FFBB | FFBB

FFBB

description transverse FFBB

Le journal du club disponible

Corps: 

Dans ce numéro paru début juin, nous revenons sur tous les évènements du club, des internationaux et du basket en général qui ont marqué l'année 2021. Vous retrouverez également dans ce journal, un retour sur le maganifique parcours des Bleus aux JO de Tokyo et une interview exclusive de Céline Dumerc, 10 ans après la médaille d'argent remportée aux JO de Londres en 2012.

Les adhérents au Club recevront leur exemplaire prochainement directement chez eux, pour les autres vous pouvez soit en faire la demande au mail suivant clubdesinternationaux@ffbb.com ou en le téléchargeant ici 

Bonne lecture

Catégorie: 
Surtitre: 
Générations Basket
Date d’écriture: 
Mardi, 21. Juin 2022
Vignette: 
Chapeau: 
Le nouveau numéro de Générations Basket, le journal du Club des Internationaux de Basket est désormais disponible.
Pour Newsletter: 

Direction la Moselle

Corps: 
Un mot sur l'organisation de votre Fête du MiniBasket (date, lieu, bénévoles) : 

Depuis 1999, nous organisons systématiquement notre Fête du MiniBasket au même endroit, à Sainte-Marie-aux-Chênes. Le club de la Sainte-Marie-aux-Chênes possède des infrastructures adaptées pour recevoir cet événement avec deux gymnases avec un grand hall et la présence d'un parking. De ce fait, le lieu est bien identifié et c'est une force pour nous. Cette année, notre édition s'est déroulée sur le week-end du 21-22 mai.

De plus, nous avons enregistré une forte hausse de licenciés (notamment chez les U11), avec une augmentation de 1000 licenciés par rapport à l'année dernière, on est maintenant à 4500 licenciés environ. Par conséquent, on ne pouvait pas faire au même endroit cette édition pour les catégories baby, U9 et U11. Nous avons donc pris la décision de rassembler pour notre Fête du MiniBasket uniquement les baby (U5/U6/U7) et les U9 sur le week-end. Comme on organise déjà un certain nombre d'événements pour les U11 tout au long de l'année, ils n'étaient pas présents exceptionnellement cette année dû à notre problème de capacité limitée. Nous avons tout de même accueilli 420 MiniBasketteurs sur notre site entre le samedi et le dimanche. La journée du samedi était réservée à la catégorie des baby, animée autour de 13 ateliers pour un total de 160 enfants. Et le dimanche, un grand tournoi composé de 36 équipes a été mis en place avec la catégorie des U9. Nous avions envoyé une invitation à 28 clubs et parmi les clubs invités, 20 ont répondu présents pour un total de 260 enfants.

En ce qui concerne notre équipe de bénévoles, elle est globalement la même depuis de nombreuses années. Il y avait une cinquantaine de personnes mobilisées à la fois du Comité 57 mais surtout du club de Sainte-Marie. Cette équipe de bénévoles a un vrai savoir-faire sur la réception de ce genre d'événement grâce notamment à l'expérience acquise au fur et à mesure des années. En plus de notre équipe de bénévoles, 18 arbitres JAP (catégorie U11) se sont ajoutés et ils ont pris le sifflet pour le tournoi U9 le dimanche. 

Organisez-vous des Fêtes Scolaires en lien avec les OBE ?

Oui, on organise des fêtes scolaires. Le 12 mai dernier, nous avons organisé une fête scolaire à Bouzonville (près de l’Allemagne) car c'est un nouveau club qui va se créer l'année prochaine. Nous avons réussi à rassembler 8 classes du département, au total 160 enfants (catégorie U7), malheureusement à cause du covid on a eu un peu moins de monde.

Quel est le nombre de licenciés MiniBasketteurs dans votre Comité ? 

De la catégorie U6 jusqu'à U11, on comptabilise 1444 licenciés, dont 606 pour les baby et U9. Parmi ces derniers, 400 sont venus à notre Fête Nationale du MiniBasket, ce qui représente 2/3 de nos licenciés, on est très content de ce résultat.

La Fête Nationale du MiniBasket c'est aussi l'accompagnement de Partenaires, avez-vous mis en place des actions en lien avec eux ?

On a mis en place un stand éco-Box qui a connu un fort succès car elle était remplie quasiment en totalité. Ce succès s'explique dans la bonne communication en amont, nous avons envoyé des mails aux parents pour qu'ils soient au courant de cette opération bien en avance. Nous avons également installé (photos et vidéos/ Facebook) un atelier dessin animé par un employé de la MAIF pour la catégorie des baby pour la journée du samedi, les jeunes licenciés venaient par équipe participer à cet atelier qui a, lui aussi, connu un franc succès. En ce qui concerne l'activité partenaire du dimanche, nous avons organisé un grand concours de tirs MAIF avec la catégorie de U9.

Quelles émotions suscitent cet événement aux enfants ?

Les enfants sont excités, la catégorie des baby a adoré les différents ateliers qu'on leur a proposés. Avec en plus, tous les cadeaux offerts avec des sacs, des médailles et un ballon par enfant que le club a spécialement acheté pour ses jeunes licenciés. On sait que l'on a réussi notre Fête du MiniBasket quand à la fin de journée, l'enfant nous dit qu'il a envie de revenir l'année prochaine. On a fait une haie d'honneur à la fin pour la remise des cadeaux.

Selon vous, qu'est-ce qu'une Fête réussie ? Quel est votre axe d'amélioration pour les années à venir ? 

Notre Fête est un succès lorsque tout se passe bien autant pour les enfants que pour les parents. Pour les années à venir, notre axe d'amélioration serait de faire cette FNMB sur plusieurs sites (2 ou 3), car on a recensé une forte augmentation de licenciés, afin d'accueillir un maximum de personnes. 

Pour (re)découvrir les deux premières étapes :

1ère étape - Les Landes
2ème étape - Le Maine-et-Loire

Page Officielle de l'évènement

#FNMB2022

Catégorie: 
Surtitre: 
Fête Nationale du MiniBasket
Auteur: 
PICCIRILLO Paul
Date d’écriture: 
Mardi, 21. Juin 2022
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Pendant ces deux mois, nous partons à la rencontre de 5 territoires. Pour ce troisième rendez-vous, nous prenons la route de la Moselle ! Propos recueillis auprès de Stéphane Filser, responsable MiniBasket du Comité 57.
Pour Newsletter: 

La FFBB et la Ligue Ile de France au Salon de l’AMIF

Corps: 
Ces trois entités ont décidé d’un partenariat étroit autour du développement du Basketball en Ile de France leur permettant de collaborer régulièrement sur une grande diversité de sujets dans l’intérêt général de nos deux disciplines olympiques (5x5 et 3x3) sur le territoire. Dans le cadre d’un village sport, la FFBB et la Ligue Ile de France accueilleront les élu.es locaux franciliens sur un stand dédié afin de leur présenter les contours de la politique fédérale incluant plusieurs plans dont le Plan Infra 2024.
 
Un terrain mobile de Basket 3x3 sera également monté pour l’occasion avec de nombreuses animations pilotées par la Ligue Ile de France. 
 
Les principaux temps forts :
Durant les deux jours : animations sur le terrain de Basket 3x3 avec de nombreux lots à gagner !
 
Mercredi 29 Juin 11h15-12h15 
Commission Egalité Femmes – Hommes et Sports
« Comment les communes peuvent-elles favoriser l’égalité filles-garçons dans les pratiques sportives ? » (sur réservation)
 
Mercredi 29 Juin 11h00-12h30
Stand de l’AMIF
Signature de la convention de partenariat entre la FFBB, la Ligue IDF Basketball et l’AMIF
 
Mercredi 29 Juin 15h00-15h40
Forum Exposants
« Comment les acteurs du sport se réinventent par le numérique en prévision des grands événements sportifs ? » (ouvert à tous)
 
Mercredi 29 Juin 16h30-17h30
Agora Centrale
Clôture du Salon – JOP 2024 et territoires labélisés « Terre de Jeux »
 
Pour consulter le programme du salon, rendez-vous sur la page : https://www.salon-amif.fr/programme/le-programme-de-lamif/
 
Catégorie: 
Surtitre: 
PLAN INFRA
Auteur: 
Service de presse FFBB
Date d’écriture: 
Lundi, 20. Juin 2022
Vignette: 
Chapeau: 
Pour la première fois et dans le cadre d’un partenariat récent avec l’AMIF (Association des Maires d’Ile de France), la FFBB et la Ligue Ile de France de Basketball seront présentes les 28 et 29 Juin 2022 à Paris au salon de l’AMIF – Parc des expositions – Porte de Versailles.
Pour Newsletter: 

La Somme dépasse la limite !

Corps: 

Le résultat est validé par une présence record à la fête nationale du mini-basket : Tous les clubs étaient représentés pour près de 500 enfants.
Près de 2800 licences sur 20 clubs (bientôt 21 avec la création d’une association à Fort-Mahon), le mérite revient tout d’abord à tous les bénévoles qui poussent les murs et se battent pour les créneaux et les entraîneurs.
Ensuite, les effets des résultats des équipes de France aux JO ont donné un premier élan. Pendant les vacances, les demandes de renseignements étaient plus nombreuses qu’un été ordinaire. Les Jeux Olympiques génèrent toujours cette dynamique mais le boost a été amené par les résultats et la médiatisation supplémentaire surfant en plus sur notre nouvelle discipline, le 3x3.
Dès septembre, on peut noter une confiance retrouvée grâce aux mesures sanitaires. Contrairement à la saison passée, où nous étions persuadés d’être arrêté, le contexte de la rentrée 2022 était plus serein avec le pass sanitaire. Les parents ont remis les enfants dans les clubs. Vaccin et élections, le combo garantissait une saison sans restriction de déplacements et d’horaires.
En complément de l’engouement d’une véritable reprise, le comité départemental a ajouté des efforts financiers. Plus de 50000 € d’aides financières aux clubs afin qu’ils conservent de la trésorerie. La plupart ont donc répercuté cela sur les cotisations. Avec les dispositifs de l’Etat et du Département de la Somme, les jeunes sont venus en club pour une cotisation minime.
Cette saison 2021/2022 s’est déroulée presque normalement. Le CD80 avait décidé de laisser plus de temps en retardant le début des championnats pour permettre aux clubs de se relancer pleinement et engager les équipes avec des certitudes. Nous avons subi quelques perturbations en cours d’exercice en raison des reports covid et cas contact s’ajoutant à l’impossibilité de gérer des tournois mais les rencontres de championnats ont pu se jouer.
Désormais, il va falloir conserver ses licenciés en aidant les clubs à se structurer en terme d’encadrement, d’officiels et de dirigeants. 86% de licences renouvelées dans la promotion 2020/2021, c’est exceptionnel. La raison est que seuls les passionnés s’étaient engagés l’an dernier. Il sera indispensable de mettre les actions en place pour fidéliser nos adhérents.
Le CD80 a renouvelé son opération de « label école départementale de mini-basket ». 9 clubs ont été récompensés sur les critères d’encadrement et d’organisation. Une dotation de 150€ de matériel a été remise lors de la FNMB.

Catégorie: 
Surtitre: 
Challenges des licenciés FFBB
Date d’écriture: 
Lundi, 20. Juin 2022
Vignette: 
Chapeau: 
C’est une année record pour le Comité Départemental de la Somme (80) de Basket-Ball ! Avec 2 756 licenciés à l’heure de ces lignes, le plus petit comité de la ligue des Hauts de France termine à la première marche en termes de pourcentage d’augmentation au challenge des licences FFBB (calculé sur le nombre de licences N-2). En termes de nombre, l’augmentation le place sur le podium.
Pour Newsletter: 

Un défi de 2024m lancé aux Français

Corps: 

En 2022, la célébration de la Journée Olympique sera placée sous le signe de « la Paix et la Solidarité » et s’échelonnera sur plusieurs jours. En effet de nombreuses séquences seront proposées dès le 22 juin et jusqu’au dimanche le 26 juin, à l’occasion d’une grande fête du sport organisée aux abords du Stade de France.

Afin de proposer une pratique sportive caractéristique de la Journée Olympique, le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) lance le 23 juin un défi à tous les Français : courir, marcher, faire du vélo ou encore de la trottinette, seul ou en famille, sur 2024 mètres, pour partager un message de paix. Chacun pourra relayer son défi sur les réseaux sociaux avec #Defi2024m #JeBougePourLaPaix #JourneeOlympique et ainsi participer à la création d’un arbre virtuel géant, symbole de paix. De nombreux événements à travers la France vont ainsi être organisés par les entités déconcentrées du CNOSF (CDOS/CROS/CTOS), les classes olympiques ou encore les collectivités Terre de Jeux. Plus de 600 établissements scolaires vont notamment prendre part au défi !

L’ensemble des évenements sont à retrouver ici

Afin de créer une unité, les participants pourront télécharger gratuitement un dossard sur journeeolympique.fr et l’imprimer lors de leur inscription. Les photos publiées sur les réseaux sociaux alimenteront un arbre virtuel géant pour la paix qui sera à retrouver tout au long de la journée sur le site internet dédié à la Journée. De plus, le CNOSF s’associe au CROSIF (Comité régional olympique d'Ile-de-France), à la Région académique, l’UNSS Créteil-Paris-Versailles, l’USEP Régionale, l’INSEP, et l’association « Un quart de plus » pour une course de 20,24 km entre Puteaux et l’INSEP.

Dans le cadre de la Journée Olympique, près de 30 établissements scolaires (600 élèves) issus des 3 académies (Versailles, Paris, Créteil) vont se relayer sur 20.24 km. L’objectif à travers cette course est de promouvoir la paix en traversant la région parisienne. Des activités sportives seront mises en place à L’INSEP à l’arrivée des élèves qui pourront accrocher leur message pour la paix sur l’arbre prévu à cet effet.

26 juin : tous au pied du Stade de France !
Dimanche 26 juin, de 11h à 19h, au pied du Stade de France, futur site olympique, dans un incroyable terrain de jeu à ciel ouvert aménagé pour l’occasion, petits et grands pourront s’initier à plus d’une trentaine de sports olympiques et paralympiques (volley assis, basket fauteuil, escrime, aviron, escalade, breakdance…) en présence de grands champions comme Cécilia Berder (médaillée d’argent en escrime à Tokyo 2020), Romain Cannone (champion Olympique d’escrime à Tokyo 2020), Camille Lacourt (5 fois champion du monde en grand bassin, sur 50m et 100m dos), Anne-Cécile Ciofani (médaillée d’argent en
Rugby à 7 à Tokyo 2020), Diandra Tchatchouang (médaillée de bronze en basketball à Tokyo 2020), Mehdi Marzouki (Olympien en water-polo à Rio 2016) ou encore Soufyane Mehiaoui (joueur de l’Equipe de France de basket fauteuil). Des démonstrations sportives avec des footballeurs freestyle (Séan Garnier, Soufiane Bencok, Pola Freestyle, Logan Freestyle, Joachim Freestyle), et des animations culturelles d’Hip-hop Games (Mc Philemon, Dj Tismé, Human Beat Box Mystraw et l’Arbitre-Danseur Romuald), et d’artistes de Seine-Saint-Denis.

En savoir plus ici

Brigitte Henriques, Présidente du Comité national olympique et sportif français :
« La Journée Olympique est chaque année l’occasion de célébrer l’Olympisme. A deux ans des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, il est plus que jamais important de fêter les valeurs Olympiques et de favoriser la pratique sportive dans toutes ses formes et dans tous les territoires ! Le mouvement sportif français est mobilisé. Nous comptons sur les Français pour relever le défi et prendre part à l’aventure ce 23 juin prochain ! Cette Journée anniversaire précèdera la grande célébration du sport organisée le dimanche 26 juin, conjointement par le CNOSF, Paris 2024, le département de Seine-Saint-Denis, la Plaine Commune, et les Villes de Seine-Saint-Denis. Nous donnons rendez-vous au plus grand nombre le 26 juin prochain aux abords du stade de France ! »

Catégorie: 
Surtitre: 
Journée Olympique
Date d’écriture: 
Lundi, 20. Juin 2022
Vignette: 
Chapeau: 
Comme chaque année, la Journée Olympique est fêtée le 23 juin par le CIO, les Comités nationaux et l’ensemble du mouvement sportif international et français, en référence à la naissance du mouvement olympique moderne, le 23 juin 1894, à Paris.
Pour Newsletter: 

Fred Weis à cœur ouvert

Corps: 

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
J’ai eu beaucoup de soucis avec mon fils. J’ai eu du mal à assumer son autisme, et d’ailleurs je suis encore en plein travail dessus. J’ai vécu des choses que des gens, qui ne sont pas forcément sportifs de haut niveau, vivent. On a l’impression que les sportifs de haut niveau n’ont pas de soucis, tout se passe bien pour eux, et comme on les voit à la télé tout va bien. Sauf, que comme dans tous les métiers, comme tout êtres humains ils nous arrivent aussi des merdes. A travers ce livre, j’ai voulu expliquer ça. Dire que quand on prenait mal l’autisme ou le handicap de son enfant on n’était pas forcément un monstre, on était juste un être humain. J’avais besoin de raconter des choses sur moi et peut-être que certains traits de caractère que je peux montrer parfois seront ainsi mieux compris. J’ai voulu écrire ce livre en guise de thérapie. C’est un travail sur moi que j’ai fait.

Vous ne parlez donc pas de basket dans ce livre ?
Bien sûr qu’il y a du basket, c’est le fil rouge du livre. Je ne pouvais pas ne pas en mettre. Les super moments et même les mauvais moments du basket y sont mais y’a pas que ça. Par exemple, je raconte ma première année à l’INSEP qui a été une galère absolue pour moi.

Vous n’avez pas écrit ce livre seul…
J’ai rencontré un ami, un vrai ami sur qui je peux compter, la personne avec qui j’ai écrit Geoffrey Charpille. Il travaille à RMC et à Sports en France comme moi, il est devenu mon producteur sur Basket Time sur RMC et de fil en aiguille on a commencé à discuter, à s’entendre super bien. C’est un garçon extraordinaire, très gentil. Cela s’est fait très simplement.

… et la préface est signée par Jacques Monclar
J’ai sollicité Jacques Monclar, car il est tout simplement c’est celui qui m’a connu comme joueur, alors que j’étais qu’un enfant à Limoges, j’avais 20 – 21 ans, et il m’a connu comme adulte. Il m’a toujours conseillé comme consultant, il m’a toujours encouragé. Il m’a toujours aidé à « trouver » du travail en me disant de postuler là ou là. Jacques Monclar, je lui dois beaucoup et il est un peu le fil conducteur de ma carrière de joueur et de consultant.

Quels ont été les retours sur le livre depuis sa sortie le 9 juin dernier ?
Je n’aime pas dire ça, car si ça se trouve je raccroche avec toi et quelqu’un va le critiquer, mais pour l’instant c’est génial. Le meilleur retour que j’ai eu, c’est un papa d’un enfant autiste qui m’a dit qu’il s’était retrouvé dans mon témoignage. Et rien que pour cette personne, je suis content d’avoir écrit ce livre.

Pouvez-vous nous expliquer le titre de votre livre ?
« Comment ça va ? », les gens posent cette question mais ne s’intéressent pas forcément à la réponse. C’est souvent comme ça que ça se passe, c’est un truc de politesse. Et moi j’ai toujours répondu : « Jusque-là, ça va ».

 

livre Weis Jusque-là, ça va
« Durant 20 ans, ma vie a tourné autour du basket. Des entraînements, des matchs, des compétitions, des voyages, des hôtels. Je reviens sur tout cela dans cet ouvrage. Malgré mon physique avantageux pour ce sport, j'ai connu beaucoup de moments de doute. J'ai voulu tout abandonner. Je ne l'ai jamais fait. Je suis fier de ma carrière. Mais j'aurais aimé être aussi fier de moi en tant qu'homme. Car j'ai été faible. Je n'ai pas peur de le dire. J'ai été harcelé à l'école, j'ai tenté de me suicider par deux fois, je n'ai pas voulu reconnaître l'autisme de mon fils. Ce sont des facettes de mon existence qui ne me quitteront pas. Et pour la première fois, j'ai décidé d'en parler librement et honnêtement. »

Auteurs : Frédéric Weis avec Geoffrey Charpille
Editeur : Amphora
Date de parution : 9 juin

Commander le livre

Catégorie: 
Surtitre: 
Livre
Date d’écriture: 
Jeudi, 16. Juin 2022
Vignette: 
Chapeau: 
L’ancien pivot aux 100 sélections en Équipe de France, Frédéric Weis (44 ans, 2,17m) désormais consultant à la TV et à la radio nous présente son livre « Jusque-là, ça va » sortit le 9 juin dernier en librairie.
Pour Newsletter: 

L’élu !

Corps: 
Comment avez-vous réagi quand vous avez su que vous étiez élu aux Gloires du Sport ?
C’est un honneur, une reconnaissance et c’est une satisfaction personnelle de se rendre compte qu’on laisse une trace par rapport à ce que l’on a pu réaliser dans sa discipline. Et pour cette distinction la reconnaissance va au-delà du cadre du basket, alors ça fait d’autant plus plaisir. Vous savez, mon parcours est allé au-delà de mes espérances. Je n’étais pas du tout destiné à évoluer dans ce sport car dans ma famille personne n’avait pratiqué le basket, ni dans mon entourage proche. J’ai fait beaucoup d’autres sports avant et je pense même que ça m’a avantagé au final parce que ça a développé chez moi d’autres qualités. C’est le fruit des rencontres, des circonstances qui ont fait que je me suis dirigé vers le basket.
 
 Comment ça a commencé ?
J’ai joué longtemps au foot, mon père ayant pratiqué lui-même à un bon niveau, j’ai fait de l’athlétisme et des sports de combat (judo et karaté). C’est d’ailleurs mon prof de karaté qui m’a amené au basket, d’abord pour assister à une séance d’entrainement. Un sport que je ne connaissais pas du tout, J’ai débuté à 16 ans passé dans un petit club de quartier à Lyon l’AS Beaumarchais, et après je suis allé à la CRO Lyon, qui jouait en Nationale 2 (Pro B de l’époque). C’est Jeff Dubreuil, mon premier entraineur à la CRO, qui a commencé à me faire toucher du doigt l’exigence qui s’impose lorsqu’on ambitionne d’évoluer à un certain niveau. J’ai ensuite eu la chance d’avoir des entraineurs qui m’ont fait progresser, qui m’ont fait évoluer et avec qui j’ai eu la chance de remporter des trophées : Pierre Dao, Michel Gomez, Jean Galle, Francis Jordane, Jacques Monclar et il y en a eu beaucoup d’autres…
 
Après 25 ans au plus haut niveau en tant que joueur, vous vous êtes investi dans votre club de cœur Limoges … (il coupe)
J’ai arrêté le CSP depuis la fin de saison 2019/2020. Il n’y a pas beaucoup d’anciens basketteurs qui sont restés après leur carrière aussi longtemps dans le milieu du basket, j’ai d’abord été entraîneur à Antibes où je venais de terminer ma carrière puis directeur du marketing et du commercial au Limoges CSP pendant 13 ans. Auparavant j’avais fait plusieurs formations dont celle de Manager Général au Centre de Droit et d’Economie du Sport à Limoges pendant 2 ans. Récemment, j’ai souhaité arrêter ma collaboration au Limoges CSP ou j’avais également intégré le directoire, pour différentes raisons qui seraient trop longues à expliquer. Je ressentais une lassitude, je ne concevais pas de continuer dans mes fonctions sans être pleinement motivé. C’était la meilleure décision à prendre, il était temps pour moi de tourner la page… Je vais avoir bientôt 60 ans et désormais c’est une nouvelle aventure qui se présente devant moi, puisque depuis le mois de juin dernier et les dernières élections départementales j’ai un mandat d’élu et  je suis conseiller départemental de la Haute Vienne. Je préside notamment une commission qui intègre les domaines liés à la jeunesse, à l’éducation, à la culture et au sport.
 
Une carrière politique, c’était quelque chose que vous aviez déjà en tête ?
Ce n’est pas quelque chose que j’avais envisagé. C’est plutôt, encore une fois des rencontres et des affinités qui se sont créés avec Jean-Claude Leblois, Président du Conseil Départemental de la Haute-Vienne. J’entretenais de très bonnes relations avec lui lorsque, dans le cadre de mes fonctions au CSP, j’avais en charge la gestion des partenariats avec les entreprises privées et les partenaires institutionnels. Lorsqu’il a su que j’arrêtais mes fonctions au CSP, il m’a sollicité pour me faire part de sa proposition d’intégrer son équipe de campagne et me proposer de me présenter sur un canton de Limoges. Je n’ai pas accepté par idéologie ni par militantisme, j’avais d’ailleurs fixé certaines limites et certaines conditions avant de m’engager et j’ai voulu joué la transparence dès le départ. Je me suis présenté « sans étiquette » en tant que « citoyen issu de la société civile ». Si j’ai accepté de me lancer dans cette aventure c’est parce que je me retrouve dans la plupart des valeurs que défend Jean-Claude Leblois et par sa dimension humaine. Je retrouve certaines valeurs présentes dans le sport, le travail collectif, la solidarité, se mettre au service de l’intérêt général. Si j’ai accepté, ce n’est pas du tout par ambition politique ou pour me projeter au-delà de ce mandat. Je ne fais pas ça pour être sur le devant de la scène ou pour être devant les projecteurs, j’ai eu d’autres accomplissements dans ma vie. Je me suis engagé principalement pour être utile et pour mener à bien des projets sur lesquels j’ai envie de m’investir.
 
 
Est-ce que votre notoriété vous a aidé pour cette élection ?
C’est possible mais on ne peut pas l’affirmer. Tout d’abord c’est un travail d’équipe puisqu’il faut le savoir on se présente en binôme, une femme et un homme avec pour chacun une remplaçante et un remplaçant. J’ai eu la chance et c’est le mérite de Jean-Claude Leblois, d’avoir constitué un binôme très complémentaire, je m’entends très bien avec Véronique Guilhat-Barret mon binôme qui est une personne de grande valeur humaine et très portée sur la bienveillance à tous les niveaux. Nous avons fait une belle campagne, nous sommes allé à la rencontre des habitants du canton et nous avons eu la satisfaction d’avoir été élu à 57% sur un canton qui était détenu par l’opposition sur la mandature précédente. J’ai ressenti lors de ces élections des émotions, une adrénaline, des satisfactions qui se rapprochent un peu de celles qu’on vit en tant que sportif.
 
Stéphane Ostrowski en bref
Née le 17 mars 1962 à Bron
Intérieur
193 sélections et 2 813 points en Équipe de France entre 1993 et 1996
1 JO
1 Mondial
6 Championnats d’Europe
 
Carrière joueur
1980-1982 : Lyon
1982-1985 : Le Mans
1985-1992 : Limoges
1992-1995 : Antibes
1995-1998 : Cholet
1998-1999 : Antibes
1999-2001 : Chalon-sur-Saône
2001-2005 : Antibes
 
Carrière entraîneur
2005-2006 : Antibes
 
Palmarès joueur
Vainqueur Coupe de Coupes : 1988
 
Champion de France : 1988, 1989, 1990, 1995
Vainqueur de la Coupe de France : 1998
Vainqueur du Tournoi des As : 1988, 1990
 
Distinctions individuelles
8 fois All-Star européen
11 fois All-Star LNB
4 fois MVP du championnat de France
5 fois meilleur marqueur du championnat de France
8 fois joueur français le plus complet
Meilleur marqueur de l’histoire de la LNB (9 348 points)
Meilleur rebondeur (3 623 rebonds) 
5ème meilleur passeur (1 658 passes
7ème meilleur joueur européen en 1991
 
Gloire du sport 2020
Académie du Basket 2013
 
 
Catégorie: 
Surtitre: 
Que sont-ils devenus ?
Date d’écriture: 
Mercredi, 8. Juin 2022
Vignette: 
Chapeau: 
Intronisé en décembre dernier au Panthéon du Sport Français, les Gloires du Sport en 2020, Stéphane Ostrowski embrasse aujourd’hui une nouvelle carrière après avoir passé près de 40 ans dans le basket professionnel. En juin 2021, il a été élu conseiller Départemental de la Haute Vienne, retour avec lui sur cette nouvelle expérience.
Social_posts: 
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;height:0;overflow:hidden;"> <iframe style="width:100%;height:100%;position:absolute;left:0px;top:0px;overflow:hidden" frameborder="0" type="text/html" src="https://www.dailymotion.com/embed/video/xrxmdx?autoplay=1" width="100%" height="100%" allowfullscreen allow="autoplay"> </iframe> </div>
Pour Newsletter: 

Décès d’Yves-Marie Vérove

Corps: 

Personnage entier, meneur d’hommes hors pair, Vérove aura été un acteur majeur du basket français, en tant que joueur puis entraîneur. Natif de Grand-Fort-Philippe, c’est dans le Nord que ce meneur d’1,92 m a connu la grande époque du club de Berck, avec lequel il est champion de France en 1973 et 1974. A Caen puis Limoges, il continue de vivre de grandes épopées européennes et remporte la coupe Korac, en 1982. Revenu sur ses terres nordistes il continuera de fouler les terrains bien après avoir fêté son 40e anniversaire et poursuivra ce rôle d’entraîneur-joueur en Corse, à Ajaccio.

Pendant 10 ans, Yves-Marie Vérove a ensuite défié les pronostics et les logiques budgétaires sur le banc de l’Etendard de Brest, au point de mener les Bretons à un improbable titre de Pro B, sur le parquet de Bercy, en 2005. Des succès obtenus par le sorcier de Cerdan en dirigeant notamment ses deux fils, Franck et Jimmy.

A eux, à sa famille, à ses proches, la FFBB présente ses plus sincères condoléances.

Catégorie: 
Surtitre: 
Disparition
Date d’écriture: 
Lundi, 6. Juin 2022
Vignette: 
Chapeau: 
Figure légendaire de Berck, entraîneur de Brest qu’il avait ramené en Pro A et international à 33 reprises, Yves-Marie Vérove est décédé à l’âge de 72 ans.
crédit: 
Musée du Basket
Pour Newsletter: 

L'USO Mondeville et le TOAC champions de France

Corps: 

Retrouvez ici les résultats et résumés d'hier.

Les résultats du jour :

FINALES :

NF3 - 13h15 : USO MONDEVILLE / ÉTOILE SPORTIVE GIMONTOISE BB
L’USO Mondeville démarre de la meilleure des manières en distançant Gimont dès les premières minutes. Sarah-Yvanna Keboum-Biamou domine les débats dans la raquette, à l’image d’un lay-up primé inscrit entre plusieurs joueuses Gersoises (14-7, 4’). Dans un combat intense, les deux équipes se retrouvent rapidement dans la pénalité et, naturellement, les passages sur la ligne de lancer-franc se multiplient. Lou Bobst subit une faute sur une tentative derrière la ligne à trois points et convertit ses lancers pour porter l’écart à neuf unités à l’issue du premier quart-temps (27-18). La pression défensive des Normandes continue de poser d’insolubles problèmes à Gimont, qui dépasse parfois non sans peine le milieu de terrain. L’Occitane Léa Delaplace conclut un lay-up en déséquilibre mais Yaye Daba Sylla réplique dans la foulée (40-28, 17’). L’inévitable Lou Bobst inscrit un panier à trois points au buzzer et permet à son équipe de rentrer aux vestiaires avec quinze points d’avance (49-34). Reparties avec les mêmes intentions, les Mondevillaises inscrivent dix points en moins de quatre minutes (59-38, 24’). Impacté physiquement et dans les intentions, Gimont perd pied et subit la foudre de Mondevillaises de plus en plus en confiance (75-46, 32’). Les équipes ayant ouvert leur banc, le différentiel se stabilise. Les éclairs Gersois n’y feront rien, l’USO Mondeville est champion de France de NF3. Score final 88-58. 

NM3 - 15h30 : IE – TOAC BASKET / LEVALLOIS SPORTING CLUB BASKE
5 points d’entrée pour Pascal Tajan en une minute de jeu. Bien aidé par Ludovic Vaty dans la raquette, le TOAC commence fort. Les imprécisions de Levallois sont compensées par le numéro 15, Pierre Besson, et l’adresse de Solly Stansbury. Un jeu juste des deux côtés rend le premier-quart temps intense. La fulgurance de Tyreece Brice offre des percées spectaculaires et maintient les Toulousains à égalité. Le début du deuxième quart-temps est physique avec des contacts et duels de haut-niveau. La lucidité offensive Toulousaine n’est pas récompensée au score (19-20, 13’). À moins d’une minute de la pause, les équipes alternent les possessions musclées. Le TOAC repasse devant, 36-33. La reprise offre des beaux tirs à mi-distance. En vrai chef d’orchestre, l’américain Brice continue ses exploits et permet à son équipe de mener de 9 points à la 26ème minute de jeu. Poussé par son public, Levallois ne trouve pas la solution en attaque (60-45, 30'). Le LSC intensifie sa défense et remonte l’écart, comptant aussi sur le manque de réussite toulousain (62-52, 32’). Tyreece Brice effectue une fin de match impressionnante, à l’origine de toutes les belles actions. Sans réel suspense sur la fin de rencontre, Toulouse AOC s’impose 82-70 et devient champion de France de NM3.





PETITES FINALES 

NM3 - 11h : VAUTOUR CLUB DE LABATTOIR (Zone Océan Indien) / US ALFORTVILLE BASKET
Revanche sur le match de samedi ? Début de match poussif, 6-5 après 7 minutes de jeu. Pour le troisième jour consécutif, les supporters de Vautour sont toujours aussi festifs. Des tentatives à 3 points fructueuses permettent à l'équipe de Mayotte de prendre de l’avance. En réelle difficulté en attaque, Alfortville parvient à grapiller quelques points grâce aux fautes provoquées. Dans un sursaut, les Franciliens reviennent au score 28-25, à la mi-temps. Le troisième quart-temps est plus rythmé en intensité. Les deux équipes se structurent et proposent un jeu intéressant. L’US Alfortville passe devant et conclut 40-51. Les fautes s’enchaînent dans le dernier quart. Vainqueur du match 45-67, Alfortville est troisième de Nationale Masculine 3.

NF3 - 11h : LA TAMPONNAISE BASKET BALL (Zone Océan Indien) / AS MONTFERRAND
L’AS Montferrand se détâche rapidement et creuse progressivement l’écart (34-17, 15’). Zaneta Duskova fait des dégâts dans la raquette Réunionnaise avec un and-one tout en puissance (38-17, 18’). 44-19 à la mi-temps en faveur des Montferrandaises. Le niveau de jeu après la reprise est plus homogène et les paniers se font plus rare (48-21, 25’). Par des paniers à mi-distance et à trois points, La Tamponnaise réalise un second acte de bien meilleur niveau. Anaïs Gilles s’illustre d’ailleurs au terme d’une belle action collective (67-42, 37’). L’AS Montferrand s’impose 73-42 et remporte la médaille de bronze des Finales NF3.

Catégorie: 
Surtitre: 
FINALES NM3 / NF3
Date d’écriture: 
Lundi, 6. Juin 2022
Vignette: 
Chapeau: 
Après trois jours de compétition, les petites finales et finales ont rendu leur verdict.
crédit: 
Crédit : Bellenger/IS/FFBB
Pour Newsletter: 

Jour de demi-finales

Corps: 
Retrouvez ici les résultats et résumés d'hier.

Le programme du jour :

CLASSEMENT 5-6

NM3 - 16h : ASC TOURS (Zone GUYMARGUA) / AS DUMBÉA (Zone Pacifique)
Dans cette rencontre pour la cinquième place, le début de match est serré et les deux équipes se répondent coup pour coup. L’AS Dumbéa mène 31-29 en fin de premier acte (17’). Le retour en seconde mi-temps est plus laborieux pour les Néo-Calédoniens et sur des contre-attaques express, l’ASC Tours prend au fur-et-à-mesure les devants (47-36, 26’). L’AS Dumbéa revient bien en fin de troisième quart-temps (53-43). Mais, les espoirs sont de courte durée. Les paniers s’enchaînent et l’ASC Tours crée définitivement l’écart, porté par l’expérience de Yannick Gaillou, ancien joueur de Pro B, passé notamment par Aix-Maurienne et Boulazac. Les Guyanais l’emportent 82-56.

NF3 - 16h : AS JT (Zone Pacifique) / US SINNAMARY (Zone GUYMARGUA)
La défaite d’hier n’a pas découragé les joueuses de Sinnamary. Elles lancent cette deuxième journée en proposant un jeu actif. Côté tahitien, l’AS JT maintient le score grâce à de la réussite au shoot. 15-16 à l’issue du premier quart-temps. Les nombreuses fautes commises des deux côtés (5 fautes d’équipe à chaque quart-temps) rendent cette rencontre équilibrée : 33-29 à la pause. Malgré des tentatives à 3 pts, le score reste de 37-43 à la fin de la troisième période. L’US Sinnamary repasse devant à six minutes de la fin. Les Tahitiennes sont éreintées mais gardent l’avantage. À la fin du temps réglementaire, le score est de 57 partout. Les deux équipes sont à cran (2 fautes techniques attribuées) dans une fin de match très serrée. Sinnamary gagne cette rencontre, 66-65, après un lancer-franc marqué par la pivot Elsa Merlin.


DEMI-FINALES

NM3 - 18h30 : VAUTOUR CLUB DE LABATTOIR (Zone Océan Indien) / IE – TOAC BASKET
L’entame de match est aussi chaude qu’hier avec des supporters de Mayotte qui se font entendre. Ludovic Vaty et son équipe mènent de 12 points à la fin du premier quart-temps. Portés par Pascal Tajan, les Toulousains exécutent avec rapidité et justesse en zone avant. De quoi prendre de l’avance, 29-53 à la mi-temps. Un malheureux panier de Vautour inscrit contre-son-camp au cours du troisième quart-temps s’ajoute à l’écart qui se creuse (36-73). Dénuée de suspense, la dernière période n’a pourtant pas été sans bruit de la part du public. Au final, le Toulouse OAC s’impose 92-47. Pascal Tajan a inscrit 23 points du côté Toulousain, Soilihi en a mis 22 pour les Mahorais.

NF3 - 18h30 : USO MONDEVILLE / LA TAMPONNAISE BASKET BALL (Zone Océan Indien)
L’USO Mondeville assume rapidement son statut de favori et prend les devants rapidement par son énergie et sa capacité à se projeter (29-11, 13’). En défense, les Normandes jouent dur et les Réunionnaises se heurtent à un mur. Naturellement, leur intensité contribue à aggraver la marque et les deux équipes se séparent sur un score de 44 à 13 à la mi-temps. Le second acte part sur les mêmes bases et la Tamponnaise ne parvient pas à inscrire le moindre point, gêné par la taille de l’effectif Mondevillais et notamment Yaye Silla (56-13, 28’). Le troisième quart-temps s’achève sur deux paniers de Lou Bobst inscrits en contre-attaque (60-14). Sans grand suspense, la rencontre va à son terme et l’USO Mondeville s’impose 94-24. Elle est la première équipe féminine qualifiée pour la finale qui aura lieu demain.


NM3 - 21h : US ALFORTVILLE BASKET / LEVALLOIS SPORTING CLUB BASKET
L’entame est serrée sur le terrain principal du CDFAS d’Eaubonne (15-14, 7’). Alfortville n’est pas en réussite sur la ligne des lancers et se fait bousculer au rebond, les Levalloisiens en profitent pour prendre le large (26-19, 12’). Avec cinq points de suite en une minute, Oscar Bannerot permet à Alfortville de recoller. Par une alternance de contre-attaques et de jeu placé, les équipes ne se lâchent pas et rentrent au vestiaire sur le score de 37-34. L’écart se creuse en seconde mi-temps, Levallois continue à ne donner que des tirs compliqués et se projette rapidement en contre-attaque (57-49, 30’). Les dernières minutes voient les défenses prendre le dessus sur les attaques. Les drives des Levalloisiens Samba Balayera et Emmanuel Span échouent successivement (58-53, 34’). Par son travail au poste bas, Nazim Kadra permet à l’US Alfortville de revenir une nouvelle fois (59-59, 37’). Solly Stansbury ne se laisse pas perturber et inscrit un panier à 3 points en fin de possession qui redonne un peu d’avance à Levallois (62-59, 38’). Une avance qui tiendra jusqu’à la fin. Le Levallois SC Basket s’impose 68-64 dans cette demi-finale et rejoint le TOAC Basket en finale. Emmanuel Span termine la rencontre à 14 points quand Jihad Mahboub, sorti sur blessure, et Hugo Adin se partagent le haut de la marque pour l’US Alfortville, avec 13 unités.

NF3 - 21h : ÉTOILE SPORTIVE GIMONTOISE BB / AS MONTFERRAND
Une entrée en matière poussive pour l’AS Montferrand avec seulement 2 points inscrits en 4 minutes de jeu. Les joueuses réussissent à passer devant et concluent le premier quart-temps 16-18. La mascotte de l’Etoile Sportive Gimontoise chauffe la salle et les Gersoies mènent de huit points à la pause. Affamées et sur chaque ballon, elles continuent de mener dans le troisième quart-temps (57-41, 30'). La masquée Marie Leroy permet à son équipe Gimontoise de creuser un écart de 30 points. Cette journée de demi-finales se termine par une victoire de Gimont 77-49, qui retrouvera donc l'USO Mondeville demain en finale.
 
Catégorie: 
Surtitre: 
FINALES NM3 / NF3
Date d’écriture: 
Dimanche, 5. Juin 2022
Vignette: 
Chapeau: 
Les premières rencontres de la veille ont livré leur verdict et huit équipes se retrouvent aujourd'hui pour disputer des demi-finales décisives.
crédit: 
Crédit : Bellenger/IS/FFBB
Pour Newsletter: 

Pages

S'abonner à RSS - FFBB