Nicolas Batum

Equipe de France masculine
Comment ça va Nicolas Batum ?
On est allé prendre des nouvelles de Nicolas Batum : les conditions de reprise de l'entrainement à Charlotte, son top 3 des Equipes de France, son regard lucide sur cette saison avec les Hornets,...
"Un moment émouvant dans une carrière"
Pour son premier entraînement avec les Charlotte Hornets à Paris, Nicolas Batum est apparu tout sourire auprès des médias. Particulièrement fier de disputer le premier match N...
Êtes vous prêts pour les finales 2019 ?
A quelques semaines des finales de la Coupe de France, le show se prépare. Les équipes s'organisent, les supporters se chauffent la voix et vous, êtes vous prêts ? Découv...
Charlotte et Batum y croient encore
En s'imposant cette nuit 110 à 106 face à Toronto, les Charlotte Hornets et Nicolas Batum entretiennent l'espoir d'une éventuelle qualification pour les playoffs.
Double-Double pour Nicolas Batum
Cette nuit en NBA, Nicolas Batum a joué un rôle très important lors de la victoire des Hornets face aux Suns (106-102). Joffrey Lauvergne avec Chicago et Alexis Ajinça avec New Orleans se sont égaleme...
Batum frôle le triple-double
Cette nuit, Joffrey Lauvergne est le seul français a avoir connu la victoire, po...
Batum et les Hornets renouent avec la victoire
Un Batum complet mais pas de victoire
Batum le plus en vue

Pages

Comment ça va Nicolas Batum ?

Corps: 

Comment s’est passé la reprise pour les Hornets ?
On a repris mardi 2 juin. Le gouverneur de Caroline du Nord avait tout bloqué jusqu’à présent, pour de bonnes raisons. Le plus important c’est la santé publique. Les choses sont très limitées, très sécurisées, avec pas mal de règles. Nous ne pouvons jouer que 45 minutes, avec quatre joueurs et un coach maximum présent sur le terrain. Mais ça permet de revoir les gars et retrouver quelques sensations.

Les conditions ont l’air extrêmement strict…
Effectivement. Il faut se changer chez soi, prendre sa douche chez soi. Pas le droit de s’arrêter sur le chemin de la salle. Ensuite il faut faire voiture-terrain, terrain-voiture sans croiser personne, escorté par un membre du staff médical. Le tout masqué.

A quoi ressemblent ces entraînements ?
Nous n’avons pas accès à la musculation. Donc ils ont amené le matériel nécessaire sur le terrain. Il y en a un pour le physique et un pour le shoot.

Avais-tu pu jouer à domicile pendant le confinement ?
J’ai un demi-terrain dans le jardin avec un panier. C’était pas mal. J’ai de la chance, j’ai au moins pu jouer avec mon fiston pendant deux mois.

Cela a dû être particulier ce changement de rythme…
C’était le grand point positif du confinement. De dormir quasiment trois mois de suite dans le même lit. Cela a été assez rare dans ma carrière. Ne pas bouger. Ne pas prendre l’avion. Etre à la maison avec ma femme et mon fils. Profiter de moments que nous n’avons pas l’habitude d’avoir entre la NBA et l’Equipe de France où le rythme est assez dingue. Se dire que demain tu ne pars pas pendant un mois. Sans calendrier. C’était un bon moment.

Tu avais adressé une lettre ouverte aux fans de Charlotte il y a quelques mois pour évoquer votre situation. Dans quel but ?
Ce n’était pas forcément une lettre ouverte. Un journaliste local m’a demandé si j’étais d’accord pour une interview. Que les choses se passent bien ou mal je n’ai jamais rien caché, toujours parlé ouvertement. Pendant 15 ans j’ai vécu beaucoup de bons moments mais depuis 18 mois je fais face à une situation pas évidente. Cela fait partie du métier. J’ai répondu à ses questions. Cela n’a pas tourné comme je le souhaitais, comme le club et les fans le souhaitaient. C’est de ma faute même s’il y a plusieurs facteurs. Ça arrive. Mais ça ne remettra pas en cause ces 15 ans. Je ne pensais pas que cet article entraînerait autant de réactions. Le lendemain le coach et le general manager m’ont dit qu’il respectait mon attitude. Ils m’ont dit qu’il était rare que les joueurs restent positifs dans ces circonstances. J’essaye d’être là quand même et de contribuer. La franchise a pris une autre direction. Je le comprends et je l’ai vécu dans l’autre sens quand j’étais jeune et que les vétérans étaient poussés vers la sortie. C’est la vie, ce n’est pas grave. Je gagne bien ma vie et je n’ai pas à me plaindre.

En quoi ton rôle de dirigeant de LDLC ASVEL a-t-il influencé ton analyse de la situation ?
C’est marrant. Je fais beaucoup de réunions et je vais enchaîner deux heures comme dirigeant puis deux heures comme joueur. Je change de casquette. Dans un rôle je dois prendre en compte un certain côté du business. Et dans un autre je ne peux pas accepter certaines choses. Je dois jongler. Un peu schizophrène.

A quoi ressemble le marché ?
Je reste parfois debout jusqu’à deux heures du matin pour regarder, fouiner, parler de l’équipe. On échange énormément avec tout le staff pour mettre sur pieds la meilleure équipe possible. Pour l’instant cela se passe plutôt bien.

Tu es de plus en plus actif sur les réseaux sociaux et sur le e-sport.
J’aime tellement le basket que j’essaye de rester à son contact de différentes façons. J’ai fait quelques interviews avec First Team et nous avions évoqué l’idée de faire une sorte de radio libre une fois par mois pour parler de tout et de rien. Pendant le confinement nous avions tous du temps libre. Parler basket en apportant ma vision différente et mon expérience c’est intéressant. Discuter, débattre, partager c’est cool. Le e-sport c’est tout frais mais c’est le début de nouveaux projets.

Cela permet de réunir des sportifs de tous les horizons…
L’idée est géniale. Rudy Gobert a commencé avec Evan Fournier, Frank Ntilikina et Vincent Poirier. Tony Parker a ouvert à d’autres sportifs et d’autres univers. C’est amusant de mettre de côté nos activités habituelles et que tout le monde puisse assister à ça.

Avec le report des Jeux Olympiques, comment envisages-tu la compétition en 2021 ?
C’est dommage pour cet été. Nous étions dans une bonne dynamique. Mais je ne m’inquiète pas. Vincent Collet et son staff ont été reconduits. C’est bien, on ne change pas une équipe qui gagne. L’aventure était belle à la Coupe du Monde même si nous n’avons pas réussi à réaliser ce qu’on souhaitait accomplir. Nous ne sommes que 4 à avoir vécu les Jeux en comptant Thomas Heurtel. Cela va être une première pour beaucoup. Et il n’y a rien au-dessus des Jeux en tant qu’athlète. L’expérience sera inoubliable et en plus on a la chance d’avoir Paris 2024 dans la poche. On fera tout pour décrocher la médaille qui nous manque depuis 20 ans.

Tu as 11 ans d’expérience en Equipe de France. S’il fallait comparer les campagnes, comment les classerais-tu ?
J’ai toujours dit que 2011 était la meilleure équipe. L’EuroBasket était particulier. On arrivait enfin où on devait être. Le top 4. La finale contre l’Espagne. C’était la campagne la plus aboutie. Nous sommes tous assez d’accord. On n’avait pas le droit de se tromper. Rater les Jeux 2012 aurait été compliqué. Cela a permis d’enchaîner. En 2013 nous sommes champions en faisant trois bons derniers matches. 2014 c’était la surprise. 2015 la désillusion et 2016 l’enchaînement. Cela m’a fait du bien de faire une coupure ensuite. Mon top 3 c’est 2011, 2019, 2013.

As-tu évoqué la victoire en Coupe du Monde sur les Etats-Unis avec tes coéquipiers des Hornets ?
En fait dans le bus, après avoir battu les Américains on s’est dit : on vient de créer une super team. Ils vont revenir surmotivés avec une armada assez folle. Le monde entier le sait. Après on a des arguments. C’est comme au début des années 2010 avec le mélange des générations. Nando et moi arrivons à terme (il rigole). Evan Fournier et Rudy Gobert sont les patrons, les tauliers. J’ai aimé ce qu’Evan a fait. Le patron des 10 prochaines années c’est lui. En 2006 nous étions 5e et heureux. En 2019 nous étions médaille de bronze et pas contents. Cela montre l’évolution du basket français. Et derrière il y a encore beaucoup d’atouts autour. Cela s’est vu avec les qualifs, la France reste compétitive même sans les joueurs Euroleague ou NBA.

Une question concernant le documentaire The Last Dance, tu as préféré ne pas trop te mouiller à propos de la comparaison Michael Jordan-LeBron James ?
Ce sont les deux premiers. C’est clair. Même si Kareem Abdul-Jabbar n’est pas loin. De 4 à 10 on peut parler ensuite. Mon argument c’est de dire qu’il est injuste de juger LeBron James alors qu’il n’a pas terminé sa carrière. Pour l’instant Jordan est numéro un et il le restera peut-être. Parce que quoi que LeBron fasse, ce sera sans doute moins « iconic » comme on dit aux Etats-Unis que ce que Jordan a pu faire. Mais on ne peut pas juger tant qu’il n’a pas fini.

Au sujet des Bulls on a souvent souligné vos similarités avec Scottie Pippen. Qu’as-tu pensé du traitement qui lui était réservé dans The Last Dance ?
C’est mon idole. Depuis que j’ai 7-8 ans. Il faut remettre dans le contexte de l’époque des Bulls. Ce que j’ai aimé c’est d’avoir compris comment Rodman s’est comporté. Comment Pippen s’est comporté. S’il a vraiment agi comme le documentaire l’a montré par rapport à ses négociations de contrat, sa blessure et bien ça ne change rien au fait qu’il reste mon idole. Ça ne remet pas en cause ses 17 ans de carrière, ses deux médailles olympiques ou son passage aux Blazers que j’ai adoré.
 

Interview complète :

Surtitre: 
Equipe de France masculine
Date d’écriture: 
Jeudi, 11. Juin 2020
Vignette: 
Chapeau: 
On est allé prendre des nouvelles de Nicolas Batum : les conditions de reprise de l'entrainement à Charlotte, son top 3 des Equipes de France, son regard lucide sur cette saison avec les Hornets, son idole Scottie Pippen dans The Last Dance, les Jeux Olympiques en 2021 et bien d'autres sujets.
Pour Newsletter: 

"Un moment émouvant dans une carrière"

Corps: 

Qu’est-ce que ça vous fait d’être ici ? De finalement vivre quelque chose qui est historique, le premier match de saison régulière ici à Paris ?

C’est un moment assez émouvant dans une carrière. En tant que joueur non-américain de faire un match NBA dans son propre pays c’est quand même assez particulier. C’est vrai que Tony [Parker] et Rony [Turiaf] ont vécu ces matchs là, mais là c’est un match officiel et c’est la première fois que ça arrive en France. Je suis fier d’être le premier à faire ça.

L’AccorHotels Arena complet. Une communauté de fans qui vous attend. La NBA se mondialise et c’est ici à Paris.

C’est bien pour le public français, il est vrai que la NBA est très populaire en France. Il y a beaucoup de joueurs français qui jouent en NBA. La ligue est très suivie aussi. C’est une bonne chose pour le public français qu’il y ait un match à Paris. J’espère que ça va être un rendez-vous régulier maintenant, les prochaines saisons, car le public français le mérite.

De voir tout l’engouement qu’il y a autour du championnat américain de la part des français, ça vous surprend ?

Non pas forcement. On sait que la NBA devient de plus en plus populaire dans le monde. Ça dure depuis un moment mais surtout en France car on a beaucoup de joueurs français. Ça a commencé avec Tariq [Abdul-Wahad] et [Jérôme] Moïso à l’époque, mais c’est surtout grâce àTony [Parker] et Boris [Diaw] qui ont vraiment popularisé le basket-ball français. Et puis il y a la génération suit derrière avec des joueurs comme Evan [Fournier], Rudy [Gobert], Sekou [Doumbouya] et Franck [Ntilikina]. On essaie vraiment de porter haut les couleurs de la France aux US et de le faire fièrement.

Qu’est qui vous a fait tomber amoureux du basket ?

C’est familial, mes parents jouaient au basket, je suis tombée dedans tout petit. Ma mère voulait que je fasse du football mais il faisait trop froid dehors surtout en Normandie. Je pense que j’ai fait le bon choix.

Vous parliez de Giannis qui est un joueur que le public aime voir jouer. Comment vous le définiriez ?

Pour sa taille, ce qu’il réalise, c’est assez unique. Il révolutionne un jeu sans position. Il est juste sur le terrain, c’est un joueur de basket. Il est en train de devenir plus fiable avec son shoot donc ça va devenir une machine inarrêtable bientôt. C’est le MVP pour l’instant cette année pour moi !

Comment prépare-t-on un match comme celui-ci contre une des meilleures équipes de la NBA ?

On les scouts, on le prépare comme une équipe « normale ». Ça reste un match de saison régulière à jouer. Après comment arrêter Giannis ? ça fait deux ans que personne n’a la réponse. Ce sera à nous de le limiter et de faire en sorte qu’il n’ait pas trop une grande soirée.

Vos coéquipiers sont-ils aussi excités que vous ? 

Ils sont tous très heureux. On a été à la tour Eiffel mercredi, on devait rester 10 minutes mais on est resté 25 minutes parce que tout le monde prenait des photos. Ils découvrent Paris donc ils posent beaucoup de questions. C'est cool de leur faire découvrir ça. 

Justement, on a vu les joueurs des Bucks descendrent de l'avion accompagnés de leur famille. Est-ce le cas pour vous aussi ? 

Il y a tout le monde. Les femmes, les enfants et même les mamans. Tout le monde est bien arrivé. C'est important de partager ces moments avec sa famille. Je sais qu'ils ont prévu de visiter, d'aller voir des spectacles. C'est une petite coupure pour eux. 

Surtitre: 
NBA PARIS GAME
Auteur: 
Clément Daniou/FFBB
Date d’écriture: 
Jeudi, 23. Janvier 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Pour son premier entraînement avec les Charlotte Hornets à Paris, Nicolas Batum est apparu tout sourire auprès des médias. Particulièrement fier de disputer le premier match NBA de saison régulière jamais joué en France, il s'est également livré sur la rencontre de vendredi soir face aux Milwaukee Bucks et son duel avec le MVP de la saison dernière, Giannis Antetokounmpo.

Êtes vous prêts pour les finales 2019 ?

Corps: 

Le samedi 11 mai prochain, l'AccorHotels Arena accueillera à Paris les Finales de la Coupe de France 2019. Cette année, l'affiche de ces finales opposera chez les masculins Le Mans SB, Champion de France en titre, au LDLC ASVEL de Tony Parker et Nicolas Batum, le club le plus titré dans cette compétition.

Chez leurs homologues féminines on retrouvera pour la 3e année consécutive une finale entre le Tango Bourges Basket et les Flammes de Charleville-Mézières. Après deux défaites en 2017 et en 2018, les Ardennaises parviendront-elles à faire tomber l'ogre berruyer ?

Chaque année, ces finales offrent un spectacle de premier ordre durant lequel le show, l'ambiance, l'émotion et la performance sportive se mêlent. Les finales de la Coupe de France, sont l’événement du basket français à ne pas manquer !

Découvrez le programme complet des finales 2019 :

Programme des Finales Coupe de France 2019* :
Vendredi 10 mai 2019
18h00 : Finale Trophée féminin
Pays Voironnais BC (NF1) - US Orthez (NF1)

20h30 : Finale Trophée masculin
BC Montbrison (NM2) - Mulhouse Pfastatt Basket (NM2)

Samedi 11 mai 2019
11h30 : Finale U18 féminines
USO Mondeville - FC Lyon ASVEL féminin

14h00 : Finale U17 masculins
SIG Strasbourg - Cholet Basket

16h30 : Finale Pros féminines (Trophée Joé Jaunay)
Bourges Basket (LFB) - FCBA Charleville Mézières (LFB)

19h00 : Finale Pros masculins (Trophée Robert Busnel)
Le Mans SB (JEEP Elite) - LDLC ASVEL (JEEP Elite)

*sous réserve de modifications TV

Réservez vos places !

Suivez toute l'actu de la Coupe de France sur les réseaux sociaux avec #CDFBasket

Catégorie: 
Surtitre: 
Finales de la Coupe de France 2019
Date d’écriture: 
Jeudi, 18. Avril 2019
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
A quelques semaines des finales de la Coupe de France, le show se prépare. Les équipes s'organisent, les supporters se chauffent la voix et vous, êtes vous prêts ? Découvrez vite le teaser des finales 2019, et rendez-vous le samedi 11 mai prochain à l'AccorHotels Arena pour un show unique.
Social_posts: 
<iframe src="https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fffbasketball%2Fposts%2F10157262080882996&width=500" width="500" height="663" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allow="encrypted-media"></iframe>

Charlotte et Batum y croient encore

Corps: 

C'est une victoire qui fait du bien Charlotte s'est imposé face à Toronto 110-106. Nicolas Batum a participé activement au succès des siens en compilant 15 points (6/12 aux tirs), 4 rebonds et 3 passes. 

Avec Utah, Rudy Gobert poursuit sur sa lancée et enchaine les bonnes performances. Cette nuit, le pivot français a réalisé un nouveau double-double (16 points et 15 rebonds) lors du large succès de Utah face à Sacramento (112-82). Boris Diaw s'est également illustré dans ce match avec 11 points (5/9 aux tirs), 3 rebonds, 3 passes en 19 minutes.

Face un Russel Wesbrook déchainé, Orlando n'est pas passé loin de l'exploit face au Thunder mais les 24 points d'Evan Fournier n'ont pas suffi.

Face aux Clippers, Washington s'est incliné 124 à 133 malgré un Ian Mahinmi efficace (5 points et 8 rebonds en 24 minutes).

Durée soirée pour les Spurs et Tony Parker. L'équipe texane s'est inclinée 98 à 110 sur le parquet de Golden State. D'un point de vue individuel, le meneur des Spurs n'a pas marqué le moindre point et a dû se contenter de 2 passes dans ce match.

Kevin Séraphin n'a joué que 3 minutes lors de la défaite d'Indiana face à Memphis (97-110). Le pivot français s'est fendu de 2 points, 2 rebonds et 1 contre.

Alexis Ajinça n'a pas joué lors de la victoire des Pelicans face à Dallas (121-118). 

Surtitre: 
Français de NBA
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Jeudi, 30. Mars 2017
Vignette: 
Nicolas Batum
Chapeau: 
En s'imposant cette nuit 110 à 106 face à Toronto, les Charlotte Hornets et Nicolas Batum entretiennent l'espoir d'une éventuelle qualification pour les playoffs.

Double-Double pour Nicolas Batum

Corps: 

Auteur de 70 points ce week-end, Devin Booker, le jeune joueur des Suns, a fait l'objet de toutes les attentions de la part des Hornets et en premier lieu de Nicolas Batum. Le Français ne s'est pas contenté de défendre puisqu'il a également été l'un des leaders offensifs de Charlotte. Batum s'est illustré en signant un joli double-double (18 points,  6/15 aux tirs, 10 passes et 6 rebonds en 30 minutes) lors de la victoire 120 à 106 face à Phoenix.

Chicago a battu Milwaukee 109 à 94 et a pu compter en sortie de banc sur un Joffrey Lauvergne efficace (4 points à 2/6 aux tirs, 5 rebonds en 18 minutes).

En l'absence d'Omer Asik et DeMarcus Cousins, Alexis Ajinça a profité de ses 19 minutes de jeu pour 6 points (3/6 aux tirs), 7 rebonds, 2 interceptions et 1 contre lors de la victoire des Pelicans face à Denver (115-90).

Indiana s'est imposé 107-94 face à Philadelphie. Les deux français concernés par cette rencontre ont été plutôt discrets. Kevin Séraphin a été peu utilisé par les Pacers (0 points, 0/2 aux tirs). Bien que dans le 5 de départ, Timothé Luwawu-Cabarrot s'est contenté de 8 points (3/9 aux tirs), 2 rebonds et 2 passes en 21 minutes.

Surtitre: 
Français de NBA
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Lundi, 27. Mars 2017
Vignette: 
Nicolas Batum
Chapeau: 
Cette nuit en NBA, Nicolas Batum a joué un rôle très important lors de la victoire des Hornets face aux Suns (106-102). Joffrey Lauvergne avec Chicago et Alexis Ajinça avec New Orleans se sont également illustrés.

Batum frôle le triple-double

Corps: 

Nicolas Batum a frôlé le triple-double (15 points, 10 passes et 8 rebonds) cette nuit mais cela n'a pas été suffisant face à Houston. Charlotte s'est incliné 95-107.

Avec 24 points, Evan Fournier termine meilleur marqueur de la partie mais c'est Philadelphie qui a eu le dernier mot face à Orlando (112-111). Fournier a également capté 9 rebonds et distribué 8 passes mais il a aussi perdu 6 ballons dans ce match.

Lors de la belle victoire d'Oklahoma City face à Cleveland (118-109), Joffrey Lauvergne a joué 21 minutes. Il a inscrit 4 points et pris 4 rebonds.

Rudy Gobert a réalisé une nouvelle performance de haut vol en cumulant 15 points et 15 rebonds face aux Mavs. Dirk Nowitzki qui a décroché les prolongations a également été l'un des artisans majeurs de la victoire texane.

 

Surtitre: 
Français de NBA
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Vendredi, 10. Février 2017
Vignette: 
Nicolas Batum
Chapeau: 
Cette nuit, Joffrey Lauvergne est le seul français a avoir connu la victoire, pourtant ses compatriotes ont brillé. Nicolas Batum a frôlé le triple-double, Rudy Gobert a signé un nouveau double-double et Evan Fournier termine meilleur marqueur de son match.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr">15 points et 15 rebonds de <a href="https://twitter.com/rudygobert27">@rudygobert27</a> contre <a href="https://twitter.com/dallasmavs">@dallasmavs</a>! <a href="https://t.co/45d0fQbHZQ">pic.twitter.com/45d0fQbHZQ</a></p>&mdash; NBA France (@NBAFRANCE) <a href="https://twitter.com/NBAFRANCE/status/829975972657012736">February 10, 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr">Bon match de <a href="https://twitter.com/EvanFourmizz">@EvanFourmizz</a> (24 points) contre <a href="https://twitter.com/Sixers">@Sixers</a>! <a href="https://t.co/4iXfHOBLHL">pic.twitter.com/4iXfHOBLHL</a></p>&mdash; NBA France (@NBAFRANCE) <a href="https://twitter.com/NBAFRANCE/status/829965381011927040">February 10, 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr">Double-double de <a href="https://twitter.com/nicolas88batum">@nicolas88batum</a> (15 points/10 passes décisives) malgré la défaite des <a href="https://twitter.com/hornets">@hornets</a> contre <a href="https://twitter.com/HoustonRockets">@HoustonRockets</a>. <a href="https://t.co/Na0bYwWN9j">pic.twitter.com/Na0bYwWN9j</a></p>&mdash; NBA France (@NBAFRANCE) <a href="https://twitter.com/NBAFRANCE/status/829970666371682304">February 10, 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Batum et les Hornets renouent avec la victoire

Corps: 

Cette nuit, Nicolas Batum s'est montré une nouvelle fois très complet en cumulant 17 points (7/8 aux tirs), 8 rebonds, 4 passes, 4 interceptions et 2 contres. Sa polyvalence et son efficacité ont été déterminantes dans la victoire des Hornets (111-107) face à une équipe de Brooklyn en perdition.

Si sur le plan individuel, Evan Fournier a connu une soirée plutôt faste (21 points, 3 rebonds, 3 passes) mais cela n'a pas été suffisant pour que le Magic remporte la victoire face aux Houston Rockets (104-128). 

Surtitre: 
Français de NBA
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Mercredi, 8. Février 2017
Vignette: 
Nicolas Batum
Chapeau: 
Après avoir enregistré 7 défaites consécutives, les Charlotte Hornets ont profité de la venue des Brooklyn Nets pour renouer avec la victoire (111-107). La franchise de Caroline du Nord a pu s'appuyer sur un très bon Batum pour enregistrer ce précieux succès.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr">17 points de <a href="https://twitter.com/nicolas88batum">@nicolas88batum</a> et victoire des <a href="https://twitter.com/hornets">@hornets</a> contre <a href="https://twitter.com/BrooklynNets">@BrooklynNets</a>! <a href="https://t.co/WD3gYpYgh8">pic.twitter.com/WD3gYpYgh8</a></p>&mdash; NBA France (@NBAFRANCE) <a href="https://twitter.com/NBAFRANCE/status/829234801676791809">February 8, 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr">21 points de <a href="https://twitter.com/EvanFourmizz">@EvanFourmizz</a> contre <a href="https://twitter.com/HoustonRockets">@HoustonRockets</a>! <a href="https://t.co/wnnw05lA09">pic.twitter.com/wnnw05lA09</a></p>&mdash; NBA France (@NBAFRANCE) <a href="https://twitter.com/NBAFRANCE/status/829242217147543554">February 8, 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Un Batum complet mais pas de victoire

Corps: 

En s'appuyant sur un Kawhi Leonard des grands soirs, les San Antonio Spurs ont disposé cette nuit du Thunder. Tony Parker a été plutôt en retrait dans ce match ne compilant que 3 points (0/3 aux tirs et 3/4 aux lancers),  6 rebonds et 4 passes. Pour la franchise d'Oklahoma City, Joffrey Lauvergne n'a pas fait mieux. En 16 minutes, l'intérieur français n'a marqué que 4 points (2/8 aux tirs) et capté 5 rebonds.

Sur le parquet de son ancienne équipe, Portland, Nicolas Batum a réalisé cette nuit un match complet (18 points, 6/12 aux tirs, 8 rebonds et 6 passes), mais les Hornets se sont inclinés 98 à 115. 

Battus à Washington (101-117), les Knicks ont connu à l'image de leur pivot Joakim Noah une soirée bien difficile. L'intérieur tricolore a joué 15 minutes mais n'a pas marqué le moindre point (0/1 aux tirs) et a capté que 4 rebonds, auxquels il a ajouté 1 passe et 1 interception. Toujours blessé, Ian Mahinmi n'a pas été aligné dans le camp des Wizards.

Enfin, Alexis Ajinça n'est pas rentré en jeu lors du match New Orleans - Toronto (106-108 a.p.)

Surtitre: 
Français de NBA
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Mercredi, 1. Février 2017
Vignette: 
Nicolas Batum
Chapeau: 
Cette nuit, les San Antonio Spurs se sont imposés 108 à 94 face à Oklahoma City. Tony Parker a été plutôt discret. A l'inverse Nicolas Batum a une nouvelle fois été complet mais les Hornets se sont inclinés sur le parquet de Portland (98-115).

Batum le plus en vue

Corps: 

Discret lors de la victoire d'Oklahoma City face aux New Orleans Pelicans (114-105), Joffrey Lauvergne n'a pas été en réussite 2 points (1/5 aux tirs), 2 rebonds et 2 passes en 10 minutes. Alexis Ajinça n'est pas entré en jeu pour les Pelicans.

Philadelphie continue de gagner (114-109). Cette nuit face à Milwaukee, les 76ers ont remporté leur 8e match consécutif. Le Français Timothé Luwawu-Cabarrot a joué 11 minutes, le temps pour lui de marquer 2 points et délivrer 1 passe.

Noah et les Knicks sont toujours en course pour les playoffs mais ça se complique après leur défaite cette nuit face à Dallas (103-95). Le pivot français a marqué 3 points, capté 8 rebonds et délivré 2 passes en 19 minutes.

Nicolas Batum a été le français le plus en vue cette nuit. L'ailier français a cumulé 16 points (6/12 aux tirs), 8 passes et 6 rebonds. Mais cela n'a pas suffi pour rivaliser avec Golden State porté par un Kevin Durant de gala en fin de match. Défaite 103-113.

Surtitre: 
Français de NBA
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Jeudi, 26. Janvier 2017
Vignette: 
Nicolas Batum
Chapeau: 
Porté par un Kevin Durant des grands soirs, Golden State a battu cette nuit les Charlotte Hornets malgré un bon Nicolas Batum.

Nicolas Batum en leader face à Portland

Corps: 

Cette nuit, Nicolas Batum a été un des leaders des Charlotte Hornets lors de la victoire face à Portland 107-85. L'ailier français s'est rappelé au bon souvenir de son ancienne franchise en signant 17 points (6/15 au tir), 7 rebonds, 7 passes et 2 contres.  

A Philadelphie, Timothé Luwawu-Cabarrot continue de grignoter de précieuses minutes. Maladroit (1/6 aux tirs), le jeune français a marqué 4 points, capté 2 rebonds et volé 1 ballon en 17 minutes. Les 76ers se sont imposés 94-89 face aux Raptors.

Lors de la victoire des Indiana Pacers 106 à 100 face à Sacramento, le pivot français Kevin Seraphin n'a joué que 6 minutes (0 point, 1 rebond).

Evan Fournier, Joakim Noah et Ian Mahinmi blessés n'ont pas joué cette nuit, tout comme Joffrey Lauvergne et Alexis Ajinça qui ne sont pas entrés en jeu.

 

Surtitre: 
Français de NBA
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Jeudi, 19. Janvier 2017
Vignette: 
Nicolas Batum
Chapeau: 
Face à son ancienne équipe, Nicolas Batum a réalisé un match plein et a permis aux Hornets de s'imposer largement 107-85 face à Portland.

Pages

S'abonner à RSS - Nicolas Batum