Pôle France Basket | Page 2 | FFBB

Pôle France Basket

Les détections du Pôle France

Corps: 

La semaine de détection se déroulera du 1er au 5 mars à l'INSEP.

Chez les féminines


Chez les masculins

Catégorie: 
Surtitre: 
POLE FRANCE
Date d’écriture: 
Vendredi, 5. Février 2021
Vignette: 
Chapeau: 
21 filles et 20 garçons ont été convoqués par les entraîneurs nationaux pour prendre part à la semaine de détection qui déterminera les entrants au Pôle France Yvan Mainini à la rentrée prochaine.
crédit: 
Tommy Hombert/FFBB
Pour Newsletter: 

Amina Traore, joueuse du mois

Corps: 

Pour les joueuses du groupe NF1 du Pôle France, les semaines commencent à être longues. Privées de matchs depuis le 11 octobre dernier du fait de la situation sanitaire, elles trépignent d’impatience à l’idée de briser une routine parfois pesante. Leur participation au Tournoi des Demoiselles, en décembre, dans le cadre du Camp National à Bourges, a constitué une éclaircie dans la grisaille. Les joueuses du Pôle France ont ainsi servi d’opposition aux jeunes pousses candidates à l’entrée dans la structure fédérale.

Un tournoi pendant lequel Amina Traore a brillé, convaincant ses entraîneurs de lui décerner le titre de joueuse du mois. Un titre qui récompense la persévérance d’une jeune femme dont la première saison au bois de Vincennes n’a pas été un long fleuve tranquille. Des difficultés qui expliquent que malgré son statut de deuxième année, c’est avec la NF1 qu’elle a débuté l’exercice. "Au début j’étais surprise", admet-elle. "Mais avec le recul je me suis dit que la saison dernière j’étais blessée jusqu’en décembre. Et deux mois plus tard c’était le confinement." Lors de l’Euro U16 2019, Traore, après une chute dans les panneaux publicitaires, se fracturent les deux poignets. Elle rentre de Macédoine avec deux plâtres et ne dispute que six rencontres de NF1 avant que la saison ne soit interrompue.

A la rentrée, c’est donc avec la génération 2005 qu’elle s’entraîne. Une vraie nouveauté pour une jeune femme habituée à être surclassée. Pur produit de Marne-la-Vallée, où elle a notamment été championne de France U15 sous les ordres de son père Yacouba, Traore a choisi de ne pas rejoindre le Pôle espoirs Ile-de-France, privilégiant la proximité d’un club réputé pour sa formation, chez les filles comme les garçons. "C’est la première fois que je suis la plus vieille, même à l’école j’ai un an d’avance", sourit-elle. "Physiquement je suis loin d’être la plus costaud. Mais par contre je connais plus de choses au niveau basket." Un avantage qui, elle l’espère, si la pandémie le permet, lui permettra de rejoindre la LF2 dans les semaines qui viennent.

Catégorie: 
Surtitre: 
POLE FRANCE
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Lundi, 11. Janvier 2021
Vignette: 
Chapeau: 
Le staff du Pôle France a mis en place une évaluation mensuelle de ses joueurs basée sur différents critères : sport, scolarité, autonomie, progression, compétitivité, hygiène de vie… Amina Traore (1,88 m, 16 ans) a été élu joueuse du mois de décembre.
Pour Newsletter: 

Armel Traore, joueur du mois

Corps: 

Il a appris sa nomination sur des béquilles. Quelques jours après la nouvelle année, Armel Traore a vu sa cheville méchamment tourner lors d’un entraînement. Une blessure qui va lui valoir de longues semaines d’arrêt, alors qu’il venait de signer un mois de décembre particulièrement réussi sportivement. Touché à cette même cheville en début de saison, Traore a disputé trois rencontres de NM1 en décembre. Avec un impact spectaculaire : 19,7 points et 4,0 rebonds de moyenne. La belle série est déjà stoppée mais celui qui fêtera ses 18 ans à la fin du mois se veut philosophe : "Ce sont les aléas du sport. Il y a plein de choses plus graves dans la vie et je sais que je vais revenir à 100%."

Optimisme indispensable pour un joueur qui effectue sa troisième et dernière année dans la structure fédérale. L’ancien de la Chennevières et de la Saint-Charles Charenton, dans le Val de Marne, y a grandi dans tous les sens du terme. Avec ses 2,03 m et 100 kilos, il est aujourd’hui un athlète impressionnant qui évolue sur le terrain avec une intensité de tous les instants. "J’ai beaucoup appris avec les préparateurs physiques et le staff médical. C’est grâce à eux que j’ai pu travailler sur mon corps et devenir plus imposant", précise-t-il. "Pour jouer à mon poste, 2/3, je me suis toujours dit que je devais progresser physiquement. C’est vraiment un axe de travail que je m’étais fixé."

Celui qui "se lève tous les matins pour aller en NBA" se concentre pour l’instant sur son baccalauréat et sur sa sortie du Pôle d’ici quelques mois. Avec la volonté de conserver toutes ses options ouvertes : Jeep®Elite, Pro B, Europe et NCAA.

Catégorie: 
Surtitre: 
POLE FRANCE
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Lundi, 11. Janvier 2021
Vignette: 
Chapeau: 
Le staff du Pôle France a mis en place une évaluation mensuelle de ses joueurs basée sur différents critères : sport, scolarité, autonomie, progression, compétitivité, hygiène de vie… Armel Traore (2,03 m, 17 ans) a été élu joueur du mois de décembre.
Pour Newsletter: 

Une édition 2020 qui s'est s'adaptée

Corps: 

Un enjeu particulièrement important qui a amené la FFBB à prévoir, en amont, des tests PCR pour tous les participants (uniquement des joueurs/euses listés/ées Espoirs), imposer un huis-clos et respecter un protocole sanitaire particulièrement rigoureux. Face à cette contrainte, le soutien du Comité du Cher, co-organisateur et en charge du Tournoi des Demoiselles, s’est encore avéré précieux.

Valérie Garnier et Vincent Collet, entraîneurs des Équipes de France féminine et masculine, étaient présents et ont pris la tête des deux staffs d’entraîneurs nationaux, apportant une plus-value considérable à cette édition.

Voir la liste des participants au Camp National 2020

En parallèle du Camp National, le Tournoi féminin des Demoiselles s’est déroulé sans les deux équipes nationales étrangères. Aussi, pour l’occasion, les potentielles avaient été réparties en 3 équipes alors que l’équipe U16 du Pôle France est venue apporter une opposition extrêmement relevée en complétant le plateau.

La prochaine étape pour ces jeunes se déroulera en mars à l'INSEP pour des tests d’entrée au Pôle France. La liste des 20 garçons et 20 filles retenus sera connue fin janvier/début février.

Catégorie: 
Surtitre: 
Camp National 2020
Date d’écriture: 
Lundi, 21. Décembre 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Si le Camp National s’est déroulé à une période usuelle, et sur le site traditionnel de Bourges, en revanche, la FFBB a dû s’adapter pour ne pas faire courir le moindre risque à ses potentiels.
Pour Newsletter: 

Ysaline Saulnier joueuse du mois

Corps: 

Le 21 novembre dernier, Ysaline Saulnier a effectué ses premiers pas en Ligue Féminine 2. 13 minutes passés sur le parquet du Champagne Basket. Une belle récompense pour une joueuse de première année qui évolue logiquement en NF1, une compétition à l’arrêt depuis la mi-octobre. Affronter des joueuses plus âgés n’est cependant pas une nouveauté pour la jeune femme issue du Pôle des Alpes. Systématiquement surclassée dans les catégories de jeunes, elle a fait l’objet d’une attention toute particulière de la part des techniciens à Voiron.

Conscients du potentiel de la jeune femme, ces derniers ont mis en place un plan d’attaque pour la mettre dans les meilleures conditions pour intégrer le Pôle France. Rentrée avec un an d’avance au Pôle espoirs, elle y a passé deux ans avant de se concentrer sur des entraînements individuels en plus de ses séances avec les U18 et les NF2 du Pays Voironnais. "J’ai même été m’entraîner avec les garçons du Pôle", sourit-elle. "Je n’avais pas trop conscience de tout ce qui avait été mis en place. Je faisais ma vie. Au bout d’un moment je me suis dit qu’il n’allait pas falloir se foirer…"

Une inquiétude d’autant plus grande que Saulnier, victime d’une sérieuse entorse de la cheville, était sur le flanc à l’heure d’effectuer les tests d’entrée au Pôle France. "Je me suis dit que jamais je n’allais être prise. Ma chance c’est que je les avais faits avec un an d’avance et ils avaient pu me voir." Son talent n’a finalement pas échappé au staff technique de la structure fédérale. Quelques mois plus tard elle s’est parfaitement acclimatée à un nouvel environnement et se projette vers de nouveau horizons et une ambition ultime : l’Equipe de France.

Catégorie: 
Surtitre: 
Pôle France
Auteur: 
Par Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Mardi, 8. Décembre 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Le staff du Pôle France a mis en place une évaluation mensuelle de ses joueurs basée sur différents critères : sport, scolarité, autonomie, progression, compétitivité, hygiène de vie… Ysaline Saulnier (1,81 m, 15 ans) a été élu joueuse du mois de novembre.
Pour Newsletter: 

Aurèle Brena-Chemille joueur du mois

Corps: 

44 jours plus tard. Le 4 décembre, sur le parquet de Chartres, les joueurs du groupe de NM1 du Pôle France ont retrouvé la compétition, plus d’un mois après leur dernière rencontre. La fin d’une longue période sans la récompense hebdomadaire qui vient habituellement ponctuer les semaines d’entraînement. "On fait des matches à l’entraînement entre nous. On sait qu’à un moment ça va reprendre. Je trouve que les entraînements sont plus longs et plus intenses depuis que nous sommes à l’arrêt", tempère cependant Aurèle Brena-Chemille.

Le meneur de jeu du PFBB a visiblement bien mis à profit la période puisque les entraîneurs l’ont désigné joueur du mois. Il succède ainsi à Wilson Jacques et Rayan Rupert. "J’ai progressé en novembre", estime le jeune homme. "Je pense que ça a joué sur le choix des coaches. Je le vois en fonction des autres, comment j’étais par rapport à eux et comme je suis aujourd’hui." Au sein d’une génération très riche en combo-guards (Dieng, Rupert, Bal), Brena-Chemille fait face à une sévère concurrence. Un levier dont il se sert pour "travailler encore plus."

Discret et posé, le joueur de deuxième année, passé par le pôle Pyrénées a signé une solide saison en 2019/20 en U18 Elite. Avec ses 9,5 points de moyenne il était un des éléments les plus constants au sein d’un groupe qui a survolé le championnat (14 victoires en 15 rencontres) avant l’arrêt dû à la Covid-19. Cette saison, il a pris part à tous les matches disputés par le Pôle France en NM1 (4,0 pts, 2,0 pds en 16’) et sait parfaitement quel est son axe de progression majeur pour devenir un vrai meneur : "la communication". A 16 ans, Aurèle Brena-Chemille devra sans doute forcer une personnalité, qui n’est pas sans rappeler celle d’un Théo Malédon, à la placidité permanente. "Les coaches m’ont dit qu’il était pareil que moi mais que dans les moments où il fallait parler il le faisait", sourit-il. Pas un mauvais exemple à suivre.

Catégorie: 
Surtitre: 
Pôle France
Auteur: 
Par Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Lundi, 7. Décembre 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Le staff du Pôle France a mis en place une évaluation mensuelle de ses joueurs basée sur différents critères : sport, scolarité, autonomie, progression, compétitivité, hygiène de vie… Aurèle Brena-Chemille (1,86 m, 16 ans) a été élu joueur du mois de novembre.
Pour Newsletter: 

La LF2 s'impose au buzzer

Corps: 

Les victoires sont rares dans le vécu des pensionnaires du Pôle France, alors autant en profiter. Chaque semaine face à des adversaires plus expérimentées, plus athéltiques, plus aguerries, les jeunes pousses du PFBB progressent certes à vitesse grand V, mais ne s'imposent que très peu. Ce samedi en LF2, les joueuses de Grégory Halin ont concrétisé leur travail depuis le début de saison par un succès à domicile contre la Tronche Meylan (65-64).

"C'est une victoire méritée" analyse Greg Halin. "Nous avons mené toute la première mi-temps, avec une défense solide et des choix offensifs judicieux. Malheureusement, nous avons eu un gros passage à vide au retour des vestiaires : pertes de balle, rebonds offensifs concédés, notre adversaire a en alors profité pour reprendre les commandes et nous mettre sous pression. Mais après quelques bonnes séquences de jeu rapide et un état d’esprit retrouvé, nous avons su rester en vie et faire douter les joueuses adverses". À 13 secondes de la fin, les joueuses du PFBB ont le ballon entre les mains et l'occasion d'égaliser ou de passer devant. À 7 dixièmes du terme (vidéo ci-dessous), Leïla Lacan (12 points, 3 passes) déclenche derrière la ligne des 6,75m pour offrir le succès à ses coéquipières. Bien aidées par Sara Roumy au scoring (17 points), les joueuses du Pôle France se déplacent à Chartres ce samedi (20h) avec la volonté de poursuivre dans leur dynamique.

LF2 / Pôle France-La Tronche Meylan : 65-64

Catégorie: 
Surtitre: 
Pôle France BasketBall
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 30. Novembre 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Grâce à un tir primé de Leila Lacan à 7 dixièmes du terme, les U18 féminines du Pôle France ont remporté leur 1er succès de la saison ce samedi en venant à bout de La Tronche Meylan (65-64).
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet"><p lang="fr" dir="ltr"> Le buzzer beater de <a href="https://twitter.com/LacanLeila?ref_src=twsrc%5Etfw">@LacanLeila</a> à 0,7 secondes de la fin du match <a href="https://t.co/0q6PCCriVS">pic.twitter.com/0q6PCCriVS</a></p>&mdash; FFBB (@ffbasketball) <a href="https://twitter.com/ffbasketball/status/1333452008431509508?ref_src=twsrc%5Etfw">November 30, 2020</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>
Pour Newsletter: 

Tea Cléante joueuse du mois

Corps: 

Le groupe de LF2 longuement à l’arrêt du fait du Covid 19, les entraîneurs du secteur féminin du Pôle France n’ont procédé qu’à une élection de joueuse du mois en octobre. La récompense est revenue à Téa Cléante, la benjamine du Pôle. Agée de 14 ans, la Nordiste a intégré la structure avec un an d’avance et n’a pas mis longtemps à apprivoiser son nouvel environnement : "On se fait plein d’idées sur l’INSEP sans savoir exactement ce qu’on va y trouver. Il faut un moment d’adaptation. Ça ne peut pas convenir à tout le monde. C’est une routine et certains peuvent se lasser. Il faut prendre du plaisir dans ce qu’on fait. Moi ça a toujours été mon objectif. Je regardais tous les reportages sur le Pôle et quand j’ai vu que j’étais sélectionnée pour les tests d’entrée je me suis dit qu’il fallait tout donner."

Alors qu’elle n’avait intégré le pôle Nord-Pas-de-Calais que depuis quelques mois seulement, la jeune femme a enchaîné CIZ puis Camp National avec un an d’avance sur ses petites camarades. Convaincante lors du Tournoi des Demoiselles à Bourges, elle a définitivement séduit les entraîneurs et suit désormais les traces de son père Christian, 9 saisons de LNB au compteur.

Téa Cléante a découvert un nouveau monde dans une période particulière. L’équipe de NF1 n’a plus disputé de rencontres depuis le 11 octobre et pour quelques semaines encore (5,3 pts de moyenne sur ses quatre premières sorties). Une situation qui n’entame pas l’enthousiasme d’une joueuse qui, comme ses coéquipières, est déjà soulagée de ne pas avoir dû faire ses valises pour rentrer chez elle, comme lors du premier confinement. "On s’était toutes réunies pour regarder Emmanuel Macron ensemble à 20h quand il a fait son discours. Rentrer chez nous aurait été dur. Ne pas jouer c’est chiant mais ça te donne encore plus envie de tout défoncer à l’entraînement. Il ne faut surtout pas lâcher." Son titre de joueuse du mois montre qu’elle est sur la bonne voie.

Catégorie: 
Surtitre: 
Pôle France
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Lundi, 9. Novembre 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Le staff du Pôle France a mis en place une évaluation mensuelle de ses joueurs basée sur différents critères : sport, scolarité, autonomie, progression, compétitivité, hygiène de vie… Téa Cléante (1,76 m, 14 ans) a été élu joueuse du mois d’octobre.
Pour Newsletter: 

Rayan Rupert joueur du mois

Corps: 

La récompense n’a que deux mois d’existence mais elle est déjà bien ancrée dans les esprits des joueurs du Pôle France. "Pendant le mois on est concentré sur les objectifs de la saison, mais en début de mois on y pense. La dernière fois Wilson Jacques a été élu et tout le monde veut le gagner", sourit Rayan Rupert, choisi par les entraîneurs de la structure fédérale comme joueur du mois d’octobre.


Il y a quelques semaines, c’est Evan Fournier qui avait annoncé la nouvelle aux pensionnaires du Pôle. Cette fois c’est entouré de trois joueurs passés par la NBA que Rayan Rupert a été récompensé. Fournier toujours présent dans le Bois de Vincennes était en effet accompagné d’Axel Toupane et Adam Mokoka.

Octobre a marqué le début de saison pour le Pôle France malgré les difficultés liées au Covid. L’équipe de NM1 a disputé trois rencontres ponctuées d’une victoire au Havre. Rayan Rupert y a fait apprécier sa polyvalence : 6,7 points, 3,3 rebonds, 3,7 passes décisives, 2,0 interceptions de moyenne. Une capacité à avoir un impact dans plusieurs secteurs de jeu qui correspond au nouveau profil d’un jeune homme qui a transformé son physique lors de ses deux premières années au Pôle France : 15 centimètres et 20 kilos en plus pour celui entré à l’été 2018 avec un an d’avance. "Je suis un joueur sans poste. Avant j’étais frêle et pas trop grand donc je jouais meneur. Depuis j’ai grandi et je peux aussi jouer 2 et 3", note-t-il.

Sur les traces de sa sœur Iliana (19 ans, 16 sélections en Equipe de France), Rayan Rupert poursuit avec la même détermination des objectifs de très haut niveau. Et son élection comme joueur du mois d’octobre n’est qu’une étape sur ce chemin.

Catégorie: 
Surtitre: 
Pôle France
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Mardi, 3. Novembre 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Le staff du Pôle France a mis en place une évaluation mensuelle de ses joueurs basée sur différents critères : sport, scolarité, autonomie, progression, compétitivité, hygiène de vie… Rayan Rupert (1,97 m, 16 ans) a été élu joueur du mois d’octobre.
Pour Newsletter: 

La NM1 et la LF2 craquent en fin de partie

Corps: 

Inversé en raison de la situation sanitaire en Île de France, le match de la NM1 vendredi dernier s'est finalement disputé à Epinal. Après une première défaite dans la semaine face à Andrézieux, les joueurs de Jean-Aimé Toupane avaient à coeur de se ressaisir. Dans le sillage d'un très bon Ousmane Dieng (20 points, 9 rebonds) et d'un efficace Naoll Balfourier (11 points), le PFBB a très longtemps fait jeu égal avec le GET Vosges. Revenu à 2 points des Vosgiens à 9 minutes du terme, le Pôle France a ensuite encaissé un terrible 11-0 anéantissant ses chances de succès, et permettant aux coéquipiers de Loïc Gigant (18 points) de remporter une 2ème victoire cette saison.

Le lendemain à Toulouse, les juniors féminines ont également fait preuve de combativité pour embêter le TMB. Malgré un premier quart-temps manqué (perdu 8-26), les joueuses de Grégory Halin ont bataillé pour revenir dans la partie (40-51) à l'issue du 3ème quart, mais ont craqué en fin de match et s'inclinent (69-44) malgré les 23 points du duo Sara Roumy - Dayana Mendes. "C'est un match plutôt défensif où on a été performant dans ce domaine à l'exception des 10 premières minutes. On a manqué de régularité en attaque, on a été capables de réaliser de bonnes séquences sur jeu rapide mais sur demi-terrain, c'est plus compliqué on manque trop de choses faciles" analyse Grégory Halin.

GET Vosges / NM1 : 87-68
Toulouse / LF2 : 69-44

Catégorie: 
Surtitre: 
Pôle France BasketBall
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 19. Octobre 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Les deux équipes du Pôle France Basketball qui étaient sur les parquets ce week-end, la LF2 et la NM1, ont connu des rencontres similaires. Longtemps au contact respectivement face à Toulouse et au GET Vosges, les deux équipes ont explosé dans le dernier quart et ont concédé deux revers.
crédit: 
(Crédit : Bellenger/IS/FFBB)
Pour Newsletter: 

Pages

S'abonner à RSS - Pôle France Basket