 3x3

Corps: 

Bonjour Sylvain, est-ce que tu peux te présenter ?
Dans la première partie de ma vie, j’étais basketteur professionnel pendant 11 ans. J’ai joué à Vichy, j’ai joué à Nanterre, j’ai joué à Saint-Etienne et j’ai aussi joué à Poitiers où j’y ai terminé ma carrière. Je suis poitevin. Et donc j’ai fait quelques montées en pro A et il y a eu deux titres : un à Vichy et un avec Poitiers. Et puis j’ai vécu de super aventures et ça c’était pendant ma première partie de vie on va dire et puis sur la deuxième je me suis reconverti. Dans un premier temps au Club PB 86 dans l’administratif et puis maintenant ça fait quelques années que je suis indépendant et que je me lance à corps perdu dans le 3x3 parce que je tombé passionnément amoureux.

Tu as une double casquette : peux-tu nous parler de ton rôle de commentateur de basket 3x3 ?
C’est un exercice que j’aime beaucoup pour deux choses. La première c’est que c’est un truc qui me rappelle beaucoup mon statut de joueur : c’est-à-dire tu es dans le feu de l’action, tu ne peux pas tricher, tu es en live et faut y aller. Les émotions montent et il faut les partager donc ça j’ai beaucoup aimé et puis en plus je suis intimement persuadé que c’est un des meilleurs moyens pour apprendre ce que c’est le 3x3 et partager et faire avancer le 3x3 en France et donc c’est toujours des belles rencontres et je pense qu’il faut expliquer donc je suis content quelque part de partager ma passion. C’est un meilleur moyen de partager sa passion.

Tu as créé une équipe 3x3 féminine, la Team Poitiers, est-ce que tu peux nous raconter comment ça s'est passé ?
Alors en fait le projet de Team Poitiers c’est un projet qui s’appelle Les Passionnés dont je suis. Dedans donc il y a un groupe de passionnés 3x3 et on s’est posé la question comment aider le 3x3 à se développer à travers une équipe sans faire un schéma normal d’un Club de 3x3 qu’on connaît.  Alors comment faire ? Et en fait on s’est dit nous on a un objet qui s’appelle le Festival 3x3 Poitiers et en particulier Urban PB et en fait on voulait quelque chose d’objectif. On ne voulait pas que un général manager qui dise : "lui il est bon, elle, elle est pas bonne", enfin voilà; on voulait pas des choses comme ça. Donc en fait à partir du moment où on gagne Urban PB, il y avait cette notion de rentrer dans une espèce de communauté et on faisait l’équipe derrière. La première année on a fait l’expérience avec les garçons et ça s’est super bien passé. On a pu les envoyer faire un challenger FIBA à Chypre qui était très très intéressant pour eux. Et donc après on veut tenter un truc avec les filles et là quand on regarde les derniers vainqueurs, dernières équipes vainqueures, il y a toujours Migna Touré. Ca fait quatre fois qu’elle gagne Urban PB et donc quand en en parlant avec elle, on s’est dit : "faisons une équipe autour d'elle". C’était un peu au départ Migna qui était à la tête de ça et elle nous a sorti une équipe de rêve. Même une fille comme Laëticia Guapo quand elle est rentrée dans Team Poitiers je pense que elle, elle savait qu’elle allait s’inscrire dans le 3x3, mais nous, on ne la connaissait pas du tout en fait. Elles ont fait une team et puis on a partagé énormément de choses. Quand elles sont venues pour l’Urban PB pour l’Open Plus de Poitiers et bien on a passé du temps ensemble, on a mangé ensemble, on a trouvé d’autres échanges que le simple échange de partenaires à joueurs qui existe et c’était très simple, en plus c’est des filles super donc on a construit quelque chose.

Poitiers est maintenant reconnue à l'international comme une ville 3x3. La mairie vous accompagne dans ce projet ?
Le projet de toute façon depuis dix éditions on l’a monté ensemble donc ils sont dans la boucle depuis le départ. La première édition était un peu cheap, forcément il n’y avait pas beaucoup de moyens. Mais ils ont vu que l’ensemble de la population venait des enfants, des vieux, des femmes, des hommes et que c’était pour tout le monde. Donc ils ont compris très tôt ce que c’était le 3x3 et on a donc monté projet après projet et on s’est aussi beaucoup concerté pour savoir ce que eux voulaient à travers le 3x3. Chaque année on enrichit l'événement avec le 3x3 School par exemple, on a un gros projet avec les écoles de la ville, les écoles de la communauté et aussi du département. A partir du moment où on répondait à leur demande, on a grossi de plus en plus et maintenant c'est la cerise sur le gâteau avec le Challenger FIBA et les Women Series. La communauté 3x3 est très réseau : on est beaucoup sur les réseaux sociaux. C’est hyper étonnant en ce moment surtout parce que l’on a été longtemps confiné. Par exemple, l’année dernière on a eu l’équipe de Tokyo qui est venue, on est toujours en contact avec eux. Y a eu l’équipe de Pasig Chooks 3x3, c’est l’équipe des Philippines. On est en contact avec eux et les canadiennes quand elles étaient venues ça c’était super bien passé. On a même fait des interviews d’espagnol. On est en contact avec le monde entier en fait. Cette communauté de 3x3 situe bien, extrêmement bien Poitiers et c’est bonus pour tout le monde.

Qu’est-ce que le basket 3x3 en une phrase pour toi ?
C’est la convivialité. Tu vois c’est même deux mots.

Catégorie: 
Surtitre: 
"3 questions à" avec la Caisse d'Epargne
Auteur: 
Communication FFBB
Date d’écriture: 
Vendredi, 29. Mai 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Sylvain Maynier est un ancien joueur professionnel reconverti dans l'organisation de tournois 3x3. Il nous explique comment il en tombé dans le 3x3, les retombées en termes de notoriété pour la Ville de Poitiers, sa double casquette de commentateur et la création de la Team Poitiers, qui regroupe certaines des meilleures joueuses de 3x3 du monde.
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/dc_t-aObI84" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>
Pour Newsletter: 

Ballistik, genèse d'une team 3x3

Corps: 

Eddy Steiner, Alex Vialaret, Charles Albert et Aurélien Blanchard font partie du Top 100 des joueurs français 3x3. Tous ont joué ou jouent encore en Nationale 2. Les deux premiers cités se tiraient la bourre en Nationale 2 en 2018 avec leurs clubs respectifs de Meilhan-sur-Garonne et des JSA Bordeaux, avant que le club bordelais n'accède à la N1. Charles a rejoint en 2016 l’équipe réserve du Poitiers Basket 86 en Nationale 3. Aurélien a joué en N2 à La Rochelle puis à Saint-Clément-les-Baleines, avant d'effectuer son retour à La Rochelle (N3) en parallèle a profession d’avocat. Ses trois acolytes sont professeur d’économie (Eddy), acheteur projet dans le secteur automobile (Charles) et étudiant en sciences de l’éducation (Alex).

L’association Ballistik trouve son origine sur les bancs de l’université. En 2014, Eddy et Aurélien font partie de l’équipe de France universitaire 3x3 qui est vice-championne du Monde à Salvador au Brésil, aux côtés de Stephan Gauthier (joueur pro à Boulazac en Jeep® ÉLITE) et du Niçois Thomas Laurent. Deux ans plus tard, Aurélien et Alex deviennent à leurs tours champions du Monde universitaire 3x3 en Chine. Lors de l’été 2016, le quatuor se fait remarquer sur la scène internationale du 3x3 en remportant le "Ball Out" en Angleterre et se qualifie pour son premier Master FIBA 3x3 – l’un des sept tournois majeurs dans le Monde - à Debrecen en Hongrie. "On était quasiment les plus jeunes du tournoi, entre 22 et 26 ans", se remémore Eddy. "On était tout nouveaux. Et au premier match, on rencontre Novi Sad, la meilleure équipe du monde, ces mecs qu’on regardait, qui nous avaient fait goûter au 3x3 !" Les jeunes Français s’en sortiront avec une défaite 21 à 12. Ils ne seront pas loin de sortir de la phase de poule de ce premier Master. "Sur place, il y avait un engouement énorme autour du tournoi. Les équipes, l’ambiance, c’est quelque chose qu’il faut connaître", dit Alex. Puis en février 2017, les quatre membres de l’équipe sont convoqués au stage de l’Équipe de France 3x3. "On est bien intégré. On joue les yeux dans les yeux avec ceux qui sont du monde pro", raconte Eddy.

L’association Ballistik voit le jour juste après ce rassemblement, en mars 2017. Pourquoi ce nom ? "Ballistik c’est le Ball, bien-sûr et puis en anglais go ballistik ça veut dire, devenir fou furieux, c’était bien notre état d’esprit !" Ballistik va faire appel à un graphiste de talent, Florent Larronde, afin de se doter d’une identité visuelle forte. Le site internet, la plaquette du "crew" détonnent par leur qualité. "On avait vraiment dans l’idée de créer quelque chose de nouveau. On était la première équipe en France à se développer de cette manière", poursuit Alex. La campagne de crowdfunding lancée en 2017 permet de récolter près de 6.000 euros et de financer en grande partie la première saison estivale de Ballistik. Les premiers sponsors s'intéressent à l'équipe l'année suivant la création de la team. "On compte sur l’exposition des Jeux Olympiques pour être reconnus. Avec Eddy, on va toquer à des portes, on envoie des mails. Cela nous prend du temps.", souligne Alex. "Ce n’est pas simple de pousser des gens à investir, à croire en nous", poursuit Eddy. "Trouver de l’argent, c’est le nerf de la guerre. Heureusement, je suis le pro de la compression des coûts", se marre le prof d’économie. De fait, il s’agit d’optimiser au maximum le calendrier. Ainsi, sur un weekend prolongé, Ballistik peut aller disputer un tournoi régional en Espagne le vendredi puis enchaîner directement avec un deuxième tournoi en Hongrie le lundi, sans repasser à la maison. L’équipe parvient à s’en sortir avec un budget d’un peu plus de 6.000 euros pour une saison de 3x3. C’est trois ou quatre fois moins que d’autres équipes européennes. Les membres de Ballistik mesurent le chemin qui les sépare d’une formation comme Novi Sad, la référence mondiale. "En terme de niveau basket, c’est atteignable mais pour atteindre leur niveau il faudrait ne travailler que sur le 3x3 toute l’année, lâcher nos carrières de 5x5, et pour faire cela, il faut être quasiment huit joueurs pour avoir de l’opposition", explique Eddy. "Une autre variable importante, c’est le niveau de vie. Quand les Serbes gagnent un tournoi, en termes de pouvoir d’achat, ce n’est pas la même valeur qu’en France." Sous entendu, les joueurs de Novi Sad peuvent vivre toute l’année de leur gain en tournoi et se consacrer exclusivement à la pratique du 3x3 sans contraintes extérieures.

À l’opposé, les membres de Ballistik doivent composer avec leurs métiers – "c’est un casse-tête pas possible pour organiser le calendrier et chercher les bons tournois adaptés à nos emplois du temps professionnels". D’autant plus que le niveau des tournois 3x3 ne cesse d’augmenter chaque année. "Ce n’est plus le sport qu’on pratique dehors pour s’amuser avec les copains, parce que la saison est finie. Le niveau a augmenté parce que les équipes connaissent mieux les règles, les principes, savent mieux jouer sans perdre de temps", poursuivent les deux Bordelais. Comme le rappelle Alex, "tous les niveaux s’effacent en 3x3. Il faut carrément oublier le 5x5. Il y a 12 secondes pour attaquer donc il faut être vif. La prise d’initiative et la notion de duels sont hyper intéressants. Et comme cela se joue en 21 points en 10 minutes, chaque possession est importante. Il n’y a pas le droit à l’erreur." "Ce qui nous plait par-dessus tout, c’est l’adrénaline de la compétition et cette expérience entre potes", rajoute Eddy. "Et puis, on ne doit rendre de compte à personne, on n’a pas de coach, pas de dirigeant."

Catégorie: 
Surtitre: 
3x3 FFBB
Auteur: 
FFBB
Date d’écriture: 
Mardi, 26. Mai 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Ils s’appellent Eddy, Charles, Aurélien et Alex. En mars 2017, ces quatre basketteurs amateurs ont créé "Ballistik", une start up bordelaise ayant pour objectif d’encadrer leur équipe de 3x3 et de promouvoir cette discipline.
crédit: 
VOISIN/FFBB
Pour Newsletter: 

L'Odyssée de Filip

Corps: 

Nous sommes en 2015, Ana Maria Filip dispute le Championnat d’Europe avec l’Équipe de France féminine 5x5 sous le nom d’Ana Maria Cata-Chitiga. À l’époque, elle porte encore celui de son père Marius, ancien volleyeur roumain de renom vainqueur d’une médaille olympique en 1980. Dernière rotation sur les postes 4 et 5, elle est peu responsabilisée par Valérie Garnier qui préfère associer Helena Ciak ou Diandra Tchatchouang aux indéboulonnables Sandrine Gruda, Endy Miyem et Isabelle Yacoubou. Avec moins de 10 minutes en moyenne passées sur les parquets, la Franco-Roumaine n’est pas aussi impactante durant cette quinzaine que lors de la Coupe du Monde en Turquie un an plus tôt où elle avait excellé, apportant en moyenne 8 points et 6 rebonds par match. Dominées en finale par une irrésistible Serbie, les Bleues ne parviennent pas à mettre la main sur la médaille d’or. Jamais rappelée pour une compétition de cette envergure, la carrière internationale d’Ana Maria Filip avec l’Équipe de France 5x5 touche à sa fin après 35 sélections, notamment du fait de la vive concurrence et l’arrivée de jeunes joueuses à fort potentiel comme Alexia Chartereau, Marième Badiane ou plus récemment Iliana Rupert précipitant son départ du groupe France. Un départ vécu comme une chance de découvrir de nouveaux horizons.

Le besoin de voir autre chose

En 2017, Ana Maria Filip décide alors de prendre le taureau par les cornes. "Je connaissais déjà très bien le 5x5 et je ressentais le besoin de sortir de ma zone de confort et d’expérimenter une autre pratique. J’ai appelé Richard Billant pour lui demander si je pouvais essayer le 3x3 et voir ce que ça donnait. Je savais que c’était un sport très différent mais que ça m’irait très bien." Et pour cause, son profil d’intérieure dynamique et mobile, capable aussi bien de tirer à mi-distance que de prendre la position préférentielle dos au cercle lui permet de dominer dans la nouvelle discipline olympique. Une force dont la joueuse de 30 ans n’avait pas pleinement conscience lors de sa première discussion à ce sujet avec le sélectionneur des Équipes de France 3x3 en 2012. "Richard nous avait dit qu’une joueuse devait être capable de shooter d’à peu près partout, poster, dribbler, défendre. Je me souviens lui avoir répondu qu’il lui fallait LeBron James. C’est pour ça que je n’ai pas vraiment osé mettre un pied dedans à ce moment-là, même si je pense qu’il n’y a pas vraiment de profil type. Il faut avoir certaines qualités que j’ai la chance d’avoir, indispensables pour être performante." Au 3x3, la réussite est fulgurante pour Ana Maria Filip. Sélectionnée pour la Coupe d’Europe à Amsterdam aux côtés de Caroline Hériaud, Alice Nayo et Perrine Le Leuch pour sa première année, elle participe grandement au bon parcours des Bleues qui échouent malgré tout au pied du podium. Mais l’essentiel est ailleurs. Ses premiers pas au 3x3 lui permettent de continuer à porter le maillot Bleu et participer à des compétitions internationales, chose indispensable pour elle. "J’avais besoin de jouer l’été parce que j’aime le basket. L’effet de groupe, voyager dans d’autres pays, gagner des titres. Je suis passée par le Pôle France et toutes les Équipes de France de jeunes et je suis habituée à ça, c’est comme une drogue.

Aujourd’hui troisième meilleure joueuse du Monde au ranking FIBA derrière ses coéquipières Migna Touré et Laëtitia Guapo, médaillée d’or au Championnat d’Europe 2018 et 2019, de bronze à la Coupe du Monde 2019, vainqueur récemment des Women’s Series, elle ne semble pas prête à laisser sa place. "Il y a de la concurrence partout, même dans le 3x3 mais tant que mon corps me permet de faire du basket à haut niveau je vais continuer."

Une expérience à revendre

Seule joueuse de l’Équipe de France 3x3 féminine à compter plusieurs sélections avec les A en 5x5, Ana Maria Filip n’est décidément pas une joueuse comme les autres. Forte de son expérience personnelle, elle partage avec bienveillance son vécu à ses coéquipières et fait désormais office de leader dans le vestiaire. "C’est vrai que d’avoir joué dans les deux Équipes de France est original. Je suis contente d’avoir eu ce parcours et de pouvoir apporter aux filles ce regard différent. Certaines sont encore jeunes et ne savent pas toujours ce qu’il faut faire. Quand j’avais leurs âges, il n’y avait que le 5x5 et j’aurais tellement aimé avoir autre chose à faire les étés plutôt que de couper. C’est ce que je leur répète en boucle. Il faut qu’elles se rendent compte de la chance qu’elles ont de pouvoir jouer à ce niveau l’été parce qu’il y a très peu de camps organisés pour les filles, malgré le fait que l’on soit des joueuses professionnelles." Un constat accablant mais pourtant bien d’actualité que livre une joueuse qui vit à 100 à l’heure.

Après ses saisons de 5x5 passés à disputer un championnat national et une Coupe d’Europe, Ana Maria Filip enchaîne avec l’Équipe de France 3x3 et voit ses temps de repos grandement impactés. Alors qu’elle fêtera ses 31 ans en juin prochain et qu’elle vient d’effectuer son retour à Lattes-Montpellier et par la même occasion en LFB après une saison passée en Pologne, Filip est consciente que cette charge de travail ne pourra pas durer dans le temps. "L’été dernier a été très intense. On a tenu bon en repoussant nos limites. Je ne sais pas si je pourrais refaire ça une deuxième fois, surtout en enchaînant après avec une saison de 5x5." Alors que tous les championnats sont à l’arrêt et les Jeux Olympiques de Tokyo repoussés en 2021 dû à la pandémie de coronavirus, la question ne se posera pas cet été pour Ana Maria Filip. Compétitrice, elle prépare déjà la saison prochaine mais reste dans l’incertitude dans l’attente de jours meilleurs.

Catégorie: 
Surtitre: 
Equipe de France 3x3
Auteur: 
Clément Daniou (FFBB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 13. Mai 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Internationale française de 5x5 puis de 3x3, Ana Maria Filip (1,94 m, 30 ans) a presque tout connu en Équipe de France. Redoutable dès ses premiers pas dans la nouvelle discipline olympique, elle est vite devenue une véritable leader.

L’homologation, disponible en ligne

Corps: 

Le site 3x3ffbb.com (https://3x3ffbb.com) permet maintenant, via un compte organisateur, de faire une homologation afin que le tournoi devienne un Open Start. Une fois l’homologation obtenue, le site facilite alors la gestion du tournoi.

La nouvelle démarche se fait alors en 7 étapes rapides :

1. Création du compte organisateur
2. Accès à l’Espace organisateur
3. Création du tournoi
4. Finalisation de la demande d’homologation
5. Saisie des informations supplémentaires
6. Saisie des résultats du tournoi
7. Publication d’un article sur le tournoi (étape facultative)

Le tutoriel détaillé de l’homologation en ligne est également disponible (https://ffbb.com/3x3/organiser_un_tournois_3x3).

Dès lors, l’homologation donne aux organisateurs plusieurs avantages :
• une aide au niveau de la communication de son tournoi : la création d’une affiche personnalisée, une visibilité de son tournoi sur le site internet et les différents réseaux sociaux du 3x3 FFBB, la publication d’un article rédigé par l’organisateur lui-même disponible sur le site 3x3ffbb.com (https://3x3ffbb.com)
• une aide au développement avec l’envoi de matériels (ballons, chasubles, etc.)
• une assistance pour l’utilisation de l’Event Maker qui permettra à tous les joueurs du tournoi d’obtenir des points au ranking FIBA 3x3.
• un accès gratuit à différents e-learning et tutoriels FFBB
• un accompagnement dans l’organisation de son tournoi




 

Catégorie: 
Surtitre: 
Basket 3x3
Auteur: 
par Christina Ly
Date d’écriture: 
Jeudi, 9. Avril 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Fini la contraignante démarche papier pour les organisateurs de tournois 3x3. Mise au point depuis plusieurs mois, l’homologation en ligne est désormais disponible proposant une démarche simplifiée et plus rapide qui offre plusieurs avantages.
crédit: 
Tony Voisin/FFBB

Reine du 3x3

Corps: 

Le 7 décembre dernier Brisco, Youtubeur et influenceur partageait sur le célèbre réseau social une vidéo de 15 minutes le mettant en scène face à Laëtitia Guapo, joueuse de Charnay en LFB et numéro 1 mondiale au ranking FIBA 3x3. Avec plus de 200.000 vues, la vidéo est vite devenue virale dans la planète basket, engendrant de nombreuses réactions. "Je ne savais pas qu'on avait une telle équipe féminine en 3x3. Merci pour la découverte", notait ainsi un internaute. Cette soudaine exposition a permis à la joueuse de se faire un nom auprès d’un public peu habitué à être informé des dernières actualités du basket féminin 3x3. Déterminée à faire parler d’elle et par la même occasion de la pratique qu’elle affectionne tant, la joueuse de 24 ans n’a pas hésité avant de saisir cette opportunité. "J’ai envie d’aider à démocratiser le 3x3. L’expérience avec Brisco a été géniale, je trouvais qu’on avait tous les deux des choses à y gagner. Si je peux inciter d’autres personnes à le faire, ce serait bénéfique pour le 3x3. Dans les commentaires, certaines personnes disaient ne pas savoir que l’Équipe de France 3x3 évoluait à un tel niveau. J’étais un peu étonnée même si quand j’en parle dans un covoiturage par exemple, c’est une tendance qui se confirme. C’est un phénomène qui sera de l’histoire ancienne si on se qualifie pour les Jeux Olympiques de Tokyo."

Un cardio hors normes

Fin 2016, les Équipes de France universitaires féminines et masculines réalisaient un splendide doublé lors des Championnats du Monde en Chine. En inscrivant un shoot bonifié plein de sang-froid en prolongation, l’étudiante en STAPS à l’université Jean Monnet de Saint-Étienne offrait le titre suprême à son pays. Avec Caroline Hériaud, son actuelle coéquipière, elle formait un duo explosif entre adresse et qualités athlétiques. Cette performance a tout de suite interpellé le sélectionneur Richard Billant, qui ne tardait pas à inviter Laëtitia Guapo à Voiron en juin 2017 afin de disputer un tournoi international. "J’avais fait bonne impression, ça s’était très bien passé mais il avait déjà son équipe donc il m’a dit qu’il me rappellerait." Chose promise, chose due. Quelques mois plus tard, Laëtitia Guapo est contactée par Karim Souchu, entraîneur des Équipes de France et désireux de la faire venir pour la finale du Nations League U23. Son profil l’a tout de suite interpellé. "C’est une joueuse à part parce qu’elle a un gros volume de jeu. Elle défend, elle attaque et physiquement elle est vraiment impressionnante. Je prends toujours en référence le fait qu’elle court le 10.000 mètres en 35 minutes. C’est exceptionnel pour une basketteuse. Son cardio c’est un des gros avantages qu’elle a, en plus d’être agressive. Elle a une grosse marge de progression et son profil est vraiment fait pour le 3x3", juge-t-il. Ayant l’obligation de passer son concours d’EPS au même moment, Guapo est contraint de refuser cette proposition.
Ce n’est finalement qu’en 2019 qu’elle va se mettre à disposition de l’Équipe de France 3x3. L’attente aura été longue mais le résultat en valait la peine. Auréolée de deux médailles internationales et vainqueure des Women’s Series, elle est devenue par la même occasion numéro 1 mondiale au ranking FIBA, devançant ses deux coéquipières Migna Touré et Ana Maria Filip. Ces divers sacres ont étendu la domination sans partage des Françaises sur la scène mondiale mais n’ont paradoxalement pas suffit à les qualifier d’office pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Un comble quand des nations comme la Roumanie ou la Mongolie voyaient leurs noms cités lors de la cérémonie d’annonce le 1er novembre dernier. Un passage par le tournoi de qualification olympique oblige donc les Françaises à patienter avant de connaître leur sort. "On a tout fait pour essayer de se qualifier directement mais le destin en a décidé autrement. L’objectif reste le même. On était toutes déçues mais on y arrivera par tous les moyens."

Un impact en LFB

Comme d’autres joueuses, ce succès quasi immédiat dans le 3x3 a permis à la carrière de Laëtitia Guapo de prendre un tournant positif. Contrainte de descendre chercher du temps de jeu en LF2 à Roanne puis Reims après deux saisons en bout de banc à Nice, l’actuelle joueuse de Charnay a conscience que cette réussite a permis de lui donner un nouvel élan. "Les très bons résultats permettent d’être mis en avant mais ça m’a surtout aidé à reprendre confiance en moi. Je savais que j’avais des qualités athlétiques mais je me suis rendu compte que je pouvais faire plein d’autres choses sur un terrain." Meilleure scoreuse de son équipe en LFB après 17 journées grâce à ses 12,5 points de moyenne, auxquels s’ajoutent 6 rebonds et 4 passes décisives, Guapo se classe légitimement comme l’une des meilleures joueuses françaises de la division. Sa renommée récente profite même à cette petite commune de 8.000 habitants située en Saône-et-Loire, le Président du club n’hésitant pas à lui afficher son soutien. "C’est une grosse plus-value pour le club", indique-t-elle. "Personne ne connaît Charnay mais pourtant on est en LFB. Même si je dois m’absenter parfois, je sais que mes dirigeants me suivent et sont contents pour moi."
Amenée à revêtir le maillot bleu avec l’Équipe de France 3x3 en pleine saison 5x5, le calendrier de Laëtitia Guapo peut vite devenir surchargé. Cette double casquette ne doit donc pas avoir d’impact sur ses performances et sur sa régularité. "J’ai même été obligée de faire un deal avec mon coach Matthieu Chauvet", sourit-elle. "Pendant le stage avec l’Équipe de France 3x3 à l’INSEP, il m’a envoyé un message et il était un peu énervé. Je manquais à l’appel et c’était aussi le cas de Promise Amukamara qui disputait le TQO 5x5 avec le Nigéria. Il ne pouvait pas faire de jeu tout terrain parce qu’elles n’étaient que huit." Un problème commun à tous les clubs de LFB qui n’empêche pas les joueuses de prendre part aux différentes compétitions. Laëtitia Guapo ne déroge pas à la règle, ayant comme tous sportifs et sportives le rêve de participer aux Jeux Olympiques. Pour Karim Souchu pas de doute, elle s’inscrit même dans la durée. "C’est une des joueuses sur lesquelles on va compter. De nombreuses échéances se profilent dans les mois et années à venir avec les Jeux Olympiques de Tokyo, le Championnat d’Europe en 2021 et Paris 2024. Elle sera à coup sûr une de nos têtes d’affiche." Qu’importe la pratique, l’avenir s’annonce radieux pour Laëtitia Guapo.

Catégorie: 
Surtitre: 
ÉQUIPE DE FRANCE 3X3 FÉMININES
Auteur: 
Clément Daniou
Date d’écriture: 
Jeudi, 9. Avril 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Impériale en 2019 avec l’Équipe de France 3x3, Laëtitia Guapo est aujourd’hui la meilleure joueuse mondiale selon le ranking FIBA. Alors qu’elle devait prendre part au TQO à Bangalore (Inde), la situation sanitaire due à l’épidémie de coronavirus la contraint à patienter.

Le 3x3 à bras-le-Corre

Corps: 

Le parcours de Kevin Corre pourrait faire des émules. Après tout l’histoire est belle. Celle d’un joueur professionnel tombé amoureux du 3x3 en 2012 lors des Championnats du Monde en Grèce avec l’Équipe de France. À l’époque, il effectue une de ses meilleures saisons en carrière à Châlons-Reims, en Pro B, loin de savoir que cette nouvelle pratique va complètement modifier sa vision du basket. "Jamil Rouissi, ex-speaker à Nanterre et Levallois m’avait appelé tôt dans la saison pour me parler de tout ça. Il m’avait expliqué qu’à la fin de la saison 5x5, celle du 3x3 allait s’enclencher afin de préparer ces Championnats du Monde. C’était vraiment neuf pour moi, je n’avais jamais entendu parler de cette compétition. Quand il m’a parlé de l’Équipe de France je ne le croyais pas, je me disais que ce n’était pas possible" admet-il aujourd’hui. Médaillé d’argent chez les masculins et médaille d’or en mixte, le déplacement athénien est une franche réussite, tant collectivement qu’individuellement. Accompagné d’un groupe de joueurs avec qui il n’avait jamais évolué (Michel Jean-Bapstiste Adolphe, Meredis Houmounou, Karim Souchu), l’expérience s’avère être tout bonnement incroyable. "L’endroit
était superbe. On jouait devant un temple grec et la compétition était déjà très bien organisée. Le fait de ne pas avoir de coach avec nous sur le banc m’a tout de suite marqué. Il ne pouvait pas te dire de donner la balle à l’Américain comme on peut le voir dans le 5x5. Les joueurs sont beaucoup plus responsabilisés, tout le monde a un rôle important." Kevin Corre fait partie de ces précurseurs français dans le 3x3. Déjà appelé avec les Bleus en Équipe de France jeunes, sa convocation avec les A restera un souvenir unique et gravé pour toujours. "La sensation que tu ressens quand on te dit que tu vas porter le maillot de l’équipe nationale avec Corre écrit dans le dos est indescriptible. C’était comme dans un rêve. Une chose inoubliable pour nous, joueurs 5x5. C’était une superbe opportunité et ça m’a ouvert quelque chose de magique."

Les prémisses du World Tour

Kevin Corre continue alors d’écumer les tournois 3x3 l’été. Entre la fin de saison et la reprise de la préparation physique début août en club, le délai est court. Malgré tout, après une saison en Jeep Élite avec Bourg-en-Bresse en 2015, il reste en contact avec son coéquipier et ami Angelo Tsagarakis au sujet du 3x3. "Pendant l’été, on s’était appelé en se demandant si on voulait jouer tel ou tel tournoi pour le fun, pour kiffer un peu avec les copains. On avait joué l’Urban PB à Poitiers qui nous avait donné une place pour l’Open de France." Malheureusement, le joueur formé au Mans ne participera pas à la compétition. Néanmoins, son équipe la remporte avec à la clé un ticket pour une étape du World Tour, celle de Prague. "Angelo m’avait ensuite sollicité parce qu’un joueur ne pouvait pas y participer. J’avais accepté, c’était une découverte. Mais pour tout joueur français, l’accès au World Tour se fait seulement avec le championnat français. Tu joues en France, tu fais les différents tournois et ça te donne un ticket pour une des étapes en cas de victoire à l’Open de France." À ce moment, le système D rythme encore le train de vie de Corre et ses coéquipiers. L’investissement pour participer à des tournois est réel et le joueur dépense plus d’argent qu’il n’en gagne. "On s’appelait avec les copains et on se demandait si on pouvait participer selon ce qu’il nous restait sur notre compte. Combien ça coûtait pour aller à tel ou tel endroit, comment s’organiser par rapport à sa famille." Le facteur le plus important est alors le prix du billet d’avion. "À choisir entre aller à Budapest où le prix du billet était à 125 euros ou en Chine, le choix était vite fait." S’enchaînent ensuite au fil des années les tournois à Moscou, Ostende, Debrecen, Amsterdam ou encore Lausanne en 2018. Cette dernière expérience lors d’une étape du World Tour est alors révélatrice pour l’ancien joueur d’Aix-Maurienne. "Tous les tournois auxquels j’avais pris part à ce moment, c’était uniquement avec des joueurs avec lesquels je ne m’étais jamais entrainé. Il y a deux ans tu pouvais faire un petit résultat. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. À Lausanne je faisais équipe avec Anthony Christophe, Charles-Henri Bronchard et Dominique Gentil et on a vu que c’était impossible, tu te fais éclater."

L’idylle saoudienne

Approché courant mars cette année par l’équipe saoudienne de Jeddah et par son coach Slovène Ales Kunc, ancien joueur passé par Le Havre et Évreux au début des années 2000, Kevin Corre n’a pas mis beaucoup de temps avant d’accepter une proposition unique dans une carrière. "J’avais joué contre lui en 2017 sur un tournoi Challenger à Ljubljana où j’avais été très bon. Je pense qu’il m’a repéré à ce moment-là et j’ai été le premier joueur qu’il a appelé pour former son équipe. Il m’a prévenu assez tôt qu’il y aurait une opportunité cet été et il voulait savoir si j’étais prêt à la saisir." Vainqueur en 2016 et 2017 du World Tour comme joueur avec Team Ljubljana, présent depuis plus de dix ans sur les différentes compétitions, Kunc est le mentor idéal. "Il connaît bien le milieu, les organisateurs, les joueurs ou les différents tournois et il est surtout reconnu. Il nous guide là-dedans et c’est une grande aide d’avoir une personne comme lui. On le respecte avant de l’avoir rencontré." Alors que c’était Anthony Christophe qui gérait le côté organisationnel lorsque les deux compères jouaient ensemble, c’est désormais un coach chevronné et très au fait du système en place qui s’en occupe. Tout un symbole. "Il sait comment voyager et se remettre des décalages horaires. Par exemple, en Chine la nourriture est particulière donc nous y sommes allés juste avant le tournoi. Dans d’autres endroits on est parti 3-4 jours avant parce que c’était agréable et on pouvait s’entraîner là-bas", explique tout sourire le joueur de 34 ans.
En d’autres termes, le fossé est énorme entre ce que propose la Fédération Saoudienne et ce qu’il a pu connaître auparavant. Ayant obtenu les fonds nécessaires très tard, les joueurs ont passé leur première journée ensemble le 17 juillet alors que le World Tour était déjà bien entamé. À l’origine, Jeddah ne devait participer qu’à une étape du World Tour, celle que la ville organisait grâce à une wild card. L'équipe devait également prendre part à trois Challengers afin de se qualifier à deux autres étapes du World Tour. Défi relevé avec brio. Encore plus quand on sait que c’était la première fois que ces joueurs évoluaient ensemble. Au final, c’est à une belle 10e place au classement que terminent Corre et ses nouveaux comparses. Une fierté pour un pays où le 3x3 est encore une discipline complétement méconnue. "Pour eux c’est une véritable découverte. On a fait quelques tournois en Arabie Saoudite et les gens là-bas ne connaissent aucune règle. Ils ont besoin de joueurs qui peuvent apporter leurs skills afin de leur montrer la voie. On est aussi l’image du basket saoudien à travers ces tournois. Beaucoup de gens s’interrogent quand ils voient un drapeau de l’Arabie Saoudite et un joueur français, un Polonais, un Serbe et un coach slovène."

Et après ?

"Je souhaite rester dans le 3x3." C’est par ces mots que Kevin Corre évoque la suite de sa carrière professionnelle. À Jeddah, il a trouvé la situation idéale pour lui et sa famille. Alors qu’il peut découvrir le monde, s’ouvrir à d’autres cultures et jouer des tournois qu’aucun autre joueur français n’a faits auparavant. La puissance financière saoudienne est telle que cette option est vite devenue une évidence. "J’ai pu toucher des salaires beaucoup plus importants que ce que je pouvais avoir en Jeep Élite ou en Pro B. Des fois on s’arrêtait à l’étranger pour acheter un short d’entraînement et puis on sortait tous avec 500 dollars de vêtements payés par la Fédération." Pour autant, Corre n’a toujours pas signé de nouveau contrat afin de participer à l’édition 2020 du World Tour avec Jeddah. Cependant, le joueur reste confiant sur les suites de leur collaboration. À un stade de sa carrière où les récompenses individuelles ne semblent plus être sa priorité, il se dit désormais à la recherche "d’expériences différentes" afin "d’accomplir quelque chose humainement." Numéro un Français au ranking, son regard se porte également vers l’Équipe de France avec qui il pourrait être convoqué aux prochains rassemblements. Avant le début de la saison 3x3, il pourrait même signer dans un club d’Arabie Saoudite en 5x5. Un nouveau challenge original pour cet aventurier du basket.

Catégorie: 
Surtitre: 
EQUIPE DE FRANCE 3x3
Auteur: 
Clément Daniou
Date d’écriture: 
Lundi, 6. Avril 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Après 14 saisons professionnelles passées entre la Pro B et la Jeep Élite, Kevin Corre (2,03 m, 34 ans) s’est lancé à l’assaut du 3x3.

Rétro : matches historiques

Corps: 

Quart de finale Coupe du Monde U18 2015 - Hongrie

Nos U18 constitués de Bathiste Tchouaffé, Killian Tillie, Jules Rambaut et Timothé Vergiat affrontent les redoutables américains portés par P.J Washington, aujourd'hui coéquipier de Nicolas Batum au Charlotte Hornets. Les Français échoueront en demi face à l'Argentine, mais triompheront de l'Espagne pour remporter le bronze.

 

Petite finale Coupe du Monde 2017 - France

Après une démonstration infligée par les Serbes (toujours eux) en demi, les Tricolores devaient se remobiliser pour aller chercher la médaille de bronze contre les Slovènes. On vous laisse regarder !

 

Finale Coupe d'Europe féminine 2018 - Roumanie

Après un sans faute en poule, les Bleues s'imposent face à la Belgique en quart, puis face à la l'Ukraine en demi. Elles affrontent les Néerlandaises pour tenter de monter sur la plus haute marche du podium. Le reste n'est qu'historique !

Catégorie: 
Surtitre: 
Equipes de France 3x3
Auteur: 
FFBB
Date d’écriture: 
Samedi, 21. Mars 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Revivez avec nous les meilleurs matches des Equipes de France 3x3 dans les plus grandes compétitions internationales.

Faites connaissance avec les Équipes de France 3x3

Corps: 

Alors que le 3x3 débarque pour la première fois aux Jeux Olympiques cette année, la FFBB vous propose de faire connaissance avec les meilleurs joueurs français (et mondiaux) de la discipline qui composent nos Équipes de France féminine et masculine.

En solo, en duo ou en trio, ils se sont posés devant la caméra pour répondre aux questions d’Ana Maria Filip ou de Charly Pontens, mais aussi pour partager leur expérience 3x3, balancer des dossiers sur les autres, gagner au blindtest… Des moments à voir et à revoir sur les comptes Facebook et Instagram du 3x3 FFBB et sur la chaîne YouTube de la FFBB, avec des nouvelles vidéos postées régulièrement.

Catégorie: 
Surtitre: 
Équipes de France 3x3
Date d’écriture: 
Mardi, 10. Mars 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Connaissez-vous ceux qui portent le maillot France ? Laëtitia Guapo, Antoine Eito, Migna Touré, Dominique Gentil… Découvrez-les tous à travers des vidéos exclusives à retrouver sur les comptes Facebook et Instagram du 3x3 FFBB et la chaîne YouTube de la FFBB.
crédit: 
FFBB

Pages

S'abonner à RSS - Basket 3x3