NM1

« La santé de tout le monde passe avant le sport »

Corps: 

Comment s’est passée ton arrivée à Saint Vallier l’été dernier ? Tu arrivais d’une équipe de Saint-Quentin qui venait de gagner les playoffs.
On ne va pas se le cacher, quitter un groupe aussi soudé et avec une montée acquise après une victoire de un point en finale des playoffs ce n’est jamais facile. Les circonstances ont fait que je n’ai pas eu trop le choix mais j’ai eu la chance de retrouver un projet similaire à Saint Vallier, c’est à dire une volonté de monter. Tout c’est bien passé, je connaissais déjà Vincent Ateba et Ludovic Chelle, mon rôle en tant que poste 4 était très clair dès  le début : apporter toutes mes qualités pour faire en sorte que l’équipe atteigne son objectif.

C’était ta 5ème saison de suite en NM1, c’est une division dans laquelle tu te retrouves bien ?
Oui bien sûr. Je me sentais bien en Pro B aussi mais j’ai du redescendre suite à une blessure et une opération à la cheville. Il fallait que je me relance mais au final je m’y retrouve vraiment bien dans cette division qui d’année en année devient de plus en plus compétitive.

Pour toi, comment la division évolue au fur et à mesure des années ?
Passer à 28 équipes a accentué les écarts entre les équipes du haut de tableau et les équipe du bas de tableau. Ne pas jouer contre tout le monde en première phase peut être aussi dur à juger.
Après il y a du bon, déjà parce qu’il y a énormément d’équipes de NM1, cela permet à de plus « petites équipes » qui aspirent à grandir de s’encrer dans la division, d’être présentes. Nous joueurs, on voit la formule, mais on n’y pense pas trop. On joue pour gagner tous les matchs, point.

Collectivement, vous avez réalisé une première phase plutôt intéressante, cela devait être frustrant de ne pas pouvoir aller plus loin ?
Oui toujours frustrant, surtout que vers la fin de la phase 1 on savait qu’on allait finir dans le Top 5 et on attendait tous, moi le premier, de jouer face aux équipes de l’autre poule. J’adore les matchs avec de l’enjeu comme cela, je sais que c’est le plus dur et c’est pour cela qu’on joue.
Après je suis quelqu’un de très réaliste, j’ai une très grande compréhension de l’état actuel du monde entier. Avec le Covid-19 c’était tout à fait logique de tout arrêter et la santé de tout le monde passe avant le sport.

Justement, comment tu as réagi à l’annonce de l’arrêt des compétitions ?
C’était d’abord une frustration mais après une compréhension totale. Je suis complètement d’accord avec la décision qui a été prise par la FFBB. Ils ont été assez réactifs pour prendre la décision de tout arrêter.

Quelles sont tes occupations pendant ce confinement ? Tu es resté autour de Saint-Vallier ?
Oui je suis à Saint Vallier, comme tous les joueurs de l’équipe sauf Demond Watt qui est rentré à Chicago pour être avec sa famille. Les journées se ressemblent de plus en plus mais j’essaye de m’occuper, je regarde des séries, je fais des petits workouts, des circuits cardio-training. J’essaye de travailler sur des choses que peut-être je n’aurais pas eu le temps de faire pendant la saison.

Catégorie: 
Surtitre: 
NM1 - Saison 2019-2020
Date d’écriture: 
Jeudi, 23. Avril 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Joueur référencé de la division et vainqueur des playoffs la saison dernière avec Saint-Quentin, Desmond Quincy-Jones a trouvé un autre projet ambitieux à Saint Vallier.
crédit: 
Photo: Christine Van Roy

« J’ai un rôle d’assistant coach sur le terrain »

Corps: 

Retrouver l’équipe à ce niveau là, c’était une surprise ?
Une surprise oui et non, en début d’année personne dans l’équipe n’avait vraiment une idée du niveau de la NM1. On avait quelques joueurs qui y avaient déjà joué mais qui n’avaient pas forcément des gros rôles dans leurs équipes donc c’était vraiment une découverte pour beaucoup de monde.
Les dirigeants nous avaient donné l’objectif ambitieux d’aller chercher le Top 5, mais au fur et à mesure des journées on a vu qu’on pouvait aller réaliser notre objectif et même aller chercher plus haut.
C’était notre première saison dans la division, on a fait quelques petites erreurs qui nous coûtent cher à l’arrivée. On perd un match très important à Rueil au buzzer, à Mulhouse on fait un non match… Sans ces petites erreurs on aurait pu  peut être jouer autre chose.

Chaque week-end on retrouvait une équipe du SOPCC dure en défense et sans complexe en attaque, le danger pouvait venir de partout ?
C’était l’objectif du recrutement cette saison, on avait beaucoup de joueurs complémentaires, c’est ce qui faisait notre force en NM2 aussi. Il y avait du talent un peu partout, on jouait en équipe en faisant l’extra passe. Une fois que tout le monde a compris ça, c’est à ce moment que l’on a commencé à bien jouer.

Comment le groupe a vécu l’arrêt de la saison ?
On sort de NM2 et on arrive en NM1 où il y a beaucoup de matchs, c’est un rythme qui est complètement différent. L’arrêt de la saison au départ on pensait que ça serai de courte durée donc les gars appréciaient le fait d’avoir une petite pause. Avec le temps on se dit que c’est quand même dommage, on était 3ème du groupe A. On ne sait pas si on aurait pu atteindre plus haut mais on aurait aimé être une équipe qui n’a peur de personne et qui prend match après match. Pour certains joueurs de mon équipe ça aurait été encore plus intéressant pour montrer ce qu’ils valent à ce niveau là.

Le SOPCC a t il les moyen de s’installer dans la durée dans le haut de la division ?
C’est compliqué de répondre aujourd’hui. Avec la crise actuelle je ne sais pas comment sera l’équipe la saison prochaine. Moi même je ne sais pas encore ce que je vais faire.

Personnellement, tu as réalisé une saison très convaincante, tu as trouvé un bon équilibre à Pont-de-Cheruy ?
Ici je suis loin d’être au niveau que j’avais quand j’étais en Pro, mais j’ai un rôle différent. Je suis plus considéré comme un entraineur dans le club, je m’occupe des U20 et même au sein de l’équipe j’ai un rôle d’assistant coach sur le terrain. Aux entrainements j’essaie d’apporter mon point de vue et mon experience dans ce que l’on fait. Le rythme de la NM1 fait que je dois me gérer alors qu’il y a quelques années je pense que j’aurai pu faire beaucoup mieux que cela.

Quels sont tes projets pour la suite ? Tu suis actuellement une formation d’entraineur avec la Fédération.
Oui je fais la formation DAVB, j’ai eu mon DE-JEPS la saison dernière. J’essaye d’avoir de plus en plus d’outils dans mes bagages, à moyen terme j’aimerais devenir entraineur dans le milieu intermédiaire (NM2, NM3) puis passer mon DES dans quelques années.
Je suis plus attiré par le travail avec des seniors mais les jeunes m’intéressent aussi , surtout ceux qui sont en centre de formation et qui veulent se projeter vers le haut niveau. Les pousser vers leurs objectifs et travailler avec eux c’est quelque chose de super intéressant.

Comment se passe le confinement de ton côté ?
Je suis en province donc je peux sortir 1h pour courir et faire du sport. Je fais toujours de la course et après un peu d’entretien à la maison autour d’exercices de cross-fit. J’essaye de faire de séance de 30-40 minutes chaque jour avec ma femme.

Catégorie: 
Surtitre: 
NM1 - Saison 2019-2020
Date d’écriture: 
Mardi, 21. Avril 2020
Vignette: 
Chapeau: 
L’ancien champion de France Pro A avec la Chorale de Roanne Marco Pellin, qui est depuis 2 ans le meneur de Pont De Cheruy, revient avec nous sur cette première saison du SOPCC en NM1 et de son rôle au sein de l’une des équipes qui a le mieux marché cette année dans la division.
crédit: 
Photo: Gérard Héloïse

« Les joueurs arrivent toujours avec le bon état d’esprit »

Corps: 

Cette année l’équipe a encore une fois joué les premiers rôles dans la poule B, qu’est-ce-qui a bien fonctionné ?
Ce qui a bien fonctionné c’est avant tout l’état d’esprit de l’équipe, des joueurs. Il y a eu une bonne entente tout au long de la saison.
Les coachs font très souvent de très bon choix tant humainement que sportivement donc le recrutement s’est fait en tenant compte de ces critères et par rapport aux joueurs qui continuaient avec nous.

C’était la 9ème saison de suite en NM1 pour le RAC, comment vous expliquez cette stabilité avec des résultats de plus en plus positifs ?
C’est lié au travail des entraineurs qui proposent un jeu plaisant et qui savent mettre en valeur les qualités de chacun des joueurs qui adhèrent à ce qui leur est proposé. Compte tenu de notre budget, les coachs savent qu’ils n’ont pas beaucoup de marge de manœuvre mais ils font souvent les bons choix.

Cette saison, l’équipe avait 2 joueurs, Armand Mensah et Samuel Eyango-Dingo, qui étaient en licence AS avec la JSF Nanterre. C’est un échange qui a apporté un plus au groupe ?
Ça a été très positif pour les jeunes je pense que c’est toujours bien d’avoir du temps de jeu pour pouvoir performer et progresser. C’était donnant-donnant, la situation a été bénéfique pour les deux clubs. Armand et Samuel ont pu s’appuyer sur l’experience de nos joueurs majeurs qui les ont bien encadrés.

La saison a été marquée par l’arrêt après la première phase, la bonne solution selon vous ?
C’était la seule décision à prendre, le plus important c’est la crise sanitaire. Même si le basket est très important pour nous il faut avant tout préserver le maximum de monde et suivre les consignes. Arrêter les championnats était pour moi la seule solution raisonnable.

Vous vous projetez directement sur la saison prochaine ? Quels seront les objectifs ?
Déjà il va falloir voir l’atterrissage de cette saison, voir comment ça va repartir et quand ça va repartir. On est un peu tous dans le flou, bien sur qu’il faudra reconstituer une équipe performante, maintenant il va falloir voir les conditions dans lesquelles ça pourra se faire.

Pendant cette période inédite, le club, les entraineurs, restent en contact avec les joueurs ?
On reste en contact avec eux évidemment, les entraineurs plus que moi mais je prends des nouvelles de temps en temps pour savoir si tout se passe bien de leur côté. Les joueurs sont des professionnels,  ils savent que leur corps doit rester en forme donc ils se maintiennent en forme autant qu’ils le peuvent.

Catégorie: 
Surtitre: 
NM1 - Saison 2019-2020
Date d’écriture: 
Dimanche, 19. Avril 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Présidente d’un club de Rueil qui ne cesse de progresser depuis 9 ans en NM1, Hélène Héloïse revient rapidement sur la saison du club francilien et donne son avis par rapport à l’arrêt de la saison.
crédit: 
Photo: Gérard Héloïse

« Je suis vraiment bien dans cette équipe de Tours »

Corps: 

Tours a fait partie des meilleures équipes cette saison en NM1, quelles ont été les clés de ce succès ?
Je pense que tout d’abord on avait un groupe qui s’entendait très bien en dehors du terrain, on a eu une affinité qui s’est créée assez rapidement  et on voulait vraiment rester mobilisé tous ensemble avec cet objectif de monter en ProB. Un autre facteur important était que chacun connaissait son rôle au sein de l’équipe, chacun savait ce qu’il avait à faire. Tout le monde faisait bien son boulot donc ça a facilité les choses.

L’UTBM a eu toute la saison une identité d’équipe défensive, physique, c’est quelque chose qui vous tenait à cœur ?
Oui le coach a fait son recrutement par rapport à ça. On pouvait alterner le jeu à l’intérieur avec un cinq de grande taille mais on pouvait aussi présenter un cinq un peu plus « small ball ». Avec ces différentes options on a dérangé pas mal d’équipes pendant la saison. 

Personnellement tu avais très bien commencé la saison, tu as été stoppé par une blessure au genou, ça a été un gros coup d’arrêt pour toi ?
Oui ça a été très dur à encaisser car c’était ma première grave blessure en tant que joueur pro. On a beaucoup réfléchi à une possible opération, le choix n’a pas été facile à faire. Après beaucoup d’examens on a remarqué que mon genou était plutôt en forme donc je suis parti en rééducation juste après. Tout ça aura duré 3 mois et je suis revenu en pleine forme. De mon côté je n’ai jamais vraiment quitté le groupe, j’allais toujours aux entrainements, aux matchs pour toujours resté concerné et ne pas être perdu quand je reprendrais. J’ai repris l’entrainement pendant 15 jours, j’ai eu le feu vert du médecin et malheureusement la saison a été stoppée à cause du coronavirus. 

C’était ta 3ème saison en NM1, une division dans laquelle tu t’épanouis ?
Oui je m’y retrouve bien et je me suis vraiment épanoui dans cette équipe de Tours car mon rôle et les responsabilités qui m’avaient été confiés me correspondaient parfaitement. J’avais surtout mes coéquipiers qui me trouvaient facilement et c’était vraiment sympa.

Comment se passe le confinement de ton côté ? Tu es toujours en contact avec ton club ? Tes coéquipiers ?
Je suis en contact avec tout le monde. On s’appelle de temps en temps , on prend des nouvelles. J’essaye de m’occuper, je suis souvent au téléphone avec ma famille, mes amis, je regarde des films et des séries, un peu de jeux vidéo et du sport aussi.

Des séries ou des films à conseiller ?
En série je viens de finir « La Casa de Papel », j’ai regardé aussi « Power ». Mes coéquipiers vont être contents car j’ai toujours dis que l’univers MARVEL ce n’était pas mon truc mais, depuis le début du confinement, je me suis lancé dedans donc c’est une petite pensée pour eux aussi.

Catégorie: 
Surtitre: 
NM1 - Saison 2019-2020
Date d’écriture: 
Vendredi, 17. Avril 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Dominant pendant la première partie de saison puis stoppé net par une blessure au genou, Vincent Pourchot, nous livre ses impressions sur la saison 19-20 et nous partage ses occupations pendant le confinement.
crédit: 
Photo : Olivier Barthon

« On est solidaire de cette situation dramatique »

Corps: 

Votre club réalisait jusque-là une belle saison, quelle a été votre réaction à l’annonce de l’arrêt de la compétition ?
On avait beaucoup d’ambition donc évidemment on était déçu de rester un peu sur notre faim. L’arrêt brutal est déstabilisant pour l’ensemble des acteurs et pour la vie du club. Mais cela reste un problème majeur et des conditions qui sont exceptionnelles avec une situation sanitaire sans précédent avec cette pandémie. Donc on est resté un peu sur notre faim pour cette fin de saison tout en étant aujourd’hui solidaire de cette situation dramatique qui traverse le pays et le monde.
Nous aurions été favorable à une reprise des compétitions car le sport est un formidable vecteur de beaucoup de valeurs mais uniquement dans des conditions parfaites de sécurité sanitaire, sportive et économique. Force est de constater qu'aucune de ses cases n'était remplie et que les faits nous donnent raison aujourd'hui. Les incertitudes sont à ce jour au moins aussi grandes et c'est pourquoi devant le nombre de problématiques sportives engendrées par une compétition qui se serait déroulées dans des conditions non-optimales, nous pensons qu'il étaient plus juste pour l'équité sportive générale d'opter pour un arrêt définitif des compétitions sans incidence sportives, positive ou négative.

Vous avez été en contact avec d’autres présidents de club ?
Oui, on a eu une conférence téléphonique il y a quelques semaines où tous les présidents ont pu donner leurs avis sur la saison que l’on souhaitait. La grande majorité des clubs ont partagé la vision qui était la nôtre sur le fait d’arrêter la compétition pour être solidaire de l’ensemble des clubs sportifs, quelle que soit la division. On redémarrera en Septembre prochain comme on a démarré en Septembre 2019.

Sur cette saison, qu’avez vous pensé de votre équipe ?
Très satisfait. C’est ma deuxième saison en tant que Président au STB, j’ai senti une équipe beaucoup plus dynamique, beaucoup plus conquérante, une bonne entente entre les joueurs en dehors du terrain ce qui a permis d’avoir des joueurs qui étaient dans un esprit d’équipe et un esprit de combativité du début à la fin. L’équipe atteignait vraiment un très bon niveau à l’issue de la phase 1.

Vous avez aussi un projet autour de jeunes joueurs.
Oui dans notre équipe nous avions 6 joueurs professionnels et 4 jeunes qui ont montré un excellent visage à côté des joueurs plus expérimentés. Ils ont pu apprendre tout au long de la saison mais aussi apporter leur fougue à l’effectif. Je pense que ce mix avec le centre de formation est une très bonne expérience pour le club et a donné de très bons résultas pour cette première phase de championnat.

Quelles sont les perspectives pour la saison prochaine ? Repartir avec un effectif similaire ou procéder à quelques changements ?
Il y a des contrats qui s’arrêtent au 30 Juin. Aujourd’hui sur ces contrats il n’y a pas encore de vision , mon adjoint travaille beaucoup avec Hervé Coudray sur la constitution de la nouvelle équipe.  Contrairement à l’année dernière où on était les derniers à pouvoir se préparer (ndlr : le STB avait été jusqu’en finale des playoffs) là on est dans le timing. Il y des projets mais rien de finalisé aujourd’hui. Des joueurs resteront évidemment, même chose pour les joueurs du centre de formation qui ont acquis de l’expérience cette saison. Mais il est encore trop tôt pour finaliser l’effectif pour la saison prochaine, on reste en attente également de la décision de la LNB concernant la PRO B et la JEEP Elite.

Vous avez récemment mis à la vente aux enchères des maillots de joueurs au profit des hôpitaux, ce sont des initiatives importantes pour vous ?
Mon adjoint a mis cela en place car il avait vu un autre club sportif le faire et on a trouvé que c’était une très bonne initiative. On en voit de plus en plus en ce moment aux informations ou sur les réseaux sociaux, tous ces clubs qui aident le monde soignant via différentes collectes d’argent. On va réfléchir à d’autres initiatives comme celle-ci dans les prochaines semaines.

Vous restez en contact avec les joueurs pendant cette période de confinement ?
Oui, on a un groupe What’sApp ce qui permet d’être en contact régulier entre le directoire, le conseil de surveillance, les joueurs. L’un d’entre eux a eu un petit bébé il y a quelques jours donc cela a permis de remonter le moral de tout le monde. On est toujours à l’affût pour prendre des nouvelles de nos joueurs qui aujourd’hui sont confinés, avec la difficulté de pas pouvoir s’entrainer.

Catégorie: 
Surtitre: 
NM1 - Saison 2019-2020
Date d’écriture: 
Mercredi, 15. Avril 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Après une belle première partie de saison (18 victoires et 8 défaites), la saison du STB Le Havre a été stoppée à cause de l’urgence sanitaire. Edouard Morlot, Président depuis deux saisons, revient sur cette saison 2019-2020 un peu particulière.
crédit: 
Photo : Paris-Normandie

« C’était une première partie de saison parfaite »

Corps: 

La saison NM1 étant terminée, peux-tu faire un retour sur ces 6 mois de compétition avec ton équipe de Chartres ?
Collectivement la saison s’est très bien passée pour nous jusqu’à ce coup d’arrêt lié au virus. On s’est  très vite bien entendu et on avait tous un seul objectif en tête qui était d’aller le plus loin possible pour la montée en PRO B. Les 12 victoires d’affilée en début de saison nous ont permis de prendre très vite de l’avance, ça nous a mis également énormément en confiance et au fur et à mesure des matchs la pression était plus sur les équipes adverses qui voulaient nous faire tomber que sur nous. Ce match aller à Pont-de-Cheruy (ndlr : 1ère défaite de la saison : 86-64) nous a fait du bien je pense. Se prendre une telle défaite nous a fait redescendre de notre nuage. Mais on a su se remettre en route et gagner les matchs face aux équipes du Top 5 dont le match retour face à Pont-de-Cheruy qui était extrêmement important.
Je dirai que c’était une première partie de saison parfaite. Cette équipe a été construite avec beaucoup de joueurs d’expérience et de qualité.

C’est cette expérience et cette confiance que vous avez accumulés qui ont fait la différence ?
Oui, On avait un 5 majeur bien expérimenté pour la division, plus des joueurs,  comme Dejan Senckanski qui a 36 ans et de nombreuses années en NM1 , qui sortaient du banc et qui nous apportaient une sacrée plus value. Notre étranger Maxwell a été énorme, il a apporté beaucoup d’énergie à chaque match et tout cela a fait que l’on a bien réussi notre saison.

Du’Vaughn Maxwell a été l’un des meilleurs joueurs du championnat, vous l’attendiez à ce niveau ?
Moi personnellement je ne le connaissais pas du tout, il a joué dans beaucoup de pays. C’est vrai que l’on ne s’attendait pas à ce qu’il soit aussi énorme. En préparation on a vu que c’était quelqu’un qui était actif des deux côtés du terrain, très athlétique. Dès que la saison a commencé sa prestation étaient tout simplement énorme à tous les matchs. Il a été très régulier. Il a eu un peu plus de mal quand les équipes l’ont laisser tirer un peu plus à 3pts mais à part ça il a été incroyable. C’est rare de voir un étranger défendre avec une telle intensité.

Tu as joué en NM1 de 2014 à 2017, tu es parti en PRO B la saison dernière avant de revenir en NM1 cette année, surement avec un nouveau rôle, un nouveau statut, comment as tu vécu cette saison ?
Le passage en PRO B a été pour moi plus que bénéfique. On a réalisé une super saison collectivement et personnellement je me suis retrouvé assez rapidement dans le 5 de départ avec un rôle de joueur clé ce qui m’a permis d’emmagasiner pas mal d’experience. J’ai découvert un vrai nouveau rôle cette année qui est de jouer poste 2. La saison dernière , jouer avec un joueur comme Xavier Forcada était très bénéfique et là ,  me retrouver avec l’un des meilleurs français de la division, Olivier Romain, c’était la même chose. Individuellement j’ai été bon mais grâce aux joueurs qu’il y avait autour de moi.

Comment a évolué la division par rapport aux années précédentes ?
Déjà il  y a plus de matchs. Je trouve aussi qu’il y a un écart assez prononcé entre les équipes du haut de tableau et les équipes qui se battent pour le maintien. Il y a aussi plus d’équipes qui veulent jouer la montée, cette saison il y avait au moins 7 équipes qui ambitionnaient d’accéder à la PRO B donc je pense qu’il y a plus d’écuries bâties pour jouer les premiers rôles qu’auparavant.

Pendant cette période de confinement, comment tu t’occupes ?
Je suis redescendu dans ma famille dans le Sud de la France, j’ai la chance d’avoir un jardin donc je peux sortir m’aérer. Je peux aller courir en forêt juste à côté pour garder la forme et j’ai un peu de matériel de musculation pour m’entretenir. C’est vrai que c’est une sensation particulière de couper l’activité sportive à haute intensité d’un coup. Ne pas se lever pour aller à l’entrainement, ou aux matchs, c’est particulier.

Tu as déjà la saison prochaine dans un coin de la tête ?
Oui, moi je suis sous contrat avec Chartres donc déjà on attend la décision de la LNB concernant leur fin de saison ou non. Si ils décident de reprendre on sera sans doute impacté donc pour le moment on est en attente de cette décision là.

Catégorie: 
Surtitre: 
NM1 - Saison 2019-2020
Date d’écriture: 
Lundi, 13. Avril 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Joueur majeur d’une équipe de Chartres dominante, Yann Siegwarth nous donne des nouvelles pendant le confinement et revient sur sa première saison avec le CCBM.
crédit: 
Photo: Gérard Héloïse

Le Bureau Fédéral statuera sur les compétitions de clubs le 28 mars 2020

Corps: 

Le 12 mars dernier, la FFBB a reporté toutes les compétitions du vendredi 13 mars jusqu’au mardi 31 mars inclus, incluant le Top 8 Aréna Loire qui devait qualifier les deux finalistes de la Coupe de France masculine.

Elle a depuis engagé une réflexion sur l’adaptation de ses compétitions en tenant compte de l’évolution de la situation sanitaire en France et des recommandations des autorités.

Sont à l’étude, différentes options allant d’une reprise à l’annulation totale des compétitions d’une saison administrative qui se termine annuellement, dans le basket, le 30 juin.

En concertation permanente avec la LNB, la FFBB consultera les clubs de LFB, LF2 et NM1, ainsi que ses ligues régionales et ses comités départementaux, avant la tenue du Bureau Fédéral du samedi 28 mars.

Catégorie: 
Surtitre: 
Informations FFBB - COVID-19
Auteur: 
Service presse FFBB
Date d’écriture: 
Jeudi, 19. Mars 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Suite à la progression de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Coronavirus COVID-19, le Bureau Fédéral, se réunira le samedi 28 mars prochain, en visioconférence, et statuera sur l’ensemble des compétitions (championnats et Coupes) hors celles gérées par la LNB et en cohérence avec elle.

Le Top 10 du weekend est en ligne

Corps: 

Catégorie: 
Surtitre: 
Top 10 CourtCuts FFBB
Auteur: 
Guillaume Karli/FFBB
Date d’écriture: 
Jeudi, 12. Mars 2020
Vignette: 
Chapeau: 
En numéro 1, ça n'hésite pas à passer littéralement au dessus du défenseur pour dunker !
crédit: 
Montage : Julien Bonnet | Commentaires : Lukas Nicot

Mathieu Boyer : « Prendre match après match »

Corps: 

Après une très bonne saison 2018-2019 et une qualification dans le groupe A, être dans le groupe B cette année est-ce une déception ?
Oui et non. Oui, car on a très bien joué pendant la 2ème partie de première phase et on se dit que si on avait joué comme ça dès le début de la saison on aurait pu prétendre à finir dans le Top 5. Mais quand on voit le niveau de la poule, finir 6ème n’est pas une déception. Il ne faut pas oublier que à mi-chemin on était dans la zone des relégables, donc on aurait pu finir dans la poule C…

Qu’est ce qui a manqué par rapport à la saison passée ?
Je pense qu’il nous a manqué un peu d’expérience, notamment dans la gestion des fins de matchs. On a une équipe plus jeune avec 23 ou 24 ans de moyenne d’âge et c’est ce qui a dû faire la différence sur un ou deux matchs. Et c’est peut-être ces rencontres qui auraient pu faire changer la donne et nous permettre d’aller dans le groupe A.

Quel est l’objectif dorénavant ? Aller chercher les playoffs et faire un beau coup par la suite ?
L’objectif est déjà de garder la première place du groupe pour être le mieux classé possible et ainsi rencontrer une équipe au premier tour qui sera plus proche de nous au classement et donc éviter une équipe du Top 5 du groupe A.

Au niveau du groupe, tout se passe bien cette saison ?
On a un très bon état d’esprit, tout le monde s’entend très bien et c’est l’une des choses qui fait notre force. On a tous 23 ou 24 ans et on s’apprécie sur et en dehors du terrain donc c’est très positif. On a tous le sourire en arrivant à l’entrainement et c’est très agréable de jouer dans une ambiance comme ça.

Vous avez étudié les équipes que vous allez rencontrer en 2ème phase ?
On a commencé à travailler sur certains systèmes pour être au point, si elles sont dans le groupe B ça veut dire qu’elles méritent d’y être donc il faut se méfier de toutes les équipes. Mais le coach nous demande de prendre match après match, pour le moment on est concentrés sur GET Vosges.

D’un point de vue individuel c’est une super saison pour toi … tu t’éclates dans cette équipe ?
Je m’éclate oui ! Mes coéquipiers m’utilisent bien, je finis souvent les actions parce qu’ils me mettent dans les meilleures positions. Je m’éclate sur et en dehors du terrain, aussi. En dehors car il y a une super ambiance et sur le terrain le ballon vit beaucoup, tout le monde touche la balle et on contribue tous à la réussite de l’action. Mais je fais avant tout une bonne saison car ils me mettent dans les meilleures dispositions !

Catégorie: 
Surtitre: 
NM1 - Phase 2 - Groupe A
Date d’écriture: 
Mercredi, 11. Mars 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Dans le groupe A la saison dernière, la JSA Bordeaux s’est classé cette année 6ème de sa poule et devra donc batailler pour sa place en playoffs. L’un des hommes forts de la première phase, Mathieu Boyer, fait un point à mi-parcours.
crédit: 
©Facebook JSA Bordeaux

Pages

S'abonner à RSS - NM1