Coupe de France | FFBB

Coupe de France

La Luck vainqueur de la Coupe de France entreprise

Corps: 
 
La première journée a été rythmée par les phases de poules entre les 16 entreprises qualifiées avec au bout du chemin une place pour les quarts de finale. Entre buffet et soirée animée par un DJ, la bonne humeur s’est fait ressentir auprès de tout le monde.
 
Le dimanche, changement d’ambiance : le centre Hoops Factory de Lille respirait la concentration, la motivation et l’esprit d’équipe. Finalement, La Luck (un board game café) s’est imposée face à Nike, dans un match où le niveau était élevé.
 
Félicitations aux équipes mais également au staff qui a contribué à un week-end marqué par une belle ambiance générale.  

On se retrouve l’année prochaine pour l’édition 2023 !
 
Le Podium :  
1. La Luck
2. Nike
3. Police Nationale

 
Catégorie: 
Surtitre: 
Hoops Factory
Auteur: 
Caela Aout
Date d’écriture: 
Mardi, 31. Mai 2022
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Ce week-end avait lieu la finale de Coupe de France 3x3 entreprise et l’équipe de La Luck a su s’imposer dans la dernière ligne droite face à l’équipe Nike. Le podium, complété par l’équipe de la Police Nationale, nous a proposé de beaux highlights.
crédit: 
Thomas Neveu
Pour Newsletter: 

Le retour de l'Elan

Corps: 

Exit l’ASVEL, Monaco, Boulogne-Levallois ou Limoges. Contrairement aux féminines quelques heures plus tôt aucune équipe du top 4 du classement du championnat n’est parvenu à se frayer un chemin jusqu’à la finale de la Coupe de France. L’occasion était donc belle pour Strasbourg et Pau-Lacq-Orthez de s’adjuger un trophée.

Deux formations séparées par une seule victoire en LNB mais pas sur la même dynamique avant de débarquer à Paris. Trois victoires de rang pour la SIG, trois revers pour l’Elan. Au point que le coach Eric Bartecheky a passé un savon mémorable à ses troupes en amont de la finale. Sortie visiblement salvatrice puisque les Béarnais ont jailli des starting-blocks avec une attaque survitaminée et un Vitalis Chikoko dominateur sous le cercle, en mode intimidateur en défense et ramasse miettes en attaque.

Le pivot zimbabwéen a martyrisé se vis-à-vis pendant toute la première mi-temps (20 d’évaluation) et son abattage a fini par laisser quelques libertés aux shooteurs palois. De quoi se bâtir un intéressant matelas de sécurité (39-31). Un avantage effacé en l’espace de quelques secondes au retour des vestiaires à la faveur d'une belle réussite extérieure. Les Béarnais, eux, continuaient de servir leurs grands, Hamadi Ndiaye prenant le relais de Chikoko dans un style tout aussi autoritaire.

Si les cercles souffraient, la SIG, elle, préférait caresser les filets à longue distance et un soudain coup de chaud de Jordan Howard leur offrait un premier avantage au cœur du troisième quart-temps. Les deux équipes s’échangeaient alors les coups entre claquette dunk et 2+1. Le modèle réduit Justin Bibbins sortait un instant de sa boîte et semblait faire pencher la balance en faveur de l’Elan mais un Howard toujours insaisissable annihilait ses efforts.

A l’orée des cinq dernières minutes l’intensité physique montait d’un cran à l’image de plusieurs séquences défensives de haut vol. Une faute antisportive à Yannis Morin suivi d’un trois-points de Jérémy Leloup et d’un dunk de Ndiaye donnait un peu d’air à Pau (82-74). Porté par ses supporters et ceux de Basket Landes déchaînés, l’Elan enfonçait le clou à la faveur d'un 16-2 décisif. Désormais sous pavillon américain, Pau-Lacq-Orthez renoue avec son glorieux passé.

Elan Béarnais bat Strasbourg : 95-86

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupe de France Robert Busnel
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Samedi, 23. Avril 2022
Vignette: 
Chapeau: 
15 ans après, l’Elan Béarnais retrouve les sommets grâce à sa victoire en finale de la Coupe de France face à Strasbourg (95-86) et complète un week-end magique pour le Sud-Ouest.
Pour Newsletter: 

Chikoko en mode costaud

Corps: 

15 points, 8 rebonds, 4 passes décisives, 5 contres, si Vitalis Chikoko n’était pas sur le terrain lorsque l’Elan a réussi sa série décisive dans les derniers instants, son impact aura été salué par un titre de MVP. Il faut dire que le pivot zimbabwéen a imposé sa puissance sous le cercle dès l’entre-deux et a conquis son premier titre en France, même s’il glisse dans un sourire qu’il a remporté "deux championnats au Zimbabwe". C’était il y a plus de dix ans et dans un environnement moins prestigieux que l’Accor Arena.

Samedi soir, Chikoko a fait chavirer le cœur des centaines de supporters venus du Sud-Ouest pour assister à la renaissance d’un Pau-Lacq-Orthez qui n’avait plus connu l’ivresse des sommets depuis 2007. "On voulait gagner pour tous les gens qui ont pris le train pour venir nous soutenir", déclarait-il sur le parquet, son fils dans les bras, saluant au passage la nouvelle organisation de l’Elan. "Les nouveaux propriétaires connaissent très bien le basket. Ils ont l’expérience de la NBA et cela commence à se voir. Ils nous poussent, communiquent beaucoup. Aujourd’hui on a montré qu’on peut gagner. Si on continue j’ai l’impression que tout est possible. Si on joue comme ça personne ne pourra nous arrêter."

Bien parti pour rallier les playoffs, Pau-Lacq-Orthez a donc encore de l’appétit et pourra compter sur son géant qui retrouve des sensations et une influence sur le jeu qu’il avait affiché lors de son premier passage dans le Béarn, avant de rejoindre les Metropolitans 92 : "Je suis dans une forme que je n’ai pas connue depuis des années. Je peux courir, sauter, je suis fit." Ses futurs adversaires sont prévenus.

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupe de France Robert Busnel
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Samedi, 23. Avril 2022
Vignette: 
Chapeau: 
Le pivot béarnais a laminé la raquette strasbourgeoise et récolté le trophée de MVP.
Pour Newsletter: 

Magarity reine des Landes

Corps: 

C’était sa première finale à l’Accor Arena. Et pourtant, rien n’a semblé l’atteindre. Regan Magarity et ses coéquipières ont offert à Basket Landes la première Coupe de France de son histoire. "Cela était notre objectif depuis le début de la saison et nous en avions parlé plusieurs fois. Être capable de gagner après deux prolongations est vraiment unique. Ça a été un vrai effort d’équipe, les joueuses ont donné tout ce qu’elles avaient", explique la Suédoise. Auteure de 24 points, 11 rebonds et 6 fautes provoquées (pour 31 d’évaluation), les Berruyères n’auront jamais trouvé la solution pour l’arrêter. Qui plus est avec un public Landais en feu tout le long. "L’atmosphère était incroyable avec de tels fans. C’est une expérience qui restera gravée pour tout le monde, que ce soient les joueuses, le staff, les fans et la ville", sourit-elle.

L’intérieure continue ainsi sa très grande saison, elle qui est troisième à l’évaluation toutes équipes confondues en championnat (19,1) et meilleure marqueuse de sa formation (15,2 pts). Avec une telle confiance accumulée, l’ancienne joueuse de Villeneuve-d'Ascq et Tarbes est bien déterminée à rester concentrée et mener son club le plus loin possible dans les semaines à venir. Avec comme ambition de conserver le titre acquis l’année dernière. "On va célébrer ce trophée comme il faut. Mais nous allons vite devoir nous préparer pour les deux derniers matchs de saison régulière qui auront lieu la semaine prochaine avant de commencer les playoffs". Le show Magarity pourrait bien se poursuivre prochainement.

Catégorie: 
Auteur: 
Guillaume Mansire
Date d’écriture: 
Samedi, 23. Avril 2022
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Dominante toute la rencontre et plus particulièrement dans les moments importants, Regan Magarity (1,92 m, 25 ans) a été élue MVP de la confrontation opposant Basket Landes au Tango Bourges Basket.
Pour Newsletter: 

Basket Landes écrit son histoire

Corps: 

17 victoires consécutives en LFB et plus une défaite depuis le 16 octobre dernier. Un triomphe en Eurocup il y a quelques semaines à domicile avec une démonstration de force en finale. Le Bourges Basket a un côté rouleur compresseur depuis plusieurs semaines. L’ogre s’est présenté à l’Accor Arena est la ferme intention de faire main basse sur un trophée qui a longtemps été sa chasse gardée (quatre victoires en six éditions entre 2014 et 2019).

Mais avec les retours de Céline Dumerc et Valériane Vukosavljevic, Basket Landes avaient les armes pour rivaliser et après un faux départ (9-17), s’est reposé sur le duo Marine Fauthoux-Regan Magarity pour combler son retard. Comme à son habitude la meneuse de l’Equipe de France a imposé un rythme effréné à la rencontre tandis que la Suédoise affichait une régularité métronomique offrant des solutions multiples pour ses arrières. Iliana Rupert en difficulté, se reposait sur son duo de vétérans Isabelle Yacoubou-Elodie Godin pour alimenter la marque.

Le duel s’équilibrait au cœur du deuxième quart-temps et c’est une succession de balles perdues berruyères qui permettait à Basket Landes de signer un 9-0 à base de jeu rapide pour rentrer au vestiaire avec léger avantage (39-34). Le duel de poids lourds entre les deux premiers du classement LFB se poursuivait après la pause avec de nouveaux facteurs X : Lidija Turcinovic d’un côté, Keisha Hampton de l’autre. Un concours de shooteuses sans réelle vainqueur, à l’image d’une finale loin d’avoir trouvé son vainqueur.

Les deux équipes flirtaient avec le K.-O. mais manquaient de nombreuses occasions pendant les trois premières minutes du quatrième quart-temps, vierges de points. Basket Landes semblant soudain fébriles à la finition, c’est Elin Eldebrink puis Laëtitia Guapo qui faisaient pencher la balance en faveur des Tango. En grand danger (53-59), les Landaises trouvaient cependant les ressources pour offrir un money-time étouffant à une Accor Arena en fusion. A 64-64 et une minute au chrono c’est de nouveau Eldebrink qui trouvait la faille sur un 2+1, avant que Fauthoux n’égalise sur un missile à 8 mètres. Guapo puis Tolo échangeaient à leur tour des paniers pour envoyer en prolongation un match qui méritait cinq minutes supplémentaires.

Une période qui se trouvait une nouvelle héroïne. La guerrière de l’ombre, Kendra Chery entrait dans la lumière avec cinq points décisifs mais, Iliana Rupert, à 7 secondes du buzzer forçait une deuxième prolongation ! Les égalités s’y succédaient avant que Regan Magarity ne prenne les choses en main pour solidifier son statut de MVP et offrir un titre historique pour Basket Landes, quelques mois après avoir remporté le championnat de France.

Basket Landes bat Bourges : 91-88 (après 2 prolongations)

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupe de France Joë Jaunay
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Samedi, 23. Avril 2022
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Au terme d’une finale exceptionnelle décidée après deux prolongations, Basket Landes a conquis la première Coupe de France de son histoire en battant Bourges (91-88).
Pour Newsletter: 

Malwaya MVP collectionneur

Corps: 

Récompense en main, il est allé glisser un mot à son capitaine, François Wibaut, monumental pendant la finale U17 (32 pts) et qui aurait également pu prétendre au trophée de MVP. Mais les votants lui ont préféré la copie très complète du spectaculaire Malwaya : 24 points, 14 rebonds, 4 passes décisives et 4 interceptions. "Je lui ai dit que ce titre lui revenait. Il a mis 32 points, fait un match énorme. Je pense qu’il mérite plus que moi."

Le prospect déjà référencé sur la scène européenne, entré avec un an d’avance au Pôle France en 2019, avait fait le choix de rejoindre l’ASVEL un an plus tard. Il y prend actuellement une nouvelle dimension. En février, à Belgrade, il menait son équipe à la phase finale, agrémenté du titre de MVP. Malwaya savoure ce nouveau succès tout en pensant à ceux à venir : "Pour moi c’est incroyable. Mais il me manque encore l’Euroleague, le championnat, la Coupe du Monde U17… Je suis concentré sur tout. Je veux tout prendre." Son coach louait de son côté le calme et l’éducation de son poulain, le qualifiant "d’or en barre".

Dans un club engagé sur tous les tableaux et à l’effectif à rallonge, quel avenir pour Malwaya chez les pros. Son ancien coéquipier Kimany Houinsou est allé chercher du temps de jeu en Pro B et le jeune homme doit désormais déterminer la marche à suivre avec son club et ses représentants. "Je suis en pleine réflexion mais ce n’est pas évident de voir ce que je vais faire parce qu’il y beaucoup de compétitions à conclure. Ce n’est pas facile de penser à l’année prochaine."

Les opportunités devraient cependant être nombreuses pour ce poste 2 aux impressionnantes qualités athlétiques et également capable de monter la balle. "Nous avons des joueurs promis à une très belle carrière", glissait d’ailleurs Mike Happio en quittant la conférence de presse.

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupe de France U17 masculins
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Samedi, 23. Avril 2022
Vignette: 
Chapeau: 
Quelques semaines après avoir été élu MVP du tournoi qualificatif de l’Euroleague à Belgrade, Killian Malwaya (1,98 m, 16 ans) a récidivé en finale de la Coupe de France U17.
Pour Newsletter: 

L’ASVEL dominatrice

Corps: 

Dans ses plans pour le futur Tony Parker fait du développement de jeunes talents un axe central de sa politique. Qualifiés pour le tournoi final de l’Euroleague, les prospects de l’ASVEL rêvent également d’une domination sur le plan national et disposent des arguments pour y parvenir. Et notamment une dimension athlétique qui a fait souffrir Gravelines dès les premières minutes de la finale U17.

Mike Happio peut compter sur plusieurs éléments surdimensionnés en U17, habitués au niveau espoirs et fréquemment au contact de l’équipe professionnelle. Ces leaders ont immédiatement pris les choses en main à l’image de Killian Malwaya et François Wibaut. L’écrasante supériorité physique villeurbannaise a entraîné deuxièmes et troisièmes chances pour rapidement mettre les Nordistes dans les cordes. Trahis par leur adresse de loin, les Nordistes décrochaient irrémédiablement au fil des minutes : -10, -20, -30, l’addition était de plus en plus lourde.

Dans ce marasme Roman Domont parvenait à surnager. Extérieur de 2,03 m aux immenses segments il portait sur ses épaules encore frêles un BCM en manque de rotation et de puissance. Au cœur du troisième quart-temps son activité offrait une faible lueur d’espoir même si l’ASVEL trouvait systématiquement une réponse aux changements défensifs de Maxence Flandrin.

La zone punie, la press cassée, les Rhodaniens faisaient preuve d’une belle maîtrise et ne lâchaient jamais leur proie. Le collectif leur permettait de trouver d’excellentes positions de tirs et le jeu rapide sanctionnait la moindre perte de balle de Gravelines. La finale virait un temps au concours de dunks, symbole de la domination sans partage de l'ASVEL.

ASVEL bat Gravelines-Dunkerque : 100-77

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupe de France U17 masculins
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Samedi, 23. Avril 2022
Vignette: 
Chapeau: 
L'ASVEL n'a laissé aucune chance au BCM Gravelines en finale de la Coupe de France U17 masculins et s'impose 100-77.
Pour Newsletter: 

L’OVNI Bobst

Corps: 

30 points, 6 passes décisives et des highlights en pagaille. Lou Bobst a éclaboussé de tout son talent la finale de la Coupe de France U18. Dans la presse locale, sa coach, Dessislava Anguelova l’avait comparée à Luka Doncic et en conférence de presse elle n’a pas tardé à évoquer le cas particulier de sa joueuse. "Je veux dire quelques mots sur l’OVNI à côté de moi. J’ai une chance d’avoir des joueuses comme ça. Plus l’événement est important, meilleure elle est."

D’une décontraction déconcertante, la Bordelaise est repartie avec le trophée de MVP sous le bras et confirme un potentiel un temps caché. Responsabilisée très jeune à Orthez, en NF1, elle a volontairement évité le pôle espoirs pour suivre sa propre voie. "J’ai eu des propositions et j’ai décidé de ne pas suivre le cursus normal. Ce sont des choix, ma famille et moi avons pensé que c’était le mieux pour moi", explique-t-elle. 

Recrutée par Mondeville en 2020 son avenir s’inscrit sans aucun doute au plus haut niveau. Car si son parcours est différent, son ambition n’en demeure pas moins bien présente. Sa performance a d’ailleurs été réalisée sous les yeux de Julien Egloff, l’entraîneur de l’Equipe de France U18. Celle qui a flirté avec les Bleuettes grâce au Fast Track 3x3 se verrait bien goûter aux compétitions internationales 5x5. En attendant elle a démontré sa maîtrise dans l’immense Accor Arena. "Je me suis sentie super bien dans la salle. Tout est rentré. Tant mieux." Avec six tirs primés Bobst a enflammé l’enceinte parisienne et lancé une carrière prometteuse.

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupe de France U18 féminine
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Samedi, 23. Avril 2022
Vignette: 
Chapeau: 
Il faudra sans doute s’habituer au nom de Lou Bobst (1,74 m, 16 ans), le nouveau phénomène de la formation mondevillaise et MVP de la Coupe de France U18.
Pour Newsletter: 

Le triplé pour Mondeville

Corps: 

Les jeunes pousses de Mondeville n’ont pas connu d’adversaires à leur mesure lors de la saison 2021/22. En U18 Elite comme en NF3, les Normandes ont surclassé la concurrence dans des proportions parfois gigantesques. Comment l’USOM allait-il réagir s’il était mis en difficulté ? L’entraîneur Dessislava Anguelova avait eu un premier aperçu lors de la demi-finale où Roche Vendée avait tenu 30 minutes avant de totalement exploser.

Samedi matin, à l’Accor Arena, Lyon a parfaitement géré la pression tout terrain imposée d’entrée par Mondeville. Après quelques secondes de flottement, les troupes de Frédéric Berger ont intelligemment fait circuler la balle pour trouver des positions faciles près du cercle, trouvé leurs leaders d’attaque Carla Leite et Stacy Chovino (16 pts au premier quart-temps) et profité d’une grande légèreté adverse dans la gestion du ballon (9 balles perdues en dix minutes) pour faire le break (11-18).

La belle organisation lyonnaise allait cependant voler en éclat au début du deuxième quart-temps. En l’espace de trois minutes, l’USOM se fendait d’un 14-0 éclair, initié par Lou Bobst. La Bordelaise, présentée par sa coach comme la nouvelle pépite d’un club qui a vu défiler quelques phénomènes, alliait spectacle et efficacité. Entre tirs longues distances et passes aveugles elle éclairait le jeu tandis que la pression et le rythme normands faisait perdre la tête à une ASVEL soudain dépassée, malgré les efforts d’une Carla Leite héroïque (52-40).

La machine bien lancée, difficile de l’arrêter d’autant qu’en plus du festival Bobst, Anaëlle Dutat se démultipliait, présente à la fois au rebond et sur toutes les lignes de passes pour tranquillement s’acheminer vers les 20 points d’écart. Mais loin de s’effondrer les Lyonnaises se lançaient dans une spectaculaire remontada. Chovino se battait sur tous les ballons et un 0-13 relançait le suspense à sept minutes de la fin (77-71).

Mondeville retombait dans ses travers, offrant quelques munitions à Carla Leite mais parvenait à conserver une courte longueur d’avance dans une finale splendide offensivement. Une orgie de points ponctuée d’éclairs de génie individuels. A une minute de la fin Leite se voyait offrir deux occasions de ramener son équipe à -1. Ses tirs ne trouvaient que le cercle et l'USOM assurait son triplé sur la ligne des lancers-francs.

Mondeville bat FC Lyon : 93-88


 

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupe de France U18 féminine
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Samedi, 23. Avril 2022
Vignette: 
Chapeau: 
L’USO Mondeville a remporté son troisième titre consécutif en Coupe de France U18 féminine, confirmant sa domination sur le basket de jeunes.
Pour Newsletter: 

Fougères sacré au buzzer

Corps: 

Un handicap ? Quel handicap ? Le Toulouse Olympique Aérospatiale Club est une équipe de Nationale 2. Même si cela ne deviendra réalité que pour 2022/23. Et après avoir éliminé trois clubs de la division lors des tours précédents, le TOAC s’est présenté à l’Accor Arena sans nourrir le moindre complexe et en imprimant un rythme effréné à la rencontre. Une cavalcade incessante qui a déstabilisé Pays de Fougères dans les premières minutes. Les 7 points d’avance des Toulousains avaient tendance à enfler avant que le meneur Maxime Choplin ne mette la main sur le ballon et ne change la donne. L’ancien vainqueur de la Coupe avec Le Mans en U17 signait 9 points en 7 minutes pour effacer le retard des Bretons (21-20).

Une embellie de courte durée. Malgré la blessure de son capitaine François Couret, Toulouse repartait de plus belle dans le sillage de la pile électrique Tyreece Brice. Malgré des rotations limitées, les représentants de la Ville Rose ne lèvent jamais le pied de l’accélérateur. Et ils peuvent, de plus, compter sur la présence rassurante dos au panier de Ludovic Vaty. A 33 ans l’ancien pivot de l’Equipe de France n’a pas connu une grande réussite mais sa technique, sa vision du jeu et sa puissance au cœur de la raquette sont une assurance tous risques pour le coach Raphaël Pascual.

Ses hommes allaient poursuivre leur remarquable démonstration jusqu’au début du troisième quart-temps. L’écart atteindra +14 (52-38) avant qu’un changement radical défensivement ne renverse complètement le momentum. Fougères faisait le choix de couper totalement Brice du ballon et l’option portait immédiatement ses fruits. Le meneur US rayé de la carte ou presque, un Choplin toujours aussi inspiré alternait caviars et prises de responsabilité pour initier un spectaculaire 6-20 pour s’assurer que le suspense serait total dans le money-time (58-58).

Brice sur le banc, Fougères maintenait sa défense en boîte sur l’autre menace extérieure, Pascal Tajan. Vaty en profitait pour trouver plus de liberté poste bas. Celui qui se destine à devenir entraîneur pour grands gabarits se livrait à un splendide récital pour porter son équipe. Démonstration d’appuis, shoot à trois-points, faute provoquée, passe décisive son coup de chaud couplé à un fabuleux coast to coast de Brice redonnait de l’air au TOAC (75-67). Pas pour longtemps. En deux minutes Fougères revenait dans la course et égalisait par l’intermédiaire de Derrick Nix, opportuniste au rebond offensif (76-76). Les deux équipes avaient l’occasion de l’emporter mais Rice aux lancers-francs et Tajan d’un côté, Froc et Choplin de l’autre, manquaient le coup de grâce. Prolongation.

Cinq minutes supplémentaires à peine suffisantes pour déterminer un vainqueur. Dans un final incroyable Maxime Choplin réussissait une interception pleine de malice pour égaliser à 11 secondes du buzzer puis réussissait un fabuleux tir primé à la sirène pour offrir le titre à Fougères !

Fougères bat Toulouse 86-83 a.p.

Catégorie: 
Surtitre: 
Trophée Coupe de France masculin
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Vendredi, 22. Avril 2022
Vignette: 
Chapeau: 
Au terme d'une finale exceptionnelle, Pays de Fougères s'est imposé en prolongation et à la dernière seconde sur un tir à trois-points de Maxime Choplin.
Pour Newsletter: 

Pages

S'abonner à RSS - Coupe de France