EuroBasket 2017

EuroBasket 2017
Sélection - Episode 10 - Clap de fin
Qualifiés pour les huitièmes de finale de l'EuroBasket après un premier tout difficile à Helsinki, les Bleus s'envolent pour Istanbul où ils se préparent à retrouver l'Allemagne de Denn...
Échec à Istanbul
Après trois podiums consécutifs à l’EuroBasket, l’Equipe de France quitte la compétition continentale dès les huitièmes de finale, éliminée par l’Allemagne (81-84). Une immens...
Sélection - épisode 9 - Le dernier avertissement
Après avoir redressé la barre en remportant leur match face à la Grèce et l'Islande, les Bleus jouent leur qualification pour les huitièmes de finale de l'Euro face...
Istanbul pour oublier
L’Equipe de France n’a pas existé ou presque face à la Slovénie pour conclure la phase de poule (78-95). Elle prendra demain la direction d’Istanbul pour un huitième de finale de tous les dangers face à l’Allemagne, samedi.
Les huitièmes assurés
L'Equipe de France a assuré sa qualification pour les huitièmes de finale de l'EuroBasket. Elle visera la première place de la poule contre la Slovénie, après le festival de Thomas Heurtel l...
Sélection - Episode 8 - Rebondir
Après leur revers inaugural face à la Finlande, les hommes de Vincent Collet ont...
Rendez-vous en terre inconnue
Sérieux et prolifiques
L’art du rebond

Pages

Sélection - Episode 10 - Clap de fin

Surtitre: 
EuroBasket 2017
Auteur: 
Guillaume Karli / FFBB
Date d’écriture: 
Mardi, 12. Septembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Qualifiés pour les huitièmes de finale de l'EuroBasket après un premier tout difficile à Helsinki, les Bleus s'envolent pour Istanbul où ils se préparent à retrouver l'Allemagne de Dennis Schröder, deuxième marqueur de la compétition.
crédit: 
Images et montage : Tommy Hombert
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/HXKJFtTxkXY" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Échec à Istanbul

Corps: 

Les Bleus avaient tout autant rendez-vous avec eux-mêmes qu’avec l’Allemagne samedi en huitièmes de finale de l’EuroBasket. Sursaut d’orgueil, réaction sportive, remise en question, peu importe les termes à employer, l’Equipe de France avait beaucoup à prouver pour éviter une élimination prématurée. Joueurs et staff technique avaient beaucoup échangé depuis 48 heures, ensemble ou séparément afin de trouver des réponses à leurs maux.

Lors de la dernière confrontation entre la France et l’Allemagne dans le cadre d’un match à élimination directe en 2001, un homme, Dirk Nowitzki, avait, à lui tout seul ou presque, propulsé son équipe en demi-finale de l’EuroBasket. 16 ans plus tard, les Bleus voulaient éviter de subir la loi d’un nouveau NBAer allemand, Denis Schröder. Le meneur des Hawks, deuxième marqueur du tournoi, était au cœur de toutes les attentions et, pendant 18 minutes en première mi-temps, il a été parfaitement contenu, tandis que de l’autre côté du terrain les troupes de Vincent Collet avaient retrouvé la volonté de se passer la balle et de faire preuve de patience dans l’exécution des systèmes.

Une rigueur réclamée par le capitaine Boris Diaw et dont il aura été le premier à profiter. Le vétéran n’a plus les jambes de ses 20 ans mais bien servi il peut pleinement exploiter sa technique dos au cercle ou son adresse de loin. L’un des rares éléments à surnager depuis deux matches, il a rendu une copie parfaite lors du premier acte : 10 points, 4 rebonds, 2 passes. 14-4 en six minutes, 34-24 encore au cœur du deuxième quart-temps, la France maîtrisait son sujet et mettait du cœur à l’ouvrage à l’image des efforts de ses intérieurs au rebond offensif.

A 120 secondes du repos, Schröder finissait par inscrire ses deux premiers points sur lancers-francs. La rencontre fermée à double tour changeait soudainement de rythme et un Schröder virevoltant se mettait à découper avec gourmandise la défense tricolore, allant marquer près du cercle ou délivrant les caviars notamment pour Daniel Theis, auteur d’un dunk monumental en contre-attaque. Une action d’éclat à laquelle répondait parfaitement Joffrey Lauvergne dans un style tout aussi sauvage et spectaculaire. La dizaine de points d’avance que la France avait longtemps préservé fondait cependant comme neige au soleil au gré des balles perdues.

Maladroite de loin, l’Allemagne retrouvait de l’adresse. Lucca Staiger bloqué à 1,0 point et 14,3% de réussite depuis le début de l’Euro se fendait d’un 3/5 à longue distance et emmenait ses coéquipiers dans son sillage. Trois flèches primées consécutives lançaient le dernier quart-temps faisant clairement basculer l’élan. Paradoxe, c’est avec Schröder sur le banc que les Allemands repassaient en tête (60-64, 33e). Evan Fournier entretenait l’espoir (65-64) mais Schröder revenait aux affaires créant de nouveaux décalages et des tirs ouverts. Remarquable de maîtrise il alimentait avec précision ses coéquipiers devenus irrésistibles de loin. Un terrible 13-3 mettait les Français dans les cordes à deux minutes de la fin (68-77). Fournier, toujours, faisait croire un instant au miracle, multipliant les exploits individuels. Une interception suivie d'un trois-points semait le doute chez des Allemands soudainement fébriles (79-81). Le huitième de finale se transformait en concours de lancers-francs mais De Colo, au buzzer, manquait le tir de l'égalisation.

Cette élimination marque la fin d'une période faste pour l'Equipe de France marquée par quatre podiums internationaux et deux participations aux Jeux Olympiques depuis 2011. La prochaine compétition n'aura lieu qu'en 2019, en Chine (Coupe du Monde), mais il faudra auparavant se qualifier au cours de fenêtres dont la première est programmée dès le 24 novembre, en Belgique. Avec quels joueurs ? C'est toute la question, entre l'indisponibilité des éléments évoluant en NBA et le conflit toujours pas réglé entre l'Euroleague et la FIBA.

Surtitre: 
EuroBasket 2017
Date d’écriture: 
Samedi, 9. Septembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Après trois podiums consécutifs à l’EuroBasket, l’Equipe de France quitte la compétition continentale dès les huitièmes de finale, éliminée par l’Allemagne (81-84). Une immense déception avant de futures qualifications pour la Coupe du Monde pleines d’incertitudes.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB
match_ID: 
371299

Sélection - épisode 9 - Le dernier avertissement

Surtitre: 
EuroBasket 2017
Auteur: 
Guillaume Karli / FFBB
Date d’écriture: 
Vendredi, 8. Septembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Après avoir redressé la barre en remportant leur match face à la Grèce et l'Islande, les Bleus jouent leur qualification pour les huitièmes de finale de l'Euro face à la Pologne et la Slovénie. #TeamFranceBasket
crédit: 
Images et montage : Tommy Hombert
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/DEG3YGj6yfA" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Istanbul pour oublier

Corps: 

Pas un match, pas un jour ne ressemblent à un autre à l’EuroBasket. Les premières minutes avaient été poussives contre la Pologne, elles ont été totalement débridées face à la Slovénie. Nando De Colo et Evan Fournier, en souffrance mardi après-midi, ont été les premiers à frapper. Mais le seul thème récurrent du séjour finlandais est la difficulté des Tricolores à hausser leur niveau défensif. La Slovénie a de nouveau exposé cette limite avec un duo Goran Dragic-Luka Doncic irrésistible. En pénétration, de loin les deux stars ont rayonné et ont trouvé en Jaka Blazic et Klemen Prepelic deux autres extérieurs capables d’alimenter la marque.

Si la Slovénie a cru bon de naturaliser en urgence l’Américain Anthony Randolph (Real Madrid) pour masquer ses faiblesses dans la raquette, elle regorge en revanche de talent sur les lignes arrières. Et la France a pu goûter à l’efficacité de ses shooteurs (6/9 à trois-points pour débuter, 26-38, 14e). Plus inquiétant encore, lorsque cette adresse exceptionnelle a fini par flancher, l’Equipe de France n’a pu en profiter, empêtrée dans une défense slovène ravie de voir ses adversaires venir s’empaler dans la raquette sans parvenir à faire circuler le ballon pour desserrer l’étau. Les nerfs des Bleus commençaient à craquer et après une faute technique à Evan Fournier et un nouveau coup de chaud de Dragic, l’écart atteignait des proportions spectaculaires (35-52).

Le passage aux vestiaires n’aura pas suffi à soigner la bipolarité française. En l’espace de cinq minutes surréalistes, les Bleus s’appliquaient à dérouler leurs systèmes pour trouver de bons tirs et signer un 8-1 mais à la sortie d’un temps-mort d’Igor Kokoskov les Slovènes répondaient par un 0-13 meurtrier (44-66). Un passage à vide annonciateur d’un effondrement total avec un tableau d’affichage marquant une différence proche des 30 unités.

Avec un cinq inédit (Westermann-Diot-Fournier-Labeyrie-Séraphin), l’Equipe de France se lançait dans un spectaculaire come-back pour lancer le quatrième quart-temps. Un pressing tout terrain et de l’agressivité sur les porteurs provoquaient des pertes de balle et offraient du jeu rapide. Un 16-2 en cinq minutes faisait un moment croire à l’impensable mais l’exclusion de Fournier pour une nouvelle technique brisait cet élan. La France a désormais deux jours pour évacuer sa frustration et balayer les nombreux doutes qui entourent sa production sinusoïdale.

Surtitre: 
EuroBasket 2017
Date d’écriture: 
Mercredi, 6. Septembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
L’Equipe de France n’a pas existé ou presque face à la Slovénie pour conclure la phase de poule (78-95). Elle prendra demain la direction d’Istanbul pour un huitième de finale de tous les dangers face à l’Allemagne, samedi.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/UOAQM4r8JDs" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>
match_ID: 
364619

Les huitièmes assurés

Corps: 

L’Equipe de France avait habitué ses fans à quelques moments d’absence depuis le début de l’EuroBasket. Mardi après-midi, dans un match pour la qualification en huitièmes de finale et la possibilité de viser la première place, les Bleus ont livré quatre premières minutes cauchemardesques face à la Pologne, pourtant privée de son meilleur scoreur, AJ Slaughter. Repli inexistant, absence totale de rythme, balles perdues en pagaille, les Polonais n’en demandaient pas tant et en profitaient pour signer un 0-9 d’entrée.

Un caillou dans la chaussure que la France a traîné pendant toute la première mi-temps, trahie par une adresse remarquable lors des trois premières journées mais totalement absente pour cette quatrième levée. Toutes les analyses sur la vista offensive des troupes de Vincent Collet pouvaient être remisées aux vestiaires au regard du 5/22 aux tirs en 16 minutes servi par les Bleus. Ils pouvaient même souffler en voyant la Pologne manquer ses dix tirs à trois-points pris à la pause, leur permettant de limiter la casse (26-34).

La deuxième mi-temps débutait par quelques courses tricolores mais les shooteurs polonais parvenaient à régler la mire, Aaron Cel en tête. Le Franco-Polonais, formé au Mans, se fendait de son meilleur match de l’Euro face à une équipe dont il a porté le maillot dans toutes les catégories de jeunes, aux côtés de Nicolas Batum notamment. Cel malmenait Louis Labeyrie après avoir fait de même avec Boris Diaw et l’écart n’évoluait quasiment pas malgré le passage inexorable des minutes (41-51).

Le temps paraissait long pour les supporters mais l’entrée monumentale de Kevin Seraphin changeait la donne. Le pivot du Barça régnait au rebond offensif, posait des écrans puissants et livrait un duel titanesque au monstrueux Przemyslaw Karnowski. Son impact permettait aux Bleus de réussir un 10-1 éclair.

Son futur coéquipier en Catalogne, Thomas Heurtel, prenait le relais dès le début du quatrième quart-temps, parvenant à pousser la balle pour finir près du cercle ou servir ses shooteurs. Edwin Jackson puis Antoine Diot faisaient mouche de loin, preuve de la profondeur d’un banc qui peut faire la différence à tout moment dans cet Euro. La Pologne vacillait (68-62) mais le vétéran Lukasz Koszarek maintenait le suspense. Vincent Collet choisissait de faire confiance à son cinq majeur pour enlever la décision. Option payante marquée par un tir à trois-points décisif de Thomas Heurtel, auteur de son record de points en sélection (23 pts) et totalement incandescent lors de la deuxième mi-temps (21 pts).

Surtitre: 
EuroBasket 2017
Date d’écriture: 
Mardi, 5. Septembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
L'Equipe de France a assuré sa qualification pour les huitièmes de finale de l'EuroBasket. Elle visera la première place de la poule contre la Slovénie, après le festival de Thomas Heurtel lors de la deuxième mi-temps d'une rencontre bien mal engagée contre la Pologne (78-75).
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB
match_ID: 
364602

Sélection - Episode 8 - Rebondir

Surtitre: 
EuroBasket 2017
Auteur: 
Guillaume Karli / FFBB
Date d’écriture: 
Lundi, 4. Septembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Après leur revers inaugural face à la Finlande, les hommes de Vincent Collet ont l'occasion de rectifier le tir avec une série de deux matchs en deux jours face à la Grèce et à l'Islande. #TeamFranceBasket
crédit: 
Images et montage : Tommy Hombert
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/_Vy_wg6abSE" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Rendez-vous en terre inconnue

Corps: 

Difficile d’évaluer le niveau de l’Islande. Lors de sa première participation à l’EuroBasket en 2015, les Islandais étaient repartis d’Allemagne sans la moindre victoire mais n’étaient pas passés loin de l’exploit face à l’Allemagne (65-71) et l’Italie (64-71). Et cette année, elle est toujours à la recherche de sa première victoire, après avoir concédé deux lourdes défaites face à la Grèce et la Pologne.

Avec pas moins de huit joueurs évoluant dans le championnat national, l’Islande ne possède aucun joueur évoluant en NBA ou en Euroleague. Les joueurs de Pro A, Martin Hermannsson (Châlons-Reims) et Haukur Palsson (Cholet) sont les seuls joueurs véritablement référencés et constituent les principales armes offensives de cette équipe. Même s’ils sont bien aidés dans la raquette par le jeune Tryggvi Hlinason (2m16), l’équipe d’Islande ne devrait pas inquiéter outre mesure la France.

Ce match ne sera que le deuxième face-à-face de l’histoire entre la France et l’Islande, le précédent avait eu lieu le 10 septembre 1987 à Morges en Suisse, lors des qualifications au Championnat d’Europe, la France s’était facilement imposée 104 à 63.

Dimanche 3 septembre à 13h45 (heure française) : France - Islande - En direct sur Canal+ Sport à partir de 13h30

Surtitre: 
EuroBasket 2017 – Preview
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Dimanche, 3. Septembre 2017
Vignette: 
Léo Westermann
Chapeau: 
L’Islande est la grande inconnue de ce groupe. Sans véritable référence, ce pays d’un peu plus de 300 000 habitants s’est pourtant qualifié pour son deuxième EuroBasket de suite, cette équipe atypique a du cœur et pourrait bien être pour ses adversaires une équation pas si facile que ça à résoudre.

Sérieux et prolifiques

Corps: 

20 heures à peine après avoir lancé son EuroBasket, l’Equipe de France était à nouveau sur le pont à Helsinki dans ce qui devait constituer son face à face le plus aisé du premier tour. Face à la Grèce (-29) comme la Pologne (-30), l’Islande avait montré ses limites. Sans grands gabarits, les insulaires peuvent résister mais finissent en général par céder sur la longueur. Face à eux l’exercice consiste bien souvent à laisser passer l’orage et continuer à dérouler son jeu, notamment en s’appuyant sur la qualité des rotations. C’est ce que s’est appliquée à faire l’Equipe de France même si sa défense a souffert, particulièrement en première mi-temps. La cuvée 2017 des Bleus est si différente de ses devancières qu’elle bouleverse toutes les habitudes de ses plus fidèles supporters.

Après dix minutes dimanche midi, la France avait ainsi réalisé un festival de tirs à trois-points (6/7 !) mais connaissait les pires difficultés pour contenir les duels face à des Islandais très entreprenants tôt dans les possessions et trouvant trop de tirs ouverts, par l’intermédiaire du vétéran Jon Stefansson et de l’universitaire Kristofer Acox. Une équipe qui avait découvert le plus haut niveau à Berlin lors de l’EuroBasket 2015, soutenue en Finlande par 2500 supporters dont le Président de la République, menait encore en fin de premier quart-temps (20-23) avant que plusieurs paniers près du cercle ne permettent aux Bleus de repasser en tête au moment où Vincent Collet rentrait dans ses rotations.

Dans une compétition au long cours l’importance de l’apport des remplaçants est capitale et ceux-ci ont répondu aux attentes, les intérieurs en tête. Louis Labeyrie a ainsi démontré pourquoi il avait arraché sa place pour l’EuroBasket. Son activité est permanente et sa verticalité apporte une dimension athlétique bienvenue. Avec Kevin Séraphin il a signé une entrée en jeu très efficace, permettant au deuxième cinq de faire l’écart (48-35) malgré de nouveaux oublis lors des deux dernières minutes de la mi-temps.

Un simple moment d’égarement totalement corrigé dans le troisième quart-temps. Dix minutes qui tournèrent vite à la démonstration. La France et l’Islande ne boxent pas dans la même catégorie et le poids lourd a aisément assommé le poids plume. Plus durs sur les porteurs de balle, appliqués dans leur partage du ballon, les Tricolores ont fait le trou (37-13), enchaînant les paniers faciles et laissant à l’intégralité de l’effectif l’occasion de s’exprimer. Antoine Diot réactivé, Axel Toupane et Vincent Poirier remis en confiance, Edwin Jackson impeccable dans ses choix, la sortie dominicale française aura été très positive.

Contre une opposition limitée la question était donc de voir si la puissance de feu offensive de l’Equipe de France allait lui permettre de tutoyer quelques records. Ses 115 points inscrits sont le total le plus élevé dans l’histoire de l’EuroBasket, effaçant des tablettes les 111 de 1979.

La France bat l'Islande 115-79

Surtitre: 
EuroBasket 2017
Date d’écriture: 
Dimanche, 3. Septembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
L’Equipe de France a su élever son niveau de jeu au fil des minutes pour s’imposer largement face à l’Islande (115-79). Elle peut profiter d’une journée de repos avant de reprendre son parcours mardi.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/oR5VDBrCKy8?start=381" frameborder="0" allowfullscreen></iframe> <iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/IBnv0DuXJFY" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>
match_ID: 
364568

L’art du rebond

Corps: 

Les Bleus vont pour l’instant se contenter d’une réputation d’équipe à réaction. Mais après leurs débuts manqués face aux hôtes des lieux finlandais jeudi soir, c’était tout ce qu’ils pouvaient souhaiter. La constance est la prochaine étape à franchir. Dans l’urgence ils ont livré une première mi-temps de haute volée notamment offensivement. Après un 0-5 initial qui faisait craindre le pire, l’Equipe de France a trouvé dans la rage d’Evan Fournier et l’efficacité de Joffrey Lauvergne les artificiers en chef qui l’ont lancée. Un 15-2 express donnait le ton des 20 premières minutes.

Huit marqueurs différents, de la course, du collectif, de l’adresse, la fluidité du jeu déployé à Toulouse était de retour face à des Grecs impuissants. Si Ioannis Bourousis près du cercle et Thanasis Antetokounmpo dans les airs limitaient un instant les dégâts, l’écart n’a jamais cessé d’enfler. Avec un rythme remarquable les Bleus signaient une réussite aux tirs surréaliste de 71%, alimentant parfaitement leurs intérieurs et créant des décalages permanents pour les extérieurs. 27 points en premier quart-temps, 28 au deuxième le TGV français n’a jamais ralenti laissant les Hellènes à quai (55-36).

En digne représentants du basket d’Euroleague les troupes de Costas Missas ont ensuite durci les débats, tentant un habituel coup de pression sur le corps arbitral et poussant les Tricolores à porter bien plus longtemps le ballon plutôt que de le partager. Tactique pas franchement payante. La faute, encore, à Lauvergne, inspiré dans ses tirs et à Evan Fournier, auteur d’un shoot à 8 mètres au buzzer des 24 secondes lors d’un léger moment de flottement. Une faute technique et une claquette dans la foulée portaient l’écart à 24 unités (71-47, 27e) avant que quelques absences ne gâchent ce bel ouvrage, laissant une lueur d’espoir à la Grèce.

Une possibilité rendue plus concrète encore en l’espace de quatre minutes cauchemardesques ponctuées par un 12-2 signé Georgios Printezis, aussi efficace de près que de loin. Le kop grec présent à Helsinki retrouvait la voix et son équipe la mire. Nick Calathes, pourtant loin d’être un spécialiste en la matière, se joignait au tir de barrage, faisant passer de vraies sueurs froides dans le camp français (78-72). Le capitaine Boris Diaw s’assurait cependant que ces frayeurs n’iraient pas plus loin, distribuant deux passes décisives depuis le poste bas puis Thomas Heurtel, à trois-points à l’entrée de la dernière minute, donnait le coup de grâce. Avant d’affronter l’Islande, l’Equipe de France s’est donc rassurée, peut encore tout envisager quant à son classement final dans la poule et cherchera à gommer ses passages à vide qui la rendent parfois si vulnérable.

France bat la Grèce 95-87

Toutes les infos et les statistisques  du Team France Basket sont sur : teamfrancebasket.com

 

Surtitre: 
EuroBasket 2017
Date d’écriture: 
Samedi, 2. Septembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Après son entrée en lice manquée à l'EuroBasket, l’Equipe de France a parfaitement corrigé le tir en dominant la Grèce (95-87) prouvant que c’est bien sur la durée que se jouent les compétitions internationales.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/NXTffCkvY0M" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>
match_ID: 
364551

Sélection - Episode 7 - L'entrée dans la compétition

Surtitre: 
EuroBasket 2017
Auteur: 
Guillaume Karli / FFBB
Date d’écriture: 
Samedi, 2. Septembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Les Bleus s'inclinent en entrée de tournoi lors d'un match piège face à la Finlande, galvanisée par ses 12 000 fans à domicile. Retour sur les jours qui ont précédés cette rencontre côté coulisses.
crédit: 
Images et montage : Tommy Hombert
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/_0Uo5zrPolE" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Pages

S'abonner à RSS - EuroBasket 2017
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'