Paoline Salagnac

LFB - Bilan 2019-2020
Lyon était le patron
Pour le douzième et dernier épisode du bilan 2019-2020 de Ligue Féminine, Paoline Salagnac, capitaine de LDLC ASVEL Féminin, revient sur la saison écourtée des Lionnes, leader de LFB après 16 journées...
Clap de fin pour Salagnac
La fin de la saison LFB 2019-2020, annoncée vendredi par le Bureau Fédéral, est aussi marque également la fin de la carrière de Paoline Salagnac (36 ans, 1,76m).
Lyon s'en sort dans les Landes
Malmené par Basket Landes durant 40 minutes, le leader lyonnais a finalement eu le dernier mot face aux filles du Sus Ouest. Grâce à cette victoire, les partenaires de Paoline...
Lyon et Nantes Rezé assurent
A peine les dernières bulles évaporées et les cotillons ramassés que trois équipes françaises ont joué le premier tour aller des playoffs d'Eurocoupe. Jeudi soir à Moscou, Lyon n'a pas tremblé, et devant son public, Nantes Rezé s'est offert un petit matelas qu'il faudra...
L’Open, événement phare de la ligue
La Ligue Féminine de Basket fête ses 20 ans. Tout au long de la saison, la LFB vous propose de découvrir ou redécouvrir, les faits marquants, les équipes, les entraîneurs ou encore les joueuses qui on...
Sursaut d'orgueil
Malmené en championnat, Bourges continue de reprendre des couleurs sur le front...
Première étape pour Bourges
Choc au sommet à Bourges
"Il n'y aura pas de match facile"

Pages

Lyon était le patron

Corps: 

Champion de France LFB en 2019, Lyon surfait sur une belle vague cette saison et dans la continuité de son titre acquis voilà un an comme le confirme Paoline Salaganc : "On est resté dans la dynamique. Quand tout s'arrête, on est en tête du championnat, qualifié pour la finale de la Coupe de France et en quart de finale de l'Euroligue. On était sur tous les fronts, c'était une belle saison mais c'est difficile de tirer un bilan sans les échéances finales". Coupées dans leur élan les Lionnes étaient à la lutte avec Bourges pour le fauteuil de leader (14v-2d). "L'important c'est d'être présent sur les moments décisifs, les playoffs et malheureusement on n'a pas pu les vivre" regrette Pao puis enchaîne : "La saison est plus que positive et ça donne envie de repartir sur les mêmes bases pour la prochaine".

Avec Roche Vendée, Lyon était l'équipe qui avait connu le moins de modifications d'effectif avec seulement deux arrivées (Ciak, Johannes). Un gain de temps à l'allumage même s'il a fallu faire sans Alysha Clark, revenue de blessure début janvier, et que Clarissa Dos Santos n'a joué que les 6 premiers matches. "La stabilité aide toujours, on sait que ce n'est jamais facile de créer un groupe, une alchimie. On a attaqué avec ce plus et en ayant vécu des choses fortes l'année dernière. On avait qu'une envie, les revivre. Au complet sur la fin de saison, ça aurait pu faire de belles choses mais on ne refera pas l'histoire. Il faut tirer du positif de ce qui a été fait cette année" indique l'arrière lyonnaise.

Bizuth en Euroligue, LDLC ASVEL Féminin a pris son temps pour apprivoiser cette nouvelle compétition. Trois victoires pour terminer la saison régulière ont propulsé les Lionnes à la deuxième place du groupe B (8v-6d). "C'est la plus grande compétition qu'on peut jouer. Nos débuts ont été difficiles, il a fallu s'adapter. On a réussi une super phase retour. Tout ce qu'on a pu acquérir en expérience dans ces matches nous a forcément servi pour le championnat mais servira aussi pour l'année prochaine" positive Salagnac.

Au-delà des succès, le club du Président Tony Parker a aussi fait parler de lui en intégrant la Lituanienne Juste Jocyte. Elle est devenue, à seulement 14 ans (et 19 jours), la plus jeune joueuse à fouler un parquet de Ligue Féminine. Pour Paoline Salagnac "ce n'est que le début, on ne parle que de potentiel. A nous de faire en sorte qu'elle éclose au sein de Lyon. On a toutes essayé de l'intégrer, de lui transmettre ce qu'on peut. C'était un premier pas, elle sera plus impliquée la saison prochaine dans le groupe professionnel. On oublie souvent qu'elle a 14 ans, il faut lui laisser le temps". D'autres jeunes filles ont aussi eu leur chance cette saison comme Monique Makani (10 matches), Coralie Chabrier (8) ou encore Eve Wembanyama, preuve du dynamisme de la formation rhodanienne.

Meilleure marqueuse de l'histoire de la LFB (4648 points), Paoline Salagnac a décidé de prendre sa retraite. Elle va néanmoins rester proche des parquets puisqu'elle sera directrice sportive de LDLC ASVEL Féminin. "Je serai sur le groupe pro pour l'accompagner, superviser l'organisation et le fonctionnement. Il y a aussi le lien avec la formation et la volonté du club d'intégrer des jeunes" explique t-elle. Sa nouvelle casquette lui permet donc de donner des indications sur les recrues. Marine Fauthoux arrivera de Tarbes pour "préparer l'avenir" et Sara Chevaugeon fera elle son retour sous les couleurs lyonnaises qu'elle a portées entre 2012 et 2015 ("une joueuse très complète qui sait tout faire"). Nayo Raincock-Ekunwe, MVP du championnat en 2018, reviendra en France après une saison à Orenburg ("elle est très athlétique, présente au rebond et joue pour l'équipe"). Enfin, l'internationale serbe Aleksandra Crvendakic (1m88, 24 ans), joueuse de Sopron (HUN) depuis 2014, "est une ailière forte, grande, très athlétique et qui, malgré son âge, a déjà beaucoup d'expérience. C'est important d'avoir des joueuses expérimentées au niveau international pour apporter à notre équipe et à l'ambition qu'elle peut avoir".

LDLC ASVEL Féminin (1er)

Bilan : 14 victoires - 2 défaites
Meilleure marqueuse : Helena Ciak (12.0 pts/match)
Meilleure passeuse : Julie Allemand (5.1 pds/match)
Meilleure rebondeuse : Helena Ciak (6.7 rbds/match)
Meilleure évaluation : Helena Ciak (15.2 /match)

Les autres bilans
Episode 1 - Charnay attendait son heure
Episode 2 - Nantes dans le creux de la vague
Episode 3 - Tarbes restait serein
Episode 4 - Saint-Amand pas maître chez lui
Episode 5 - Villeneuve d'Ascq filait en playoffs
Episode 6 - Roche Vendée s'était relancé
Episode 7 - Charleville-Mézières coupé dans son élan
Episode 8 - Landerneau toujours plus haut
Episode 9 - Basket Landes dans ses standards
Epsiode 10 - Lattes Montpellier à la bonne heure
Épisode 11 - Bourges fidèle au poste

Catégorie: 
Surtitre: 
LFB - Bilan 2019-2020
Auteur: 
Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Vendredi, 29. Mai 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Pour le douzième et dernier épisode du bilan 2019-2020 de Ligue Féminine, Paoline Salagnac, capitaine de LDLC ASVEL Féminin, revient sur la saison écourtée des Lionnes, leader de LFB après 16 journées.
Pour Newsletter: 

Clap de fin pour Salagnac

Corps: 

Internationale tricolore à 42 reprises (230 points inscrits), Paoline Salagnac avait annoncé il y a quelques semaines qu'elle tirerait sa révérence l'issue de la saison. Médaillée d'argent à l'Euro 2015 avec les Bleues, l'arrière du LDLC ASVEL Féminin restera néanmoins aux bords des parquets, puisqu'elle deviendra la nouvelle directrice sportive du club. Triple championne de France (2011, 2015 et 2019), Paoline Salagnac a également remporté l'EuroCup Women avec Bourges en 2016.

Parcours
2000-2007 Clermont-Ferrand
2007-2009 Mondeville
2009-2011 Bourges
2011-2013 Tarbes
2013-2017 Bourges
Depuis 2017 Lyon

Palmarès
Médaillée d'argent à l'Euro 2015
Médaillée d'argent à l'Euro Espoirs en 2004
Médaillée d'argent à l'Euro Juniors en 2002
Vainqueur de l'Eurocoupe en 2016
Championne de France LFB en 2011, 2015 et 2019
Vainqueur de la Coupe de France en 2010, 2014 et 2017
Vainqueur du Match des Champions LFB 2014, 2015 et 2019
Vainqueur du Challenge Round LFB en 2009 et 2013

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Dimanche, 12. Avril 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
La fin de la saison LFB 2019-2020, annoncée vendredi par le Bureau Fédéral, est aussi marque également la fin de la carrière de Paoline Salagnac (36 ans, 1,76m).
crédit: 
(Crédit : Bacot/FFBB)
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr">Clap de fin 2019/2020 la dernière d’une longue et belle série!!! Ce n’est certes pas la fin dont j’avais rêvé mais dans le contexte actuel cela est bien dérisoire. La priorité est la santé de tous et notre victoire collective contre le covid19. <br>Une retraite pas ordinaire!!! <a href="https://t.co/i7ImJtArJ5">pic.twitter.com/i7ImJtArJ5</a></p>&mdash; salagnac paoline (@paotte) <a href="https://twitter.com/paotte/status/1249042901864263681?ref_src=twsrc%5Etfw">April 11, 2020</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Lyon s'en sort dans les Landes

Corps: 

Ligue Féminine - Journée 17

Basket Landes - Lyon 64-69
Débuté tambour battant par les locales (22-16, 10'), le choc de la 17ème journée a tenu ses promesses devant les caméras de RMC Sport. Mamignan Touré (15pts) et Miranda Ayim (13pts, 6rbds) ont lancé Basket Landes qui, à mi-parcours, avait gardé son avance (44-38). Au retour des vestiaires, Lyon a changé de braquet à l'image d'une Julie Allemand insaisissable (16pts, 6rbds, 6 passes) ou de Paoline Salagnac (15pts). Passées aux commandes (55-59, 30'), les Lyonnaises ont serré le jeu dans le dernier quart-temps alors que Markeisha Gatling (16pts) et ses partenaires, soutenues par un public brûlant, poussaient pour égaliser. Après 10 minutes tendues où les bras ont tremblé (10-9 pour pour Lyon), le leader s'est finalement imposé dans la souffrance.

Joués samedi et dimanche - Voir l'actu
Saint-Amand - Landerneau 52-77
Lattes Montpellier - Mondeville 68-64
Bourges - Nantes Rezé 90-51
Tarbes - Charleville-Mézières 55-63
Villeneuve d'Ascq - Roche Vendée 75-59

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine - Journée 17
Auteur: 
Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Mardi, 26. Février 2019
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Malmené par Basket Landes durant 40 minutes, le leader lyonnais a finalement eu le dernier mot face aux filles du Sus Ouest. Grâce à cette victoire, les partenaires de Paoline Salagnac conservent leur avance sur Bourges en tête du classement. Les Landaises voient elles le top 4 s'éloigner puisqu'elles comptent deux points de retard sur Charleville-Mézières.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">C&#39;était chaud face à <a href="https://twitter.com/BasketLandes?ref_src=twsrc%5Etfw">@BasketLandes</a> mais avec caractère, les Lionnes décrochent une 14e victoire en 2019 ! <a href="https://twitter.com/hashtag/ASVElles?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#ASVElles</a> <a href="https://t.co/U0oZPTuzEs">pic.twitter.com/U0oZPTuzEs</a></p>&mdash; Lyon ASVEL Féminin (@ASVEL_Feminin) <a href="https://twitter.com/ASVEL_Feminin/status/1100145086246125569?ref_src=twsrc%5Etfw">25 février 2019</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Lyon et Nantes Rezé assurent

Corps: 

Eurocoupe féminine - Playoffs 1er tour aller

Sparta&K Moscou (RUS) - Lyon 52-83
Les Lionnes avaient terminé 2018 par une défaite sur le parquet de Nantes Rezé, elles ont commencé 2019 sur les chapeaux de roues en Russie. Le Spartak n'est plus le grand d'Europe qu'il était il y a 10 ans et les partenaires de Marième Badiane (17pt, 8rbds) l'ont bien compris. Clarissa Dos Santos (14pts, 11rbds), Alysha Clark (15pts, 5int) ou encore Paoline Salagnac (15pts, 6 passes) se sont illustrées pour permettre à l'ASVEL d'aborder sereinement la manche retour à Mado Bonnet.

Nantes Rezé - Torun (POL) 86-79
Sur les ailes d'une Ana Suarez de gala (26pts, 6 passes), le NRB a assuré l'essentiel devant son public avec cette victoire. Pour Briana Day (14pts, 9rbds) et les siennes, il faudra donc défendre ce matelas de 7 unités dans une semaine en Pologne pour voir le Top 16. En sortie de banc, la Française Mélissa Diawakana (14pts, 4 passes), passée par Calais, Nice et Villeneuve d'Ascq, a répondu présente pour Torun.

Basket Landes - Venise (ITA) 68-77
Face au finaliste de la dernière édition, Basket Landes, qui évoluait pourtant sur ses terres, a réalisé une bien mauvaise opération. En tête à 10 minutes du terme (57-50, 30'), Céline Dumerc (15pts) et ses coéquipières ont sombré dans l'ultime période (11-27) face à Anete Steinberga (27pts). Sans adresse lointaine (1/11 à 3pts), Basket Landes devra corriger le tir mercredi prochain en Italie pour éviter une l'élimination.

Gernika Bizakaia (ESP) - Galatasaray (TUR) 84-69
Nymburk (CZE) - Bydgoszcz (POL) 66-72
Ruzomberok (SVK) - WBC Enisey (RUS) 80-74
MBA Moscou (RUS) - Botas Spor (TUR) 77-76
Besiktas (TUR) - Orman Genclik (TUR) 83-59

Matches retour le 10 janvier (sauf Venise - Basket Landes le 9 janvier)

Lattes Montpellier, Cukurova (TUR), Girona (ESP), Tarbes (4), Gorzow (POL), Szekszard (HUN), Cracovie (POL) et Miskloc (HUN) sont déjà qualifiés pour le Top 16 (24 et 31 janvier 2019).

Catégorie: 
Surtitre: 
Eurocoupe féminine
Auteur: 
Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Vendredi, 4. Janvier 2019
Vignette: 
Chapeau: 
A peine les dernières bulles évaporées et les cotillons ramassés que trois équipes françaises ont joué le premier tour aller des playoffs d'Eurocoupe. Jeudi soir à Moscou, Lyon n'a pas tremblé, et devant son public, Nantes Rezé s'est offert un petit matelas qu'il faudra défendre dans une semaine en Pologne. Battu à domicile par Venise, Basket Landes devra créer l'exploit au match retour.

L’Open, événement phare de la ligue

Corps: 

Depuis 2005, l’Open de la Ligue réunit l’ensemble des équipes de la Ligue Féminine à Paris dans le cadre de la première journée de championnat. Un Match des Champions oppose désormais le Champion de France au vainqueur de la Coupe de France de la saison précédente mais lui ne compte pas pour le championnat.
Ce principe de compétition dans la capitale, mixé avec des affiches décalées, des séances photos, une rencontre avec les médias et la remise de récompenses à des personnalités et des joueuses ont fait le succès de l’Open qui est devenu la vitrine de la Ligue Féminine de Basket.

Jean-Pierre Siutat explique la genèse de l’Open

L’actuel président de la FFBB fut auparavant celui de la Ligue Féminine de 2001 à 2009 et il est à l’origine de la création de l’Open de Paris.

Quelle a été la plus grande difficulté pour organiser un Open à Paris ?
Le challenge de l’Open c’était de sortir les équipes de leur première journée de championnat et de challenger un opposant sur un terrain neutre. Accepter de perdre de l’argent, du partenariat pour créer un événement sur lequel on est sur une vraie compétition. Un match de sport ne vit que par l’incertitude du résultat et l’émotion et si c’est un match amical, vous avez déjà perdu la moitié des conditions du succès. L’émotion, on l’a par le fait de supporter son équipe dans une vraie compétition. La vraie compétition, c’était de la faire à Paris, sur terrain neutre, dans un endroit où il n’y a pas d’équipe de basket. On a fait un test au Temple-sur-Lot avec des matches amicaux, ce n’était pas bon du tout.

Y avait-il des exemples d’une compétition similaire à l’étranger ?
L’Italie l’avait fait. J’avais appelé le Président de la Fédération italienne qui était un président de club qui avait organisé depuis deux ans un Open lors de la première journée de championnat mais dans un club différent. J’avais trouvé l’idée intéressante et le challenge c’était d’en faire un événement à part à Paris. 

Le plus difficile, c’était donc de convaincre les clubs d’abandonner un match à domicile ?
Bien sûr. On est parti du principe que l’on allait indemniser les clubs. Chaque club donnait 1 000 euros de participation pour ça et après on donnait une indemnité de compensation du manque de recettes à ceux qui devaient recevoir. Et on changeait, une équipe qui recevait l’année 1 était en déplacement l’année 2.

Quel est votre regard aujourd’hui sur l’Open ?
Je ne regrette pas de l’avoir inventé parce que quelque part on a été copié. J’avais créé ça sur le plan national et j’avais demandé qu’on le fasse sur le plan régional pour que l’on reproduise ce positionnement du basket féminin. Beaucoup d’Open régionaux existent et le premier qui a été créé c’est le lyonnais. Beaucoup de pays ont cherché à faire la même chose mais n’ont pas réussi.

Peut-être parce que la France a une capitale où tout est centralisé et donc les clés du succès sont plus évidents ?
L’Italie peut le faire à Rome, la Hongrie à Budapest, d’ailleurs elle l’a fait. Même la WNBA était venue et m’avait dit que c’était un truc super. C’est un événement qui est facilement transportable si on a envie de le faire mais il faut avoir vraiment envie. D’autres sports nous ont aussi copié sur le dossier comme le volley. Aujourd’hui, c’est difficile de faire autre chose. S’il y avait eu un club de basket à Paris, je pense que ça ne s’imposait pas. On est peut-être dans la redondance mais on aime bien quand même passer quarante-huit heures pour voir les équipes en présence, les nouvelles joueuses. Et quand vous êtes Américaine, Australienne, c’est l’occasion de se voir. L’unité de lieu, l’unité d’espace, c’est la tragédie grecque.

La parole aux actrices de l’Open

Fatimatou Sacko (Lattes Montpellier), Paoline Salagnac (Lyon), Isis Arrondo (Angers, LF2) et Gaëlle Skrela, désormais retraitée, sont les joueuses qui ont disputé le plus grand nombre d’éditions de l’Open. Aussi, on leur a demandé leur avis sur la question.

Que représente pour vous l’Open de la Ligue ?
Fatimatou Sacko : Ça représente la rentrée, la reprise. Le fait de pouvoir voir tout le monde, savoir où tout le monde joue. On a beaucoup d’amies dans les équipes et c’est le seul moment où on peut se rencontrer.
Isis Arrondo : L’Open c’est la fête du basket féminin français. C’est l’occasion de toutes se retrouver le temps d’un week-end et de promouvoir le basket féminin.
Paoline Salagnac : C’est le lancement de la saison, c’est retrouver la réalité du championnat. Après l’été, on a hâte de ça. C’est aussi un grand moment pour le basket féminin d’avoir toutes les équipes au même endroit à Paris. Ça a toujours été de très bons moments même si les quatre premiers Open je les ai tous perdus ! Il m’a donc fallu quelques années pour l’apprécier (rires).
Gaëlle Skrela : C’est une fête, le lancement de la saison. Ça a toujours été de bons moments partagés même si parfois on repart avec une défaite.

Quel est le souvenir de toutes les éditions qui vous revient en mémoire ?
Fatimatou Sacko :C’est pour moi toujours un bon week-end car je vois les gens que j’aime. J’aime cette période de la saison où il faut aller à l’Open. La séance photos, ce n’est pas trop pour moi, je le fais parce qu’il faut le faire, mais en les regardant ensuite, on voit notre évolution !
Isis Arrondo : C’est un souvenir malheureux. Lors de mon premier Open, avec mon équipe de Mourenx, qui n’est plus en Ligue, on avait pris 50 points par la grande équipe de Valenciennes. Je me suis dit que l’on était arrivé à haut niveau et qu’il y avait une grosse marche à franchir. Je m’en rappelle comme si c’était hier.
Paoline Salagnac : C’est vrai que les premières années, je disais que j’étais vraiment le chat noir puisque j’en avais perdu deux avec Clermont puis deux avec Mondeville. En arrivant à Bourges, j’avais dit aux filles que si on perdait c’est vraiment que l’Open ne me réussissait pas.
Gaëlle Skrela : A partir du moment où il y a eu le Match des Champions, ça nous a permis de décaler un peu le début de la saison d’une semaine. Et en 2016 ça nous a permis de gagner un premier titre, c’était plutôt chouette !

Est-ce que ça change quelque chose dans l’approche du match de se retrouver sur terrain neutre ?
Fatimatou Sacko : Ce qui est embêtant, c’est de jouer sur terrain neutre quand le match devrait être chez nous. Sur terrain neutre, on n’a pas forcément tous nos repères, on n’a pas notre public.
Isis Arrondo : Si on fait un match « à domicile », c’est un peu pénalisant car on n’a pas l’avantage que l’on aurait dans notre salle. Ce qui est sûr c’est que dans tous les cas, tout le monde est un peu plus excité, pressé de jouer. Ce week-end-là génère pas mal de pression. Toutes les équipes s’observent un peu.
Paoline Salagnac : Forcément, ça change quelque chose car on n’est pas chez nous, on n’a pas nos repères. Il y a aussi pas mal de public, toutes les équipes sont là. Au début, j’abordais l’Open de façon un peu plus stressée, plus tendue. On sort de notre cadre habituel, on est un peu moins chez nous.
Gaëlle Skrela : Il faut arriver à faire un peu le vide autour de soi le jour du match car on peut vite s’éparpiller entre le monde que l’on connaît, les médias. Il ne faut pas oublier pourquoi on est là, pour lancer la saison et pour gagner le match.

Catégorie: 
Surtitre: 
20 ans LFB
Auteur: 
Texte : Pascal Legendre - Visuel : Chloé Bérard
Date d’écriture: 
Mercredi, 9. Mai 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
La Ligue Féminine de Basket fête ses 20 ans. Tout au long de la saison, la LFB vous propose de découvrir ou redécouvrir, les faits marquants, les équipes, les entraîneurs ou encore les joueuses qui ont fait sa légende. Aujourd'hui, zoom sur l'Open LFB créé en 2005.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/20ansLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#20ansLFB</a> - Créé en 2005, l&#39;<a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> est devenu au fil des ans l&#39;événement phare de la <a href="https://twitter.com/hashtag/LFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#LFB</a>. Avec <a href="https://twitter.com/jpsiutat?ref_src=twsrc%5Etfw">@jpsiutat</a> <a href="https://twitter.com/paotte?ref_src=twsrc%5Etfw">@paotte</a> <a href="https://twitter.com/KmyAubert?ref_src=twsrc%5Etfw">@KmyAubert</a> <a href="https://twitter.com/miniskrelle?ref_src=twsrc%5Etfw">@miniskrelle</a> et Fati Sacko, revivez la genèse et les anecdotes de l&#39;Open <a href="https://t.co/IPTYSknFu7">https://t.co/IPTYSknFu7</a> par <a href="https://twitter.com/P_Legendre?ref_src=twsrc%5Etfw">@P_Legendre</a> <a href="https://t.co/HSeTLiCZl1">pic.twitter.com/HSeTLiCZl1</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/994202479519821826?ref_src=twsrc%5Etfw">9 mai 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Sursaut d'orgueil

Corps: 
Euroligue féminine - Journée 8
 
Lattes Montpellier - Mersin (TUR) 76-63
En réalisant trois premiers quart-temps solides, le BLMA s'est mis à l'abri (69-43, 30'). Mersin, emmené par Gintare Petronyte (20pts), a profité de la baisse de régime des Gazelles en fin de match pour réduire la facture (7-20). Un retour au score sans conséquence puisque Géraldine Robert (18pts, 9rbds), Sarah Michel (16pts) ou encore Anaël Lardy (14pts) avaient déjà sécurisé la victoire de leur équipe. Ce succès, combiné à la défaite de Schio à Fenerbahce, permet au BLMA de conforter sa 4è place (5v-3d) avec deux longueurs d'avance sur la formation italienne (3v-5d).
 
Bourges - Villeneuve d'Ascq 63-42
Avec seulement deux points d'écart à la pause (28-26 pour Bourges), le suspense restait entier au moment de rejoindre les vestiaires. En revenant avec plus d'envie et de détermination, les Berruyères ont creusé l'écart lors de la deuxième mi-temps en s'appuyant sur le duo Salagnac (13pts) - Alexander (12pts, 8rbds). Sans adresse aux tirs (28.3%), Villeneuve d'Ascq et Kamila Stepanova (10pts) n'ont pas été en mesure de rivaliser. Il y a désormais embouteillage dans le groupe B avec trois équipes à 4v-4d (les deux équipes françaises plus Sopron) et peut être quatre si Salamanque perd aujourd'hui à Ekaterinbourg.
 
Catégorie: 
Surtitre: 
Euroligue féminine
Auteur: 
Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Jeudi, 12. Janvier 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Malmené en championnat, Bourges continue de reprendre des couleurs sur le front européen. Mercredi soir, les partenaires de Paoline Salagnac se sont imposées face à Villeneuve d'Ascq dans le derby français d'Euroligue. Cette victoire permet aux Tango de revenir à hauteur de l'ESBVA au classement et surtout de toujours croire en une qualification en quarts de finale. Lattes Montpellier, qui a aussi gagné, creuse l'écart avec Schio, son concurrent direct.

Première étape pour Bourges

Corps: 

Euroligue féminine - Journée 12

Mercredi 27 janvier

Groupe A
Kursk (RUS) - Villeneuve d'Ascq - 17h
Les chances de voir les Guerrières continuer l'aventure en Euroligue sont très minces. Battues dimanche à Lyon, les protégées de Fred Dusart tenteront dans un premier temps de retrouver le plaisir de jouer. Face au Kursk d'Endy Miyem, la tâche s'annonce compliquée et l'ESBVA devra s'inspirer du match aller lors duquel elles s'étaient imposées.

Galatasaray (TUR) - Sopron (HUN)
Fenerbahce (TUR) - Salamanque (ESP)
Schio (ITA) - Kosice (SVK) le 28/01

Groupe B
Bourges - Cracovie (POL) - En direct sur L'Équipe21 (20h30)
Les Tango n'ont pas le droit à l'erreur si elles veulent voir les quarts de finale. La première étape sera de dompter Cracovie, si possible en reprenant le point average (défaite de 2pts à l'aller), et ainsi grimper à la 5è place au classement. Il sera ensuite temps de penser à Braine puis Gérone.

Kayseri (TUR) - Orenburg (RUS)
Ekaterinbourg (RUS) - Gérone (ESP)
Prague (CZE) - Braine (BEL)

Plus d'informations sur le site de la compétition

Eurocoupe féminine - 1/8è finale aller

Jeudi 28 janvier

Angers - Basket Landes - En direct sur Angers Télé et LFB TV (20h)
Ce duel franco-français promet beaucoup. Même si les Angevines sont en difficulté en championnat, elles savent se sublimer lors des joutes européennes. Les Landaises sont prévenues, il faudra se méfier de ce qu'on appelle "la dalle angevine". A suivre en direct sur Angers Télé et LFB TV.

Nantes Rezé - Spartak Moscou (RUS) - 20h
L'argent s'étant fait rare du côté du Spartak, le club de la banlieue moscovite s'est tourné vers la jeunesse pour briller (la plus "vieille" joueuse a 25 ans). Et ça marche avec en figure de proue le talentueux duo composé de la belge Emma Meesseman (22 ans) et de la russe Maria Vadeeva (17 ans). Un gros défi pour les Déferlantes.

Besiktas (TUR) - Venise (ITA)
Nymburk (10) - Miskolc (HUN)

Matches retour le 4 février

Plus d'informations sur le site de la compétition

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupes d'Europe féminines
Auteur: 
Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Mardi, 26. Janvier 2016
Vignette: 
Chapeau: 
En affrontant ses concurrents directs pour une place en quart de finale lors des trois derniers matches de la saison régulière d'Euroligue, Bourges a les cartes en mains pour atteindre son objectif. Et ça commence mercredi avec la réception de Cracovie au Prado. Jeudi en 1/8è de finale de l'Eurocoupe, Angers reçoit Basket Landes et Nantes Rezé accueille le Spartak Moscou.

Choc au sommet à Bourges

Corps: 

Programme de la journée 12

Samedi 9 janvier à 20h
Mondeville - Calais
Charleville-Mézières - Lyon, en direct sur Ardennes TV
Hainaut Basket - Lattes Montpellier
Bourges - Nice, en direct sur LFB TV à partir de 19h45

Live basket - LFB J12 : Bourges - Nice par LFBTV

Dimanche 10 janvier
Villeneuve d'Ascq - Nantes Rezé (15h)
Toulouse - Angers (15h30)
Basket Landes - Arras (15h30)
 

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine - Journée 12
Auteur: 
Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Vendredi, 8. Janvier 2016
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Les Tango, troisièmes du championnat, reçoivent samedi (20h) le leader Nice pour ce qui sera l'affiche de la 12è journée de championnat. La Ligue Féminine diffusera en direct sur LFB TV ce choc au sommet. Dauphin du Cavigal, Lattes Montpellier se déplacera de son côté à Saint-Amand-les-Eaux.

"Il n'y aura pas de match facile"

Corps: 

 

 

Images : Stéphane Latzko-Toth/Canal+

Surtitre: 
EuroBasket Women 2015 - La minute inside
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 15. Juin 2015
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Réactions dans le vestiaire des Bleues après le succès au finish contre la Roumanie.

Bourges a lutté

Corps: 

Euroligue féminine - 1/4 de finale aller

Dynamo Kursk (RUS) - Bourges 75-62
En réalisant un début de match idéal (17-21, 10'), les partenaires de Paoline Salagnac (17pts) ont montré qu'elles étaient au rendez-vous. Mais voilà, quand la machine Augustus (18pts, 8rbds, 7pds) se met en marche, il n'y a pas grand chose à faire. Comme toujours, Bourges s'est accroché et la formation du Cher ne pointait qu'à 7 longueurs au début du money time (69-62, 36'). Un ton en dessous physiquement en raison d'un manque de rotation, les Berruyères ont craqué mais ont prouvé qu'elles pouvaient rivaliser avec Kursk. Il faudra une nouvelle grosse performance vendredi pour espérer égaliser dans la série.

Ekaterinbourg (RUS) - Orenburg (RUS) 81-54
Salamanque (ESP) - Prague (CZE) 48-50
Fenerbahce (TUR) - Galatasaray (TUR) 58-56

Matches retour le 6 mars et belle éventuelle le 11 mars.

Tous les résultats de l'Euroligue féminine en cliquant ici

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupes d'Europe féminines
Auteur: 
Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 4. Mars 2015
Vignette: 
Chapeau: 
Bien que privé de Marianna Tolo, Bourges a fait plus que résister à l'armada de Kursk en quart de finale aller de l'Euroligue. Les Tango avaient 7 points de retard à 4 minutes du terme mais ont finalement plié sous les assauts des partenaires de Seimone Augustus. Match retour vendredi au Prado à 20h30.

Pages

S'abonner à RSS - Paoline Salagnac